Contre-Regards

par Michel SANTO

Archives de l’auteur

Chronique de Narbonne, et d’ailleurs. Migrants! Amnésie et silence radio sur les Barques de Narbonne…

L’édito de Denis Carrière photo  

Denis Carrière est un peintre du voyage, un dessinateur de l’instant. Chantre de la figuration libre, sa palette aux tons sobres et sourds est d’une puissante intensité; et de ses toiles émane une étrange et profonde impression de force et de silence. Son énergie, il la concentre dans  sa quête de ce qui fait la « vérité » d’un lieu, d’un paysage, d’une situation. Il sait, comme nul autre, « croquer » sur le vif des scènes, des moments de la vie qui font celle de notre quotidien. Ici ou ailleurs…

Remaniement ministériel: la méthode « verte » de François Hollande, vue par Denis Carrière…

Ce dernier remaniement ministériel, orchestré par François Hollande, a inspiré l’ami Denis Carrière, notre « croquiste » narbonnais bien connu, notamment du côté des Halles, à l’intérieur desquelles deux vigiles municipaux, aux ordres, avaient récemment tenté  de l’empêcher d’exercer librement son talent.

Articles récents

Le Président du Cépralmar pêche son directeur chez les "siens". C'est pas bien !

Le Président du Cépralmar pêche son directeur chez les "siens". C'est pas bien !

    Pour restaurer la confiance dans le fonctionnement de notre démocratie, le Parlement a adopté deux lois fondées sur des dispositions simples et exigeantes. Un ensemble qui avant,[Lire la suite]
Le Pogge ressuscite Lucrèce et la face du monde en est changée…

Le Pogge ressuscite Lucrèce et la face du monde en est changée…

      les Facéties du célèbre Florentin , posées  sur mon bureau, dans lesquelles je plonge  de temps en temps ( chez Anatolia 1994 ). Une satire violente qui démasque l’hypo[Lire la suite]
Deux ou trois mots sur mon "silence" sur le procédé Thor d'Areva-Malvési (Pas seulement !)

Deux ou trois mots sur mon "silence" sur le procédé Thor d'Areva-Malvési (Pas seulement !)

    Une « baleine rieuse » s’ébat depuis quelques jours dans le flux de mes rares billets estivaux et s'échauffe, car je ne dirai rien des graves menaces que ferait peser l'usine[Lire la suite]