Contre-Regards

par Michel SANTO

A Paris et à Narbonne, on nous mène en bateau !

 

 

 

product_1904403b.jpg

 

Batho passée par dessus bord ( J’y vais aussi de mes jeux de maux, non mais …)  Normal! En pleine tempête économique et budgétaire, on n’ ouvre pas des voies d’eau dans le navire gouvernemental. Si on n’a pas confiance, ou la trouille pour ses futurs mandats, on le quitte. Elle a choisi de se faire virer, bon vent ! Et de ne pas la fermer. Aie! on tremble dans des rédactions devenues hystériques devant cet impressionnant acte d’autorité hollandien ! Je peux me tromper, mais je pense que la petite Batho va plutôt faire boire la tasse à… Ségolène. Le courage à des limites que l’intérêt impose ! Quant à la droite, qui s’emporte parce que trouvant le geste inélégant, elle devrait au contraire applaudir une décision  privilégiant l’intérêt d’un bon gouvernement. Son indignation est indigne! Comme celle des Verts. Rigolos nos écolos ! On coule, on coule…mais on rame, on rame…sur le sable. Comme à Narbonne pour avoir sa LGV. Enfin GV ! Avec une gare tous les 40 kilomètres entre Perpignan et Montpellier, ce serait plutôt du genre tortillard pour des investissements dignes d’un aéroport international du côté de Bugarach ! Ah! cette auguste adresse  du citoyen Jacques Michaud aux élus socialistes, lors de la présentation du Musée régional de la  romanité à Narbonne , qui l’a veut lui aussi,  sa ligne :   » Sur cette terre, il faut pigner ! Messieurs les élus, nous sommes à vos côtés. Nous sommes prêts à faire les barricades » Quelle audace! C’est beau comme de l’antique. Il ne lui manquait que la toge à notre amateur de chant grégorien. Et André Viola, qui n’est pas en reste et qui revient de Nantes, avec ses   » perspectives toujours d’actualité  » . On pense irrésistiblement à Arletty :  » Perspective, perspective… est ce que j’ai une gueule de perspective ! « . C’est dans l’Hôtel du Nord, près de la gare qui porte le même nom…

Rétrolien depuis votre site.

Désormais, 3 façons de réagir !

Commentaires (1)

  • pibouleau

    |

    le capitaine de pédalo a coulé la Batho. Eh bé quoi moi aussi j’ai droit aux approximations. Le report apres 2030 (cé bo comme l’antique cette précision) de la ligne TGV Montpellier-Perpignan est
    révélatrice de l’intéret que porte l’état au Sud. La ligne Paris-Barcelone et au dela encore plus au sud (n’oublions par que le Maroc est entrain de construire un TGV est rayée de la carte
    pourtant d’intérêt européen. Suggestion : vu qu’on nous serine a  corps et a cri que l’Europe Unie existe pour quelle raison l’EU n’intervient-elle pas massivement (au niveau finance) sur un
    projet d’évidence aux dimensions européennes. Puisque l’Etat français est défaillant démarchons Bruxelles. La Commission peut ainsi donner la preuve qu’elle existe et qu’elle a une ambition
    plutot que de financer des projets microscomiques voilà  un sujet passionnant. L’ouverture au Sud, et toujours plus au sud (direction Maghreb) ébauche cette ambition

    Reply

Laisser un commentaire

Articles récents

Petite parabole sur le rayonnement d'équipements "structurants" (Le parc des expositions de Narbonne)

Petite parabole sur le rayonnement d'équipements "structurants" (Le parc des expositions de Narbonne

Quand j'ai vu cette touchante affiche animalière placardée sur un des nombreux petits panneaux publicitaires qui décorent les rues de ma ville, j'ai tout de suite pensé à une charmante  allégorie de [Lire la suite]
Hier soir, sur TF1, une "nouvelle vie de François Hollande" sans aucun intérêt …

Hier soir, sur TF1, une "nouvelle vie de François Hollande" sans aucun intérêt …

      Hier soir, 20 heures, devant le JT de TF1. À mi-journal, Gilles Bouleau et sa longue et fine silhouette plantée au milieu de son plateau, raide, mais sans trop, juste ce qu[Lire la suite]
Jacques Bascou ! Décryptage après son passage sur Radio Barques...

Jacques Bascou ! Décryptage après son passage sur Radio Barques...

Samedi, nous recevions jean-Claude Julès et moi, sur radio Grand Sud FM, à Radio Barques, Jacques Bascou, le président du Grand-Narbonne. L’occasion de lui demander, entre autres, qu’elles étaient se[Lire la suite]