Contre-Regards

par Michel SANTO

Madame Serres ! Une belle et vieille dame digne de mon quartier !

Tous les jours, je la vois passer sous ma fenêtre. Tous les jours et en toute saison. Par tous les temps. Elle s’aide d’une canne. Son corps l’entraîne irrésistiblement vers le sol. Tous les jours, je la vois s’en aller faire ses courses. Ou en revenir. Son sac, trop grand, effleure la chaussée.Trop grand et trop  lourd, me dit-elle, quand je la trouve assise sur un banc,  là devant ma porte… Dimanche, infatigable et obstinée, c’est dans le cœur des halles que je la trouve parfois au milieu de badauds et d’acheteurs pressés. «Sale temps ! quel vent !». Elle me détaille ses achats d’une voix enrouée ; et me quitte en ouvrant son chemin sa canne pointée comme une épée. Un peu plus loin, elle se retourne le sourire aux lèvres : « 102 ans quand même ! » C’était « hier », il y a trois ans.  Madame Serres, ma voisine, puisqu’il s’agit d’elle, fête aujourd’hui son anniversaire. À n’y pas croire ! Bon et nombreux autres dimanches, Madame …

2017, une bonne année de la main gauche !

sans-titre

Maxime Zecchini et Paul Wittgenstein.

 
 

Connaissez-vous Maxime Zecchini ? Le jeune pianiste vient de signer chez Ad Vitam Records le sixième enregistrement de son anthologie du répertoire pour la main gauche. Le projet paraît un peu fou, voire complètement inoffensif et inutile. Car pourquoi réhabiliter un répertoire qui ne connaîtra qu’un succès de curiosité, ou combler un manque éditorial qui ne répond à aucune attente du public ? Avez-vous déjà croisé quelqu’un vous parlant de son amour brûlant pour ce répertoire ? Moi pas. Un peu comme si on traduisait La recherche du temps perdu en latin : une entreprise colossale certes, mais pourquoi ? pour qui ? Heureusement les vrais artistes ne raisonnent pas comme ça.

Zecchini nous invite à la découverte d’un continent de la littérature pour piano, celle écrite pour la main gauche. Il s’agit parfois d’œuvres spécifiquement créées pour cet appendice mal aimé (à part des gauchers dont je suis), comme les concertos écrits par Britten, Prokofiev et Ravel pour Paul Wittgenstein, frère du philosophe prénommé Ludwig et amputé lors de la première guerre.

Mais l’essentiel est composé de transcriptions d’œuvres écrites à l’origine pour deux mains (Bach, Chopin, Scriabine), ou pour des orchestres (Wagner, Beethoven). La cerise sur le gâteau, le comble de la mise en abyme étant la transcription pour la main gauche du concerto pour la main gauche de Ravel, incluant les parties orchestrales !

Le défi de la virtuosité est parfaitement relevé par Zecchini, je veux dire par là que l’on se demande inmanquablement comment il fait pour jouer toutes ces notes avec une seule main, comment il saute aussi vite des graves aux aigus. Mais l’essentiel n’est pas là. Le répertoire pour la main gauche est écrit différemment. Cette différence d’écriture est audible, et c’est une voix autre, avec sa subtilité et son identité propres que Zecchini parvient à faire sonner sur le clavier.

Dix disques sur le sujet sont annoncés par le pianiste qui, je tiens à le préciser, possède le total usage de sa main droite.

Il y aurait une anthologie à faire des artistes qui, avec d’évidentes limites physiques ont pratiqué leur art au sommet, de Django Reinhardt dont la main gauche était brûlée à Evgen Bavcar le grand photographe aveugle. Avec ses enregistrements, Zecchini écrit ainsi un hommage à l’art prétendument empêché, exprimant à quel point la contrainte est un grand moteur de la créativité.

 

Toutes les chroniques de Jakin Gura-Izan sont disponibles en cliquant sur Jakin Gura-Izan, en rouge, en haut et à gauche.

 

Si cet article vous a plu, n’hésitez pas à le partager ! Et n’hésitez pas non plus à lire aussi les autres articles proposés ci-dessous !

 

Se promener un lendemain de Noël avec Robert Walser !

img_0011

 
 

Robert Walser est né en 1878, à Bienne, dans le canton de Berne. Il est mort le jour de Noël, en 1956, après avoir passé les 23 dernières années de sa vie dans un asile psychiatrique où il n’écrira plus. C’est sur un chemin de neige que deux écoliers le découvrent dans l’après-midi. «La tête, légèrement tournée sur le côté, le promeneur offre une image parfaite de la paix de Noël. Sa bouche est ouverte ; on dirait que l’air hivernal, pur et frais, pénètre encore en lui », écrira Carl Seelig.

Articles récents

Occitanie ! André Viola et M.H Fabre sèchement battus, mais adoubés pour refonder et relancer le PS audois ?!

Occitanie ! André Viola et M.H Fabre sèchement battus, mais adoubés pour refonder et relancer le PS

      La fédération socialiste de l’Aude, après sa débâcle électorale à l’élection présidentielle (son candidat Benoît Hamon a tout juste dépassé les 6% des voix dans ce [Lire la suite]
Le Puy des Fous de Daraud dans l'Aude… avec Ménard et Collard en vedettes américaines !

Le Puy des Fous de Daraud dans l'Aude… avec Ménard et Collard en vedettes américaines !

Le croquis de la semaine de Denis Carrière : Pendant la campagne des législatives, le candidat du FN, dans la deuxième circo de l'Aude, monsieur Daraud, dit la Scoumoune, s'est engagé sur  la création[Lire la suite]
Petit éloge de madame Sandrine Josso, députée LREM injustement lapidée sur les réseaux sociaux !

Petit éloge de madame Sandrine Josso, députée LREM injustement lapidée sur les réseaux sociaux !

    Son nom ? Sandrine Josso. Élue députée de LREM en Loire-Atlantique dimanche dernier, elle fait l’objet depuis d’une campagne de dénigrement inouïe sur les réseaux sociaux, comme dans [Lire la suite]