Contre-Regards

par Michel SANTO

Archives de l’auteur

TGV ! un modèle à bout de souffle et des lignes et gares en Occitanie gelées !

   

 
 

Donc à partir du 2 juillet, deux nouvelles lignes à grande vitesse mettrons Rennes à 1 h 25 de Paris et Bordeaux à 2 h 04 seulement de la capitale.  522 kilomètres de LGV vont s’ajouter d’un seul coup au réseau ferré français. Un événement que l’on n’est pas près de revoir de sitôt en France. Comme l’écrit Éric Béziat dans le Monde (La Matinale de ce dimanche) : « cette double inauguration est aussi un chant du cygne. Il n’est pas certain que la France ait encore les moyens d’un tel investissement (plus de 12 milliards d’euros). Construire une voie de communication pour 24 millions d’euros du kilomètre ne semble à la portée ni d’un pays épinglé par la Cour des comptes pour dérapage des finances publiques, ni d’une entreprise – la SNCF – dont la dette globale court allègrement vers les 55 milliards d’euros cette année. »

Les 60 kilomètres du contournement de Nîmes et Montpellier seront certes bien mis en service en décembre. Mais la LGV Bordeaux Toulouse, le projet le plus avancé pourtant risque  d’attendre encore longtemps sa mise en service. Elle coûterait 9 milliards, rappelle-t-on au gouvernement. Question : où les trouver ?  D’autant plus qu’une règle d’or interdit désormais à la SNCF de s’endetter pour financer des voies nouvelles. Conséquemment : priorité au réseau existant et sur les trains du quotidien… Ce qui renvoie le tronçon manquant entre Montpellier et Perpignan, et ses gares, et la liaison Bordeaux Toulouse, aux calendes grecques … Les coups de com de la Région Occitanie sur ses LGV et Gares TGV pendant la campagne des régionales et cette dernière présidentielle ne pouvaient masquer cette réalité souvent énoncée ici (tags LGV ou TGV). On ne peut donc plus dire, comme madame Delga récemment dans le Midi Libre encore, que l’Occitanie a le réseau ferré le plus dégradé du pays et demander à la SNCF de faire des efforts conséquents  en contrepartie des 260 millions d’euros qu’elle lui verse pour assurer l’exploitation du service TER tout en exigeant de surcroît l’ouverture de nouvelles lignes et gares TGV… Et croire ou faire croire que les appels à la mobilisation générale des élus, toutes tendances confondues, et des divers groupes de pression du BTP, notamment, pourraient faire changer les choses, serait s’illusionner… et tromper son monde.

 

Au Grand Narbonne, Gérard Schivardi et Nouveau Narbonne font leur cirque !

         

   
 

Pantalonnades narbonnaises, suite ! Avec cette fois-ci l’inénarable maire de Mailhac en première partie d’une farce politique mise en scène par ses soins lors de la dernière réunion du Grand Narbonne. Fidèle à la notoriété qu’il doit à Nicolas Canteloup qui fit se tordre de rire la France entière de ce candidat à la présidentielle en 2007, Gérard Schivardi a donc fait, comme d’habitude, le pitre. On peut se demander d’ailleurs s’il n’est pas devenu prisonnier de son image !

Pantalonnades narbonnaises, suite…

 

 

Monsieur Éric Parra, l’adjoint en charge du commerce, notamment, de ma charmante petite ville est très, très en colère. L’un de ses administrés, restaurateur de son état, serait dans l’obligation d’assurer lui-même le nettoyage de containeurs situés à proximité de sa terrasse dont le service incombe pourtant au « Grand Narbonne », s’insurge-t-il… Avec une photo à l’appui de son accusation, où l’on voit un sémillant aubergiste, tout sourire, kärcher pointé vers une plate-forme moussue, poser complaisamment dans une belle attitude d’agent de propreté municipal, le costume fluo en moins. Si je fais cette comparaison avec un des nombreux métiers de l’administration de la Ville, c’est évidemment à dessein. Car contrairement à ce qui est ici faussement énoncé, les abords des bornes amovibles de ces conteneurs enterrés étant ouverts au public, leur nettoyage doit être assuré par… la commune ou son prestataire éventuel. Un esprit peu habitué à naviguer dans les arcanes juridiques régissant les rapports entre collectivités, mais doté d’un peu de bons sens, peut comprendre aisément cela. Mais à l’évidence pas d’autres, disons plus éclairés. Imagine-t-on en effet nos agents de la propreté municipale, qui font leur travail de manière très professionnelle, obéir à leur hiérarchie – le font-ils au fait ? – et contourner de leurs balais, aspirateurs et kärchers ces surfaces pourtant placées dans la continuité des chaussées et trottoirs dont ils ont la charge d’entretien ? Voir ainsi monsieur Parra se tirer un jet de karcher dans les pattes prêterait à sourire si ce genre de farces ne traduisait en réalité un état d’esprit permanent de stupides, mesquines et stériles contestations de « territoires » entre la Ville et le Grand Narbonne, Didier Mouly et Jacques Bascou. Et là, franchement, on ne rit plus ! Comme pour les marches du Théâtre, il serait temps que le rideau tombe sur ces pantalonnades et que nos acteurs municipaux entrent dans la vraie vie… et fassent sérieusement leur boulot !

Articles récents

A La Nautique, les windsurfeurs cherchent une planche de salut !

A La Nautique, les windsurfeurs cherchent une planche de salut !

      Un article somme toute bien amusant dans l’Indépendant de ce jour ! Hier matin, aux aurores, la police municipale évacuait une dizaine de camping-cars stationnés su[Lire la suite]
Alzonne ! Dans ce petit village de l'Aude, un "fait divers" bouleversant…

Alzonne ! Dans ce petit village de l'Aude, un "fait divers" bouleversant…

      Alzonne ! Dans ce petit, paisible et discret village du département de l’Aude, une mère de famille nombreuse (35 ans !) a été homicidé. Son conjoint, présumé innoce[Lire la suite]
Il s’agit de se mouvoir dignement dans un monde incertain !

Il s’agit de se mouvoir dignement dans un monde incertain !

Sylvain Tesson est écrivain et voyageur. De l’Himalaya aux steppes d’Asie centrale, de la Sibérie aux grands espaces mongols, il a parcouru le monde. Cet été, il nous embarque sur Fran[Lire la suite]