Contre-Regards

par Michel SANTO

Plan « Action Coeur de Ville  » : Y’a plus personne à filmer !

Le croquis de la semaine de Denis Carrière : « Plan « Action Coeur de Ville  » : À Narbonne, Malquier est prêt ! »

 
   
 

Vous pouvez agrandir l’image en cliquant dessus. Tous les croquis et caricatures de Denis sont disponibles en cliquant sur Denis Carrière, en rouge, en haut et à gauche.

 

Si cet article vous a plu, n’hésitez pas à le partager ! Et n’hésitez pas non plus à lire aussi les autres articles proposés ci-dessous !

Un plan « Action coeur de ville » pour les villes moyennes… et donc pour Narbonne !

   

Photo dans Midinettes et Cie : le blog.

   

À Narbonne, comme dans une trentaine de villes moyennes (dont Béziers, Carcassonne, Perpignan etc.), plus d’un quart des jeunes ne sont pas insérés (contre 14% au plan national) et les taux de chômage (22%) et de pauvreté (24,5%) y sont très élevés. La part des retraités représentent plus du tiers de la population et les cadres et professions intellectuelles supérieures à peine 5,3%. S’ajoutent à ce constat sociologique des difficultés propres à son centre ville (pertes d’habitants, habitat dégradé, commerces fermés…) C’est dire que le plan de revitalisation des centres de villes petites et moyennes lancé par le Ministre de la Cohésion des territoires à Rodez, le 15 décembre, était attendu (du moins on l’espère !)

Si la terre était ronde, il n’y aurait pas de vacances. L’homme ne pourrait plus se reposer.… (A.Vialatte)

 

Illustration: Croquis d’Alexandre Vialatte de Lavoro © AFP /Leemage/Lavoro.

     

« Il ne faut jamais mettre un homme, sans un entraîne­ment progressif, en face d’une situation qui l’oblige soudainement à réfléchir à plusieurs choses. Le sang afflue au cerveau, le teint passe au violet, le front se plisse, les yeux restent vides, la tête peut deve­nir aussi grosse que celle d’un académicien. Tout est à craindre en de telles conjonctures, comme du scaphandrier qui remonte à la sur­face après une importante plongée. Le repos s’impose, et des bains de pieds à la moutarde. » C’est précisément ce que je me disais, ce matin.

L’État déconcentré : un vigoureux rapport de la Cour des Comptes…

       

   

Voilà qui donne une idée du chantier que le gouvernement a décidé d’ouvrir. Dans un rapport remis ce 11 décembre, la Cour des comptes appelle en effet à de profondes réformes de l’Etat déconcentré. Un État qui n’a pas tiré toutes les conséquences de la décentralisation. Quatre ans après un sévère rapport sur l’organisation territoriale de l’Etat, la Cour des Comptes revient à la charge en pointant un manque de cohérence de l’implantation de ses services, une insuffisante déconcentration de ses moyens pour en appeler à un nécessaire recentrage sur ses missions prioritaires (elle avance pas moins de 49 recommandations regroupées sous quatre « orientations »)