Contre-Regards

par Michel SANTO

Des contrats de plan en panne, et en retards d’exécution financière…p

Comme pour chaque génération de contrats de plan Etat-Région (CPER), de lourds retards dans l’engagement et l’exécution des crédits sont inévitablement constatés. Celui couvrant la période 2015-2020 ne manque pas à la règle. Alors qu’ils devaient démarrer en 2014, ils n’ont été finalement signés qu’à l’été 2015 (plus d’un an de retard !). De plus, une révision a été opérée en 2016 pour ajuster les contrats aux nouveaux périmètres des grandes régions fusionnées. Aussi est-il prévu, comme à chaque génération ou presque de CPER, une clause dite de « revoyure ». Elle devrait se discuter dans ce mois de janvier 2018.

Un plan « Action coeur de ville » pour les villes moyennes… et donc pour Narbonne !

   

Photo dans Midinettes et Cie : le blog.

   

À Narbonne, comme dans une trentaine de villes moyennes (dont Béziers, Carcassonne, Perpignan etc.), plus d’un quart des jeunes ne sont pas insérés (contre 14% au plan national) et les taux de chômage (22%) et de pauvreté (24,5%) y sont très élevés. La part des retraités représentent plus du tiers de la population et les cadres et professions intellectuelles supérieures à peine 5,3%. S’ajoutent à ce constat sociologique des difficultés propres à son centre ville (pertes d’habitants, habitat dégradé, commerces fermés…) C’est dire que le plan de revitalisation des centres de villes petites et moyennes lancé par le Ministre de la Cohésion des territoires à Rodez, le 15 décembre, était attendu (du moins on l’espère !)

Narbonne ! Mais qui réfléchit aux conséquences de l’externalisation de ses « services publics » ?

     

Voilà, c’est fait ! Le siège du Grand Narbonne (et les services) va quitter le centre ville pour s’installer à sa périphérie (au sein d’une zone d’activités – et commerciale). Jeudi dernier, Jacques Bascou, son président a évoqué en effet l’achat des bâtiments (et des parkings) de la CCI, pour un déménagement complet en 2020. Certes les arguments qui plaident en faveur de cette opération ne manquent pas : étroitesse des locaux de l’actuel siège (celui de l’ancienne Banque de France); espaces peu fonctionnels etc.

De cela je ne discuterai pas pour plutôt mettre l’accent sur un point rarement évoqué dans ce genre de transfert d’activités de services : à savoir l’impact sociétal et économique sur des villes menacés par la dépression économique et sociale de leurs centres historiques.

Toulouse et Montpellier ne partagent pas leur croissance en emplois avec leurs territoires environnants…

       

Signé le 6 juillet 2017 le Pacte État-métropoles marque un tournant dans la réforme territoriale en reconnaissant aux métropoles un rôle de moteurs de croissance qui engage leur responsabilité vis-à-vis des territoires avoisinants, d’une part, tout en affirmant la volonté de l’État de favoriser les coopérations entre les territoires dans une « logique d’alliance » et de renforcement mutuel, d’autre part. En regard de ces deux objectifs, dans une note d’analyse très fouillée, Cécile Altaber et Boris Le Hir, pose donc la double question de la capacité des métropoles à se développer et à faire rayonner leur dynamisme sur les territoires voisins.

Articles récents

L'option préférentielle accordée par les collectivités locales au RCNM est-elle justifiée ?

L'option préférentielle accordée par les collectivités locales au RCNM est-elle justifiée ?

      Narbonne fut grande, capitale aussi d'une vaste province romaine. Elle ne l'est plus depuis des lustres et ne le sera plus jamais. Ce qui ne l'empêche pas d'honorablement t[Lire la suite]
Laurent Wauquiez nous sort le théorème de Georges Frêche : "Les électeurs sont des cons" !

Laurent Wauquiez nous sort le théorème de Georges Frêche : "Les électeurs sont des cons" !

      Bon ! je ne vais pas en rajouter à la "déferlante" de féroces critiques qui s'abattent sur Laurent Wauquiez depuis sa désormais célèbre conférence donnée dans une "gran[Lire la suite]
Marcher dans une ville, c'est penser… avoir été quelque part, même si on ne sait pas où…

Marcher dans une ville, c'est penser… avoir été quelque part, même si on ne sait pas où…

      À La fin des années 1970, Tout va mal dans la vie de Paul Auster. Son mariage se déglingue ; l’argent manque, l'inspiration et la force d’écrire des fictions, aussi. Il[Lire la suite]