Contre-Regards

par Michel SANTO

Créer en Corbières-Minervois.


 

27 structures mobilisées pour conseiller créateurs et repreneurs d’entreprises en Pays Corbières-Minervois. 27 ! Oui, pas une de moins…Il doit s’en créer toutes les dix minutes des entreprises du côté de Mouthoumet et de Ferrals pour justifier un tel déploiement de compétences !

Je recommande quand même aux responsables administratifs et politiques de ces structures de s’adjoindre un coordinateur en coordination.Beaucoup d’entre elles coordonnent déjà et le risque d’embouteillage est bien réel .

On aurait donc 28 techniciens, plus 28 « politiques » pour les suivre ( !), plus un cabinet pour évaluer, plus je ne sais qui pour un « observatoire de la création », plus… et plus…

Une caricature de moyens inutilement dépensés sur un territoire où  naît une vingtaine d’entreprises par an. Mais une opportune raison de faire de la communication au prix  du ridicule. Et en miniature ce qui se fait un peu partout dans cette région.


Chez mon coiffeur.

Sous des apparences bonhommes, mon coiffeur est un observateur avisé de la politique locale. En témoigne son ironique remarque, entre deux coups de ciseaux parfaitement ajustés, au lendemain d’une séance du conseil municipal qui, d’après la presse locale fut passablement agitée. « Ils s’amusent comme des gamins, n’est ce pas ? » me fit-il observer. « Comme des gamins dans une cour d’école » poursuivis-je. Que faisons nous de notre vie, en effet, sinon à nous la jouer dans le style épique et guerrier des « indiens contre les cow- boys ». Pour les mâles assurément ! Nous continuâmes ainsi dans une ambiance chargée d’odeurs de shampoings et d’ammoniaque. Juste avant de le quitter, il me fit aussi  part de sa passion pour la chasse (tiens donc !). Et du perdreau. Qu’il traque en Espagne. La chasse et la politique comme le prolongement, par d’autres moyens, de nos inoffensifs jeux d’enfants. On tire toujours profit de son coiffeur.

 

Notes sur le développement durable.

Sur le marché des valeurs conceptuelles, il en est une, le développement durable, dont la cote ne cesse de monter, au risque du cliché, et dont l’usage réunit dans un consensus paradoxal des patrons de multinationales et des militants paléo-marxistes, des libéraux et des altermondialistes. La droite et la gauche… Lula et Chirac. Bref, la notion fait l’unanimité.Les collectivités locales ne sont pas en reste. Surtout en Europe du Nord et Grande Bretagne où elles représentent plus de 60% de l’ensemble des collectivités locales du continent  porteuses d’une politique de développement durable.

En France, comme toujours, il a fallu attendre les années 2000 pour voir naître une cinquantaine de projets. Rien de bien original. Notre pays est un spécialiste du décalage entre les intentions annoncées et les prises de décisions concrètes. Il n’empêche que, pour la première fois, peut-être, dans l’histoire, des problèmes et des aspirations sont compris comme communs à l’humanité entière: crises et régulation de l’économie, destruction et protection des écosystèmes, accroissement et réduction des injustices socio-politiques.

Pour déchiffrer ce référentiel nouveau, on rappelle généralement la définition, devenue canonique, proposée en 1987 par une commission présidée par GroHarlem Brundtland dans son rapport aux Nations Unies «  Notre avenir à tous » : le développement durable y est présenté comme “ modèle de développement qui répond aux besoins du présent sans compromettre la capacité des générations futures à répondre à leurs propres besoins ”. Cet appel est d’importance : il invite l’humanité à se penser comme une à travers le temps.

En réalité, ce consensus linguistique masque de profondes divergences. Une version faible du “développement durable ” se concentre sur la gestion optimale des ressources naturelles en vue d’une croissance économique indéfinie ; une version plus forte met l’accent sur les droits politiques, économiques et sociaux de la personne humaine, la participation des populations aux décisions qui les concernent… ; d’autres versions encore rejettent sans complexe l’objectif de croissance au nom des droits de la nature.

Plutôt que de le déplorer, pourquoi ne pas s’en réjouir ? L’unanimité, le flou  et les contradiction que la notion recueille ne permet-elle pas, aussi, aux acteurs sociaux, politiques et économiques de dialoguer, d’échanger, de se retrouver autour des doutes et des questions du monde contemporain, en transcendant leurs identités et leurs oppositions passées ? Et cette nébuleuse discursive du “ développement durable ” ne crée-t elle pas un espace de dialogue, une écoute neuve et mutuelle autour d’enjeux fondamentaux.Ceux dont la gestion requiert une coopération du secteur privé, des autorités publiques et des sociétés civiles ? Une nouvelle manière de faire de la politique, à l’échelle du monde, des états et des collectivités locales: la gouvernance dans l’univers anglo-saxon. Une notion nouvelle introduite dans le champ politique français, et traduite, dans les années 80, par ce qui est devenu une antienne pour l’élu local à l’écoute de son territoire: la démocratie participative.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le prix de l’environnement.

La visite du site narbonnais de la Comurhex, qui nous est rapportée par la presse locale de ce jour, et les mesures annoncées par son porte parole en faveur d’une meilleure protection de l’environnement viennent confirmer la place prise par cette question dans le débat présidentiel. Débat dopé par la tournée d’Al Gore et  l’intervention médiatiquement réussie de Nicolas Hulot. Plus personne n’est à présent sensé ignorer les menaces qui pèsent sur notre planète. Et des chiffres commencent à sortir. Car la préservation de l’environnement a un prix, qu’il faudra bien payer. Le rapport Stern l’évalue à 5500 milliards d’euros. L’O.N.U à 1000 milliards de dollars par an (!!). Une paille ! Pour la Comurhex ce sera 9 chantiers et 29 millions d’euros. Ce qui n’a pas l’air de satisfaire tout le monde. Les associations et les riverains en veulent plus. Les salariés du site craignent eux sa fermeture. Quant aux dirigeants de l’entreprise, ils invoquent leurs difficultés à boucler leurs plans de financement. Cette situation est tout à fait révélatrice de ce que chacun, à son niveau, est prêt à consentir de sacrifices pour apporter son écot à la préservation de l’environnement. La taxe sur le recyclage des produits électroménagers, qui entre en vigueur aujourd’hui, en est aussi une illustration. Celle sur les activités polluantes en est une autre. Demain, l’interdiction de circulation des automobiles dans les villes. Aujourd’hui sa limitation dans le cœur de Narbonne.Tout cela, dira-t-on, ne représente qu’une goutte d’eau dans un océan. Oui, mais il faut bien commencer par quelque chose. Et arrêter de flatter démagogiquement tout nos petits lobbys narbonnais. Des commerçants du centre ville aux inconditionnels pétaradants de la bagnole.

 

 

 

Articles récents

Echos de la campagne des législatives sur la 2eme circo de l'Aude !

Echos de la campagne des législatives sur la 2eme circo de l'Aude !

Je prends connaissance à l'instant de la presse locale du jour qui fait état, notamment, de la décision prise par Michel Moynier, l'ancien maire de Narbonne adoubé par Hubert Mouly  et préside[Lire la suite]
Étrange calme avant la tempête du 18 juin !

Étrange calme avant la tempête du 18 juin !

Maxime Tandonnet écrit ceci dans un de ses derniers billets : "Ces derniers jours, la France d’en haut, médiatisée, visible, officielle, communie dans un indescriptible enthousiasme, et quasi unanim[Lire la suite]
Tapie doit rembourser 404 millions d'euros… La leçon de Lagarde !

Tapie doit rembourser 404 millions d'euros… La leçon de Lagarde !

Le croquis de la semaine de Denis Carrière : Tapie doit rembourser 404 millions d'euros ! Lagarde sera à ces côtés ???     Vous pouvez agrandir l'image en cliquant dessu[Lire la suite]