Contre-Regards

par Michel SANTO

Archives de l’auteur

L’eau vive de Rousseau.

rousseau_thumbnail.jpgEn ces temps d’hystérie médiatique où tout s’écrit sur n’importe quoi, n’importe qui et n’importe quand ; où le terrorisme de la transparence est vanté par les mêmes qui en stigmatisent l’usage à leur endroit ; où l’actualité se confond avec les vapeurs libidinales de ses commentateurs ; où le cynisme de nos élites éditoriales se goinfre de ragots et de rumeurs, il est bon d’aller se rafraîchir dans ces oasis de pureté que sont nos grands auteurs. Ainsi, ces lignes : « Heurtant de front tout ce qui fait aujourd’hui l’admiration des hommes, je ne puis m’attendre qu’à un blâme universel ; et ce n’est pas pour avoir été honoré de l’approbation de quelques sages que je dois compter sur celle du public : aussi mon parti est-il pris ; je ne me soucie de plaire ni aux beaux esprits, ni aux gens à la mode. Il y aura dans tous les temps des hommes faits pour être subjugués par les opinions de leur siècle, de leur pays, de leur société … » Ecrites en 1750, par J.J Rousseau dans sa préface au Discours sur les sciences et les arts, page 9 de la superbe collection « Le Monde de la Philosophie- Flammarion ». Discours dans lequel on peut lire aussi, page 29 : « Non, il n’est pas possible que des esprits dégradés par une multitude de soins futiles s’élèvent jamais à rien de grand ; et quand ils en auraient la force, le courage leur manquerait. ».Tout dans ce texte est admirable. On y puise toujours une eau vive qui court par delà le temps et qui n’en continue pas moins de féconder nos esprits…

Jules ou Hugo?

Unknown-1

François Bayrou, en prophète allumé d’un centrisme à géométrie variable, ose affirmer, dans un entretien récent, que le Revenu de Solidarité Active, “ça ne marche pas”. Qu’il a fait un “bilan précis” avec “des dizaines d’assistantes sociales de Pau”. Q’il est allé y voir.Et les journalistes locaux, eux, de n’y  » voir que du bleu « … A l’inverse de Martin Hirsch, outré, qui lui a fait observer que si rien n’avait changé c’était parce que son : « … Conseil Général ne s’est pas porté candidat. (…)” et que  » le RSA n’y est pas expérimenté !  » Pour le béarnais, Pau ne vaut donc pas une messe mais un grossier mensonge,même lorsque ce mensonge concerne la pauvreté. Affligeant! A Narbonne,  » la montée aux extrêmes  » , elle,est plutôt du genre comique. Dans le programme de l’opposant au maire sortant, une navette fluviale est proposée entre le Théâtre et St Jean-St Pierre! Un peu comme si Delanoë proposait ce mode de transport entre Odéon et Sacré-Coeur! Après tout, pourquoi pas, il suffit de dévier les cours de la Seine et de la Robine.Rigolo! Deux villes, deux genres.  » Les misérables  » à Pau,  » Vingt mille lieux sous les mers  » à Narbonne…

     

La mémoire et la guerre.

« Confier à chaque élève de CM2 (10 ans) la mémoire d’un enfant français victime de la Shoah ». Il suffit de lire et de relire cette phrase prononcée par N.Sarkozy, d’en peser chaque terme, pour en saisir l’insoutenable charge affective. J’en comprends certes les motivations! notamment celle de faire barrage, dans certains secteurs de la société, à une montée de l’antisémitisme. Mais ses effets pervers me semblent de beaucoup plus dangereux. Je pense surtout aux désastreuses conséquences d’une réactivation de la «  guerre des mémoires ». Une guerre opposant toutes « les communautés » victimes d’une histoire aux plaies mal cicatrisées : celle de l’esclavage ou de la période coloniale. Avec le risque que la Shoah soit mise, par des élèves ou leurs parents, sur le même plan que les autres victimes de cette négation de l’humain dans l’homme que fut la traite des noirs ou le sort des « indigènes ». Trop de mémoire tue la mémoire, en effet . Ne faisons pas de celle de nos enfants un tombeau. Un tombeau dans lequel s’affronteraient les fantômes de tous les  sacrifiés de l’histoire. Sans vainqueurs ! Sinon le repliement identitaire et son mortifaire potentiel de violences…

 

Les gens de cour…

Autrefois, à sa cour, le Roi Soleil avait mis en place la politesse et la retenue. Aujourd’hui, celle du Languedoc-Roussillon voit béatement son Président pratiquer la violence verbale à répétition. Et cette  » petite noblesse  » composée d’ élus proches et proches « technos », journalistes, intellectuels, d’imiter le miroir transcendental Montpelliérain. Ou de se taire, pour les plus courageux ! C’est ainsi qu’hier, dans la petite République de Narbonne, un essaim de dames, par ailleurs si pleines de civilités et de vertus, butinaient, en la compagnie d’ admiratifs Messieurs, le nectar Frêchien. Oubliées, les injures machistes de la  veille ? Non, plus grave, justifiées par ces victimes consentantes d’un maître manipulateur. Cet « attracteur étrange »  fait d’intelligence et de mépris dans lequel se noient les peurs et les désirs des notables. Cet acteur caricatural d’une guerre civile à bas bruit où l’insulte fait figure de principe moral.

Sizwe Banzi n’est pas mort.

 

Mardi, Scène Nationale du Théâtre de Narbonne. Y était jouée, la pièce d’Athol Fugard  » Swize Banzi est mort « , mise en scène par Peter Brook.  L’histoire est simplissime. Dans l’Afrique du Sud de l’apartheid, Sizwe Banzi, travailleur noir immigré en son propre pays se désespère. Afin de subvenir aux besoins de sa famille, il lui faut un emploi  et  pour trouver cet emploi, un seul document administratif lui est nécessaire. Mais, pour l’obtenir,  il doit prouver… son décès ! Ou emprunter l’identité d’autrui. C’est entre 1958 et 1973, à une période où l’apartheid régnait  en maître sur l’Afrique du Sud, qu’est né ce qu’on appelle aujourd’hui les township plays – « les pièces des townships ». On n’a donc pas été surpris par le côté démonstratif et militant d’un texte « sublimé » par un décor typiquement brookien : un bidon recouvert d’un sac poubelle,deux portants et trois piles de cartons d’emballage sur un sol brut de coffre d’un gymnase délabré. L’anachronisme du propos et la nudité de la mise en scène en révélait hélas ! sa profonde naïveté. Contradiction très brièvement notée par le formidable acteur malien Habib Dembélé qui,au tout début de la pièce, s’étonne que l’actuel président de l’ Afrique du Sud dise du SIDA qu’il est une invention… américaine ! Improvisation ? Rajout de Brook ? Qui l’aura entendu avant de sombrer dans l’écoute béate et la joie malheureuse de nos si mauvaises consciences  ?  » Pas grand monde, je le crains », me disais-je de retour chez moi. Tournant et retournant les raisons de mon malaise, jusqu’à oser écrire cela. Au risque de n’être pas compris…

Articles récents

Les métropoles de Toulouse et Montpellier se développent en isolat…

Les métropoles de Toulouse et Montpellier se développent en isolat…

    La récente réforme territoriale a donné aux métropoles* des compétences accrues et des capacités de dialogue importantes avec les autres échelons administratifs. Et le discours souve[Lire la suite]
Que faire de la plus grande nécropole romaine de la Narbonnaise découverte aux pieds du MuReNa ?

Que faire de la plus grande nécropole romaine de la Narbonnaise découverte aux pieds du MuReNa ?

Dans un billet publié le 10 janvier (4000 "vues" à ce jour), j'informais mes lecteurs d'une découverte archéologique exceptionnelle sur un terrain jouxtant le musée régional de la Narbonne antique (Mu[Lire la suite]
L'indépendant était avec la Région en direct de las Vegas !

L'indépendant était avec la Région en direct de las Vegas !

    Samedi 13 janvier, page 19 de l'Indépendant : "Interview de la Vice-Présidente de la Région Occitanie, chargée de l’économie", madame Nadia Pellefigue (article complet en cliquant[Lire la suite]