Contre-Regards

par Michel SANTO

C’était dans ma petite ville, un ami pleurait sa mère…

images

C’était dans ma petite ville . Le ciel était bien  bas . Dans cette petite église, les bancs  rejetaient du monde sur les bas côtés. Les retardataires ne pouvaient y entrer. L’office y fut mené par un prêtre aux accents étrangers, comme dans tant d’autres paroisses . Des mots furent prononcés par un fils pleurant sa mère . Des mots d’amour jaillis d’un cœur brisé . Des mots qu’on redoute un jour d’avoir à dire quand l’âge de la sienne témoigne qu’il en sera bientôt le temps. À la fin de la cérémonie, comme dans tant d’autres églises, la foule en rangs compacts poussait vers la sortie. La famille  attendait pour les remerciements . Sur les côtés de cette puissante colonne, deux laïcs . Immobiles. Un homme et une femme, un petit panier d’osier à la main timidement présenté. Je vois encore le sourire  de cette dame après que j’y eusse déposé mon obole . Son panier était vide, ou presque !  Moi seul ai entendu ses paroles. Un murmure, une douce offrande . Invisible elle était aux yeux du plus grand nombre, et pourtant elle rayonnait . Mon ami, mon frère , René , cet instant, cette communion improbable, cette grâce,  je te l’offre à mon tour . J’aime à penser que ta mère en sourit encore au plus profond de ton âme . Comme la preuve d’un Dieu , le sien, pour lequel , nous disais tu du haut de la chaire, noyé dans le chagrin, elle priait…

Mots-clefs : ,

Rétrolien depuis votre site.

Désormais, 3 façons de réagir !

Commentaires (8)

  • argos

    |

    On a qu’une maman ,condoléances… et qu’elle repose en paix………..

    Reply

  • frederic

    |

    Merci de me faire ressentir l’essence de la vie à travers cet instant si particulier.
    Merci de vos mots si bien choisis et arrangés.

    Reply

  • claude

    |

    merci de nous faire partager cette émotion étrange et cependant obligatoire du décalage entre une manifestation de solidarité sociale et amicale, et le désarroi profond et un peu égaré de celui qui perd un fragment de sa vie et de son âme
    un moment … schubertien en diable si j’ose dire

    Reply

  • Savall d'Arvo

    |

    Merci mon Ami Michel.
    Merci de tes émotions, de cette si belle offrande à la vie !
    Et si il s’agit de ton Frère, alors il est probablement le mien…

    Reply

  • Michel Santo

    Michel Santo

    |

    Oui Claude ! l’andante de la " jeune fille et la mort. " Sublime !

    Reply

  • Michel Santo

    Michel Santo

    |

    Dans l’indifférence d’une foule, la banalité d’un quotidien qu’il nous faut bien assumé, la pratique de rituels sociaux ou religieux banalisés … toujours, mon ami Savall d’Arvo, toujours à qui sait bien observer les choses et les êtres, soudainement un éclat de lumière … comme un appel de l’espérance. Malgré tout ce qu’y oppose, malgré même la mort !…

    Reply

  • Michel Santo

    Michel Santo

    |

    Tu auras de toi même rectifié : " Malgré tout ce qui s’y oppose, malgré même la mort !…

    Reply

  • danielle

    |

    émotion et tristesse sont embellie par vos mots.Merci.

    Reply

Laisser un commentaire

Articles récents

Deux ou trois mots sur mon "silence" sur le procédé Thor d'Areva-Malvési (Pas seulement !)

Deux ou trois mots sur mon "silence" sur le procédé Thor d'Areva-Malvési (Pas seulement !)

    Une « baleine rieuse » s’ébat depuis quelques jours dans le flux de mes rares billets estivaux et s'échauffe, car je ne dirai rien des graves menaces que ferait peser l'usine[Lire la suite]
Deux "cartes postales" de Gruissan – été 2017 !

Deux "cartes postales" de Gruissan – été 2017 !

Tous les soirs d'été (ou presque), c'est apéritif (pas toujours) au Café de la Paix. Toujours à la même place, à sa terrasse (en réalité un trottoir) le dos au mur, qui offre une "vue" à 180[Lire la suite]
Le 6 août, on fêtait la véraison à Narbonne, quand à Hiroshima…

Le 6 août, on fêtait la véraison à Narbonne, quand à Hiroshima…

      Il y a des coïncidences de calendriers particulièrement funestes. Tenez ! dans ma petite ville de Narbonne, par exemple. Tout entière mobilisée pour faire d’août un moi[Lire la suite]