Contre-Regards

par Michel SANTO

De l’info porno !

5661361449570


DSK et le pape font l’actualité. Benoît serait la victime d’un prétendu complot « gay » ! Quant à D.S.K une « romancière », une nommée Marcela Iacub, complètement givrée, vient de l’achever. À la curée à la Curie de «La Repubblica» répond l’égorgement littéraire d’un goret, c’est Marcela qui le nomme ainsi. Une mare nauséabonde dans laquelle nous entraînent des gens, journalistes, intellectuels dont le métier est pourtant d’informer. Et qui mettrait les médias en émoi, affirme, subtilement!, le Monde… 

Le Murena de Forster à Narbonne !

Unknown-copie-2.jpeg

Un lecteur du Midi Libre s’indigne du projet de Musée régional de Narbonne antique (Muréna), conçu par l’architecte britannique Norman Foster. «Où est l’esprit visionnaire de Georges Frêche dans ce choix calamiteux?», s’étrangle-t-il! Calamiteux ! Bigre ! Je le trouve très beau, moi, au contraire. Elégant, sobre, d’une grande simplicité de lignes, il me fait penser au Carré d’Art de Nîmes.

Valls ne cligne jamais des yeux!

imgres-copie-2.jpeg

Manuel Valls vient de l’Europe du Sud, et du Nord de l’Espagne. Son atavisme catalan explique son côté raide et hautain. À Barcelone, on n’aime guère les espagnolades à la mode andalouse; les joueurs de castagnettes non plus! On y affirme sa puissance, son ambition aussi.  «L’ esprit» de ce peuple, qui se veut une nation et voudrait être un Etat, est teuton ! C’est à Aix-la-Chapelle, en 1980, que se rendit Jordi Pujol, lorsqu’il devint président de la Generalitat de Catalogne. Et de s’exclamer devant le tombeau de l’empereur: «Charlemagne, tes Catalans sont de retour !». Hier, à Berlin, pour célébrer le cinquantenaire du traité de l’Elysée, j’eusse aimé, à la place de François, voir Manuel dans les bras d’Angela. Olé ! 

Je suis discriminé!

477111_dominique-bertinotti-ministre-deleguee-a-la-famille.jpeg

Madame Dominique Bertinotti est un (ou une !) membre (membreuse!) du gouvernement de la République que personne ne connaît. Voulant sans doute être (enfin!) remarquée, elle a prononcé, il est vrai à propos du mariage gay, à l’Assemblée nationale, le 18 décembre 2012, cette phrase qui vaut définition irréfutable et définitive de la différence et de la discrimination réunies : « Quand une différence fait qu’on ne peut avoir les mêmes droits, j’appelle cela une discrimination ». Seraient ainsi discriminés ma voisine de 85 ans, cardiaque, à qui l’on interdirait la pratique intensive du Fitness, ma petite fille d’un an, que j’ai privée de foie gras à Noël, le voleur de vieilles dames, qu’on a privé pour un temps de liberté et mon ami Jérôme de ne pouvoir faire du ski sur les pentes caillouteuses de la Clape. Quand les mots perdent leurs sens, la pensée devient folle! La réciproque est tout aussi vraie…

Chronique du Comté de Narbonne.

Hôtel de Ville de Narbonne

Hôtel de Ville de Narbonne

Jeudi 13 décembre de l’an 2012

J’entends des binious et des tambours, mon oncle ! ne manquent que des cornemuses pour parfaire cette celte ambiance dans laquelle est processionnée une énorme grenouille d’un vert approximativement marécageux, ainsi que l’exotique chameau égyptien de nos voisins bitterois au demeurant d’un format curieusement minuscule; des messieurs chenus, colorés à la façon clownesque des confréries vineuses, les suivent, l’air bête (si je puis dire) et le pas hésitant (il fait froid et le sol est glissant). Tandis qu’une petite et maigre troupe de badauds fait escorte à cette drolatique ménagerie, des passants stupéfaits se pincent à la façon des ânes qui braient : « c’est Carnaval ? » s’étranglent-ils. Carnaval, à Noël, serait adoré, et l’enfant Dieu, le Mardi Gras, brûlé ?  Certains même, à Bugarach, voudraient dare-dare aller s’abriter, cette inversion saugrenue du calendrier présageant d’une fin du monde, par le peuple Maya annoncée. C’était mardi dernier, mon oncle ! et c’était de la  fête de Saint Paul-Serge , le saint patron du Comté, dont il s’agissait, en ce 11 décembre de cette année. Comme tu le sais, une des trois légendes prétend qu’à Narbonne, de Bages, il se rendit, après qu’une nacelle par une grenouille conduite l’ait déposé sur le rivage de la Nautique. Je n’ai rien contre ce vénérable apôtre et sa grenouille, mais naïvement je pensais que le 22 mars était la date où on devait l’honorer. Une date conforme aux mœurs de notre emblématique batracien qui, l’hiver, se vautre, au chaud, dans une visqueuse et voluptueuse vase. Qui donc a eu cette cruelle idée de la faire ainsi sortir de son léthargique sommeil en ce mois de décembre venteux et glacé ? Que nos édiles n’accordent aucune bienveillance symbolique, à défaut de charité chrétienne, à notre paisible bestiole passe l’entendement zoologique, mon oncle ! Ce qui après tout ne saurait m’étonner de la part de magistrats à la culture étriquée et bassement commerciale. Mais remplacer les rois Mages par Saint Paul, un de sept apôtres des Gaules, pour annoncer la naissance de l’enfant-Dieu ! Jusqu’où ira-t-on, mon oncle, pour amuser les chalands et bedonner les boutiquiers ? Oui, je le sais, mon indignation à des accents outranciers, l’époque et ses marchands n’ont que faire d’une fête qui, au cœur de la nuit hivernale, célèbre dans la plus grande simplicité d’une étable  la naissance d’une lumineuse Parole ; ou, pour d’autres, l’allongement des jours et la course du soleil vers celui de sa flambloyante apothéose. Quand la bêtise de nos édiles et la crédulité de nos contemporains se conjuguent dans le culte du festif permanent, l’absurde et la bouffonnerie sont de la noce. Qui tendent vers l’infini… Ainsi, ce matin, ai je reçu un poulet commercial d’une auberge au nom historiquement évocateur : « Le Cathare ». Pour le dîner de Noël, son propriétaire, à l’humour inconsciemment sinistre, me propose, entre autres charitables douceurs, de l’agneau grillé à l’authentique feu de bois et des bûches à la crème de marron. Oui, mon oncle ! le Cathare, de surcroît idéalement situé au pied de Montségur, fait des grillades !!! Les Parfaits se retournent dans leurs tombes (si à nouveau je puis dire ; j’espère qu’on me pardonnera !) ; ils en meurent une seconde fois. De rire ! Si on ne peut pas rire au Paradis, à quoi bon en effet y séjourner…

Affectueusement tien, cher parent !

 

Articles récents

Le projet de salle multimodale de Didier Mouly ne le serait-il plus… multimodal ?!

Le projet de salle multimodale de Didier Mouly ne le serait-il plus… multimodal ?!

      Pas de dossier salle multimodale au menu de ce soir du conseil municipal. Tiens donc ! Deuxième report, après de longues semaines de discussions techniques entre le jury d’exp[Lire la suite]
Dans l'Aude et dans la Narbonnaise, un PS en phase de mort clinique, ou presque…

Dans l'Aude et dans la Narbonnaise, un PS en phase de mort clinique, ou presque…

          Jean Brunel, le directeur de cabinet du Président du Conseil Départemental, André Viola, et premier secrétaire de la fédération PS de l'Aude le dit [Lire la suite]
Aude, 2eme circo : Alain Perea élu !  Rapide analyse après deuxième tour…

Aude, 2eme circo : Alain Perea élu ! Rapide analyse après deuxième tour…

      Rapide  analyse après ce deuxième tour ! Pour constater que dans l'ex-Languedoc-Roussillon le mouvement de La REM emporte tout ou presque, comme dans l'ensemble de la R[Lire la suite]