Contre-Regards

par Michel SANTO

Chronique de la Grande Région LRMP. Régionales2015: Jean Pierre Grand, de Frêche à Saurel…

000_par7719726

Laurent Dubois a recueilli, le 20 août, dans son blog Midi-Pyrénées Politiques,  les propos du sénateur « Les Républicains » de l’Hérault Jean Pierre Grand sur la pré-campagne des Régionales. Entretien dans lequel il nous informe qu’il est évidemment contre l’idée saugrenue et politiquement déplorable d’une présidence déléguée – je me suis déjà et amplement exprimé sur le sujet pour ne pas y revenir encore une fois – et que le Sénat ne votera pas la proposition de loi promise par Valls à cet effet si elle venait dans le débat parlementaire. Soit! Mais franchement rien de bien surprenant dans cette annonce.  Ensuite et surtout, il persiste dans ces attaques contre le candidat de son parti Dominique Reynié au motif qu’il « se méfie des élus locaux parce qu’il ne les comprend pas. Il est complètement hors du temps ». Ce qui, pour la méfiance, n’est pas forcément hors du temps tant elle semble en effet partagée par de nombreux électeurs. Mais passons, l’essentiel de son intervention étant cette ode à Philippe Saurel en fin d’article: « Philippe Saurel répond davantage aux attentes de nos concitoyens. Les gens sont fatigués d’une approche partisane de la politique et de partis qui se soucient de leur intérêt et oublient l’intérêt général. » Là encore rien de nouveau, toujours la même rhétorique. Je connais un peu le maire de Castelnau, et son histoire politique, pour me permettre de rappeler ici qu’il a toujours privilégié les alliances avec les maires de Montpellier, et ce contre les propres intérêts électoraux et politiques de son parti et ses amis au plan régional, notamment. Hier, il fut indéfectiblement fidèle à Georges Frêche, aujourd’hui, il fait allégeance à Philippe Saurel. Rien que de très classique, si je puis dire, dans sa trajectoire un brin baroque. Il n’est d’ailleurs pas le seul au sein de la métropole montpelliéraine à jouer cette partition iconoclaste, à droite. Une conséquence de l’absence d’un véritable et incontestable leader capable de rassembler toutes les composantes de l’opposition à l’actuelle majorité du Conseil Régional. Et ce depuis près de vingt ans… Il est de notoriété publique, en effet, que, dans ce contexte, comme pour Georges Frêche, une part de l’élite socio-économique et de l’électorat de droite et du centre, a voté Saurel et, plus ou moins discrètement, le soutien dans sa candidature pour les régionales de décembre. Ce qui, au passage, rend d’autant plus pathétique les contorsions politiques de la fédération du PS concernée, Saurel appliquant à la lettre et dans l’esprit la méthode de son prédécesseur.

Photo AFP

Mots-clefs : , , , , , , , ,

Rétrolien depuis votre site.

Désormais, 3 façons de réagir !

Laisser un commentaire

Articles récents

Il s’agit de se mouvoir dignement dans un monde incertain !

Il s’agit de se mouvoir dignement dans un monde incertain !

Sylvain Tesson est écrivain et voyageur. De l’Himalaya aux steppes d’Asie centrale, de la Sibérie aux grands espaces mongols, il a parcouru le monde. Cet été, il nous embarque sur Fran[Lire la suite]
Élection d'Alain Perea à l'Assemblée Nationale et ses conséquences au Grand Narbonne, et ailleurs !

Élection d'Alain Perea à l'Assemblée Nationale et ses conséquences au Grand Narbonne, et ailleurs !

  Alain Perea, élu député, libère donc ses mandats de maire de Villedaigne et de Vice-Président du Grand Narbonne. Question ! quelle sera la proposition que présentera Jacques Bascou au [Lire la suite]
Carole Delga, présidente de la Région Occitanie : "Mon bureau, c'est le terrain" ! Quésaco ?

Carole Delga, présidente de la Région Occitanie : "Mon bureau, c'est le terrain" ! Quésaco ?

        Madame Delga ne rate pas une occasion, lors de ses déplacements en région, pour affirmer avec autorité que son "bureau, c'est le terrain" (1). Une expression [Lire la suite]