Contre-Regards

par Michel SANTO

Luchini portraitise Macron !

   

Chaque fin de semaine, je passe en revue les blogs de mes « amis » – rares !  Chacun dans sa « spécialité » m’offre , sans le savoir, de quoi satisfaire ma curiosité intellectuelle. Musique, arts plastiques, philosophie, économie, politique, littérature, ils couvrent un spectre très large dans lequel je puise abondamment connaissances ou sujets de réflexion, notamment. De petits « riens »aussi, pleins de saveurs. Comme ce portrait d’Emmanuel Macron, du 30 août 2015, fait par Fabrice Luchini, que relève Jean-Pierre Rousseau dans ce livre « mi-journal de bord, mi-reprise de textes pour certains cent fois entendus sur les auteurs de prédilection du comédien. »

l’Unesco mettra-t-elle fin au « label » et à la légende des « châteaux cathares » ?

Château de Peyrepertuse (Aude) -Escapades en Pays Narbonnais.


Les maires des huit châteaux et forteresses de l’Aude et de l’Ariège (Montségur) ont célébré à Villegly leur inscription par le ministre de la Culture sur la « liste indicative française » à soumettre au « patrimoine mondial de l’Unesco ». Passons vite sur le hasard de calendrier de cette opportune décision ministérielle prise à quelques jours seulement de la fin de ce quinquennat – Monsieur Viola ne saurait s’en plaindre ! Ne nous attardons pas trop non plus sur  la quarantaine de dossiers ayant déjà reçu ce genre de missive ministérielle, et toujours en attente de ce prestigieux  label.

La Cranquette, et les songes de certains soirs d’été devant cette maison aux volets bleus…


J’ai longtemps rêvé, certains soirs d’été, devant cette maison aux volets bleus située en plein coeur du vieux Gruissan. Ses occupants, sous la  treille, goûtaient le calme et l’air frais du moment. Je m’imaginais alors les rejoindre autour de leur petite table basse sur laquelle reposaient des verres emplis d’une boisson fraîche. Une main m’attendait pour me conduire dans sa pièce la plus sombre où je m’installais entre les bras du fauteuil le plus profond.

Gérard Calvet était un peintre du bonheur ! Il vient de nous quitter…

Gérard Calvet. Collection privée.

 

C’est avec un étonnement douloureux que j’ai appris le décès de Gérard Calvet, un peintre de mes amis , – malgré notre grande différence d’âge. Son sourire, son regard malicieux vont nous manquer ! Il était né en 1926 à Conilhac-Corbières dans l’Aude ; et après des études secondaires au Lycée de Carcassonne, il est « monté » à Paris, en 1945, pour entrer à l’École nationale supérieure des beaux-arts de Paris, dans l’atelier de Eugène Narbonne où il fut  particulièrement impressionné par l’art vigoureux et incisif de Bernard Buffet.

Articles récents

Le Président du Cépralmar pêche son directeur chez les "siens". C'est pas bien !

Le Président du Cépralmar pêche son directeur chez les "siens". C'est pas bien !

    Pour restaurer la confiance dans le fonctionnement de notre démocratie, le Parlement a adopté deux lois fondées sur des dispositions simples et exigeantes. Un ensemble qui avant,[Lire la suite]
Le Pogge ressuscite Lucrèce et la face du monde en est changée…

Le Pogge ressuscite Lucrèce et la face du monde en est changée…

      les Facéties du célèbre Florentin , posées  sur mon bureau, dans lesquelles je plonge  de temps en temps ( chez Anatolia 1994 ). Une satire violente qui démasque l’hypo[Lire la suite]
Deux ou trois mots sur mon "silence" sur le procédé Thor d'Areva-Malvési (Pas seulement !)

Deux ou trois mots sur mon "silence" sur le procédé Thor d'Areva-Malvési (Pas seulement !)

    Une « baleine rieuse » s’ébat depuis quelques jours dans le flux de mes rares billets estivaux et s'échauffe, car je ne dirai rien des graves menaces que ferait peser l'usine[Lire la suite]