Contre-Regards

par Michel SANTO

Chronique de Narbonne. Croc en jambe et Croquis party aux Halles de Narbonne, suite et fin…

taka

Denis Carrière (deuxième à partant de la gauche) et ses amis Georges Martinez, Rémy Bertrand et Jean Claude Courdil

Bon! on ne va pas « se battre » avec Laurent Rouquette pour savoir qui, des réseaux sociaux, et de ce blog en particulier, ou de son journal, a informé, le premier ou pas, l’interdiction faite à Denis Carrière de croquer scènes et « ambiances » à l’intérieur des Halles (1). Le fait est qu’elle lui fut signifiée, physiquement, par deux vigiles municipaux au tempérament musclé, et confirmée, officiellement, le lendemain, par un communiqué du maire sans ambiguïté. Qui n’est pas passé! et qui est à l’origine de l’occupation pacifique des Halles par une bonne trentaine de croquistes, artistes-peintres et photographes de la région narbonnaise (2).Surprise! l’adjoint au maire chargé du commerce était à l’accueil, avenant, tout sourire, la « brosse à reluire » virevoltante, s’exclamant même, dans une pirouette de haute portée politique: « On voulait faire entrer la culture dans les Halles. He bien, c’est fait! ». Ce qui a provoqué un fou-rire généralisé, tant ce « geste » en forme de reculade était théâtralement exécuté. Tout n’étant que malentendu, selon monsieur Parra, faudrait toutefois savoir qui parle net, et que valent les textes signés par notre premier magistrat, en l’occurrence son patron, non? Quoi qu’il en soit, hier, il y avait autant de « croquistes » que de clients dans les Halles. L’ambiance était bon enfant, et, comme toujours en ce lieu, c’est « autour d’un (enfin, un!) verre » que tout cela a pris fin. Sans qu’ils n’embrument, ou fassent oublier, les verres!, ce que cette tentative de « censure » en réalité visait. Mon ami Philippe Taka, photographe, était parmi nous et en a tiré un sympathique et subtil reportage, que vous pouvez visionner en allant sur son site. J’en ai extrait cette photo, pour illustrer ce rapide billet. Voici le lien: « Croquis party aux halles de Narbonne ». Les photos, comme les dessins, « parlent » aussi… Ça vaut le déplacement, virtuel!


(1)  Mes billets précédents sont ici:  (1) (2)

(2) Avertis la veille au soir de cette croquis party, et en plein milieu de la semaine, avec la participation de « figures » locales du milieu artistique, les membres de ce petit groupe ont fait évènement. J’ajoute que plus de 6000 lecteurs de ce blog, sur ces trois derniers jours, ont pu suivre cette étonnante séquence de la vie culturelle narbonnaise…

Mots-clefs : , , ,

Rétrolien depuis votre site.

Désormais, 3 façons de réagir !

Commentaires (8)

  • Joel Raimondi

    |

    Peut etre faut il etre Narbonnais depuis 8 générations pour apprécier cette « farce » tres « caméra cachée » ? bravo aux artiste a l’élu d’avoir su retourner la situation qui se termine autour d’un verre d’humour !

    Reply

  • Alphonse Martinez

    |

    Merci Michel , voici qui prouve qu’armés de crayons la raison peut vaincre la bêtise humaine. Il est sans doute moins risqué de faire expulser un artiste inoffensif que les gens du voyage en situation irrégulière . Etre Narbonnais et connaitre ces comportements ça fait mal .

    Reply

  • Bernard-Mery de Vargas

    |

    Tout le monde dessine, à la queue leu leu, tout le monde dessine…
    Super les photos de Phil Taka.

    Reply

  • Martial Maurette Photographe

    |

    Tout ça pour ça ? Eh bien non. C’est fait, bien fait, partagé, compris. Évidement une fin aussi française, autour d’un verre convivial, ça « tasse » l’effet. Il serait souhaitable d’en savoir plus sur les suites et poursuites des vigiles ordonnés et de l’ordonnateur…/…
    Photographe, je n’irai pas visiter Narbonne, ça craint.

    Reply

    • Michel Santo

      Michel Santo

      |

      Le verre entre « croqueurs » était pour montrer aussi le ridicule, je dis bien aussi, de cette posture municipale. Et qu’elle n’entraverait en rien la bonne humeur, les convictions et la détermination de ceux pour qui la liberté d’expression est chose trop précieuse pour y toucher, même avec des « pincettes »…

      Reply

    • Philippe TAKA

      |

      Hello Martial … Merci pour l’appréciation !

      Au sujet des verres entre «croqueurs», je suis arrivé un peu tard, je les aurais préférés pleins :—); car c’était pour moi une aimable conclusion méditerranéenne — je suis d’origine parisienne ! — où l’image donnait un résumé et une conclusion de l’affaire, les mains, les carnets de croquis, les verres, le commerce et l’argent. Bref, un problème, on s’échauffe, on fait du bruit, la communauté s’enflamme, on prend parti, on en parle fort et tout s’arrange à l’apéro, car le ciel est bleu ici …

      Cependant la réalité était légèrement différente — je suis arrivé après le passage de l’élu hélas —, et j’ai surtout senti moins de brouhaha qu’à l’accoutumée aux halles pour cette heure, une espèce d’observation et de respect mutuels, la concentration des artistes ET des commerçants que je n’ai pas voulu photographier autrement qu’en arrière-plan …

      Reply

  • Elle

    |

    La brosse à reluire virevolante ! Mon Dieu que la langue est belle !! J’adore.

    Reply

Laisser un commentaire

Articles récents

A La Nautique, les windsurfeurs cherchent une planche de salut !

A La Nautique, les windsurfeurs cherchent une planche de salut !

      Un article somme toute bien amusant dans l’Indépendant de ce jour ! Hier matin, aux aurores, la police municipale évacuait une dizaine de camping-cars stationnés su[Lire la suite]
Alzonne ! Dans ce petit village de l'Aude, un "fait divers" bouleversant…

Alzonne ! Dans ce petit village de l'Aude, un "fait divers" bouleversant…

      Alzonne ! Dans ce petit, paisible et discret village du département de l’Aude, une mère de famille nombreuse (35 ans !) a été homicidé. Son conjoint, présumé innoce[Lire la suite]
Il s’agit de se mouvoir dignement dans un monde incertain !

Il s’agit de se mouvoir dignement dans un monde incertain !

Sylvain Tesson est écrivain et voyageur. De l’Himalaya aux steppes d’Asie centrale, de la Sibérie aux grands espaces mongols, il a parcouru le monde. Cet été, il nous embarque sur Fran[Lire la suite]