Contre-Regards

par Michel SANTO

Chronique de Narbonne, et d’ailleurs. Dans ce monde, le silence est une ressource rare…

Le Petit Moka bar restaurant at Town hall square. Narbonne. Pedestrian shopping street in old city central Narbonne. South of France. The ancient town...

Le Petit Moka. Narbonne.


Dans les rayons de supermarchés, sur nos écrans de télé, nos ondes, nos journaux, nos ordinateurs, nos tablettes, nos boîtes de courriel, nos verres de bière, nos tasses de café – comme celle dans laquelle me fut servi un « expresso » à la terrasse du si bien-nommé Petit Moka, hier, à Narbonne – nos paysages, urbains et ruraux, nos routes, nos cartes de crédit, nos boîtes aux lettres, nos vêtements… , partout et toujours la publicité s’immisce, s’impose, s’incruste, s’enracine… Tous nos sens sont ainsi sollicités, stimulés, assiégés, saturés de contenus racoleurs, ludiques, sexués… Un « monde » à fleur de vue, de nez, de doigt, d’oreilles. Plat, lisse, séquencé par les mêmes passions simples orchestrées sur un seul mode binaire:  l’envie et la compassion, la violence et la légèreté, la haine et l’amour… Dans ce monde de bruit, le silence, l’attention et la contemplation sont devenus des ressources rares. Tant nous sommes dans l’illusion d’un monde disponible, à portée de clics. Dans ce monde de l’hyper médiatisation et de la connexion permanente, ce monde sans chair ni sensibilité, s’impose à nous un incessant flux de paroles qui nous conduit à redouter le silence, à ne point tenter de le faire pour entendre cette parole intérieure qui nous apaise, et cultiver cette attention aux choses et aux hommes qui les révèle dans toute leur profondeur. Et les sublime, parfois…

Il y a toujours, dans le silence, de l’inattendu, une beauté qui surprend, certaine tonalité qu’on goûte avec la finesse d’un gourmet, un repos au goût exquis… Jean Michel Delacomptée (Petit éloge des amoureux du silence) Dans Alain Corbin: « Histoire du silence, de la Renaissance à nos jours »


  IMG_1793 (2)    

Mots-clefs : , , , ,

Rétrolien depuis votre site.

Désormais, 3 façons de réagir !

Commentaires (4)

  • Polo

    |

    « Il n’y a qu’un problème: rendre aux hommes une signification spirituelle.Faire pleuvoir sur eux quelquechose qui ressemble à un chant grégorien »Antoine de Saint Exupéry.

    Reply

  • Polo

    |

    Michel Santo
    Ma citation de st Ex ne vous est elle pas parvenue ou ne la considérez vous pas d’actualité dans votre sujet très profond sur le silence opposé à toutes les pubs et les bruits de ce monde?

    Reply

    • Michel Santo

      Michel Santo

      |

      Il fallait me laisser le temps de retrouver mon domicile pour approuver votre citation. Tous les commentaires sont en effet modérés… Rentrant à l’instant , c’est fait !Soyez patient la prochaine fois Polo… Bonne journée!

      Reply

  • Jakin

    Jakin

    |

    Merci Michel pour ce joli texte, que l’habitué du Moka que je suis apprécie. Merci aussi pour cette référence du toujours nourrissant Corbin, que je n’avais pas lu !

    Reply

Laisser un commentaire

Articles récents

Pourquoi je ne crois pas à une sélection « éthique » en mai 2017 !

Pourquoi je ne crois pas à une sélection « éthique » en mai 2017 !

À lire et écouter certains commentateurs, ce matin, je me demande si l’on vit dans le même monde. Ils semblent en effet découvrir que la violence et les affaires « pourrissent » la v[Lire la suite]
Ce que je retiens du débat d’hier est le «Je». "Je ferai" ceci et cela, etc. Absurde, évidemment !

Ce que je retiens du débat d’hier est le «Je». "Je ferai" ceci et cela, etc. Absurde, évidemment !

Ce que je retiens du débat d’hier est le « Je ». «Je ferai" ceci et cela, etc. Absurde, évidemment ! Les propositions démagogiques mises de côté, un président, sous la Ve République, ne [Lire la suite]
La Société Nautique Narbonnaise et le Pavillon de la Nautique : fin d'un absurde conflit !

La Société Nautique Narbonnaise et le Pavillon de la Nautique : fin d'un absurde conflit !

La Pavillon de la Nautique n’aura finalement pas été coulé par l’équipage aux commandes de la S.N.N, conduit par Robert Dejean. C’était pourtant l’objectif visé, on s’en souvient peut-être[Lire la suite]