Contre-Regards

par Michel SANTO

Eric Andrieu 50 Didier Codorniou 6!

Afficher l'image en taille réelleLe petit prince du rugby vient d’être sévèrement battu sur son terrain audois. Une  » rouste  » dit-on dans le langage sportif méridional. Le ballon lui avait été transmis par Georges Frêche pour le porter dans le camp de son adversaire Eric Andrieu, audois lui aussi, mais qui ne fait plus de l’allégeance inconditionnelle à son Président de Région le fond d’une politique de gauche régionale. Résultat : «  un beau carton » ! et un  «  Codor » mauvais perdant : « Ça ne change rien. On vote pour se rassurer », dont la forme et le fond rappelle irrésistiblement celle de son coach pour qui tout électeur est un con… « Pressé et sans culture politique » comme le dit Roger Adivèze (Ah ! je le vois encore, ce cher Roger, dans l’ascenseur de l’Hôtel de Région après que Max Lévita lui ait annoncé la décision de Frêche de s’abstenir sur un budget présenté par Jacques Blanc et soutenu par le FN. C’était en 1992 ! 1993 ? La contrepartie : un volume de subventions garanti à Frêche sur Montpellier. Je peux témoigner de la chose, évidemment ! La réunion du groupe PS, elle, avait failli tourner au pugilat… ) notre « petit prince » est déjà à terre. Il se relèvera. Car si « Frêche n’aime pas les gens debout face à lui », il n’aime pas non plus ceux qui se couchent trop vite…

Les arbres


…C’est qu’ils portent en eux, les arbres fraternels,
Tous les débris épars de l’humanité morte
Qui flotte dans leur sève et, de la terre, apporte
A leurs vivants rameaux ses aspects éternels.

Et, tandis qu’affranchis par les métamorphoses,
Les corps brisent enfin leur moule passager,
L’Esprit demeure et semble à jamais se figer
Dans l’immobilité symbolique des choses.

Photo Gilbert BRUN ; extrait d’un poème d’Armand SILVESTRE  

Le pari d’Eric Andrieu…

Mais enfin, que reproche-t-on à Eric Andrieu qui ne soit conforme à l’intérêt et à la dignité de son parti ? Depuis quand un divers gauche, qui n’a de gauche que sa langue, devrait imposer à tous les partis, à commencer par celui auquel il doit sa carrière et  qu’il méprise au plus au point, ses hommes, son programme et son mode de gestion. Le Languedoc – Roussillon n’est quand même pas une ex-province de feu l’ex-empire soviétique.

J’ai souvent critiqué Eric Andrieu quand il prétendait que Georges Frêche était le meilleur d’entre les socialistes, pour ne pas saluer à présent son vrai courage politique. Si les militants du PS le désigne pour conduire les socialistes aux régionales, il lui restera cependant à négocier avec celui qu’il considère toujours (tactiquement ou sincèrement ?)  comme le leader naturel ( !) de la gauche régionale. On lui souhaite d’avance beaucoup de plaisir, d’autant que l’actuel président de la région a déjà répondu : « niet ! trois fois niet ! » . Qui pliera et avec quelles contreparties ? Et enfin, quelle sera l’attitude d’Eric Andrieu et de ses alliés s’il n’est pas désigné ? Arbitrage d’Aubry ? Capitulation…

Il fut un temps, pas très lointain, où il était reproché à certains hommes politiques de risquer leur âme pour gagner à tout prix des élections. C’était des régionales aussi… La même question est aujourd’hui posée par André Vézhinet, Hélène Mandroux , Eric Andrieu et bien d’autres… On se souviendra , au moins, qu’ils aient osé la poser !

 

Un petit hommage à Willy Ronis.

Image Hosted by ImageShack.usWilly Ronis, l’un des derniers représentants de la photographie humaniste française, est décédé dans la nuit du vendredi 11 septembre, à peine un mois après son 99e anniversaire. Au-delà des scènes capturées sur les pavés parisiens, Ronis était aussi le photographe de la condition ouvrière. Des clichés simples et d’une puissance saisissante comme celui, devenu mythique, de cette femme qui harangue la foule aux usines Citroën en 1938. Il disait : « J’ai de l’empathie naturelle pour mes semblables et sans faire d’angélismej’ai rencontré assez peu de salauds. » Une chance dans ce monde où ils pullulent…

Une taxe sur les émissions de balivernes!

Afficher l'image en taille réelleCe matin, le cerveau encore endormi, je tombe sur ce « billet » de Bruno Frappat (un maître en écriture…). Le voici in extenso. Pour vous inviter à le lire, dans son blog, tous les jours ou presque…

« Les changements climatiques ne font plus de doute aux yeux de grand monde. L’idée de la taxe carbone, destinée à décourager, si peu que ce soit, chacun de nous de participer massivement (par tonnes entières…) au gâchis de notre planète unique, suscite un tollé qui dépasse les clivages habituels droite-gauche. Tout peut s’écrouler autour de nous, le ciel peut menacer de nous tomber (littéralement) sur la tête, il y a au moins deux choses qui ne changent pas, en France du moins, c’est d’inventer une taxe pour tenter de régler un problème et, symétriquement, c’est la protestation que tout projet de ce type provoque. De ce point de vue ce que l’on appelait jadis le « poujadisme » n’a pas pris une ride. A gauche, à droite, c’est à qui prendra le plus nos concitoyens dans le sens de leurs sempiternelles ronchonneries et de leurs protestataires habitudes. Sur ce terrain, la concurrence est rude. Et si l’on essayait de taxer les réflexes? Au poids d’émission de lieux communs, de balivernes et d’égoïsme sacré il y aurait de l’argent à récupérer. »

Articles récents

Les métropoles de Toulouse et Montpellier se développent en isolat…

Les métropoles de Toulouse et Montpellier se développent en isolat…

    La récente réforme territoriale a donné aux métropoles* des compétences accrues et des capacités de dialogue importantes avec les autres échelons administratifs. Et le discours souve[Lire la suite]
Que faire de la plus grande nécropole romaine de la Narbonnaise découverte aux pieds du MuReNa ?

Que faire de la plus grande nécropole romaine de la Narbonnaise découverte aux pieds du MuReNa ?

Dans un billet publié le 10 janvier (4000 "vues" à ce jour), j'informais mes lecteurs d'une découverte archéologique exceptionnelle sur un terrain jouxtant le musée régional de la Narbonne antique (Mu[Lire la suite]
L'indépendant était avec la Région en direct de las Vegas !

L'indépendant était avec la Région en direct de las Vegas !

    Samedi 13 janvier, page 19 de l'Indépendant : "Interview de la Vice-Présidente de la Région Occitanie, chargée de l’économie", madame Nadia Pellefigue (article complet en cliquant[Lire la suite]