Contre-Regards

par Michel SANTO

Chronique de Narbonne, et d’ailleurs. Nos parlementaires draguent le « merlan » quand le pays perd la tête…

internetonyva


Avec un poil de retard sur leurs confrères, La sénatrice Gisèle Jourda et le député Jean-Paul Dupré se sont fait l’écho des inquiétudes des perruquiers audois. Nos friseurs se font un sang d’encre et des cheveux blancs, paraît-il. La cause ? Noé (pour « nouvelles opportunités économiques » ou Macron 2), qui pourrait les couler. Les merlans ne seraient plus soumis en effet à une qualification obligatoire. C’est un métier proteste leur syndicat professionnel. Un métier dangereux ! Et, pour le prouver il veut équiper les parlementaires de ciseaux et de peigne. Une idée audacieuse, pour ne pas dire irresponsable, dans une assemblée où les crêpeurs de chignon font la loi. Tout ça par peur de voir Uber imposer ses « figaro » dans la profession. Ce qui est très tiré par les cheveux. Comme de chercher des totos sur un chauve! En effet, si le brevet professionnel est obligatoire pour un salon, il ne l’est pas pour exercer à domicile, par exemple. Or les auto-entrepreneurs représentent déjà 20 % des coiffeurs. C’est dire que l’ubérisation par le cheveu est déjà en marche. Pendant ce temps nos trains sont aujourd’hui à l’arrêt et nos pompes à sec. Voilà pourquoi Jourda et Dupré, ce même jour, me défrisent. J’attendais d’eux, les lisant dans la presse, qu’ils nous disent ce qu’ils pensent de ce nouveau petit père du peuple moustachu de la CGT qui ne peut pas voir Valls en rose et en teinture. Bref, qu’ils ne coupent pas les cheveux en quatre quand le pays perd la tête. Leur mandat ne tient qu’à un cheveu!

Mots-clefs : , , , , ,

Rétrolien depuis votre site.

Désormais, 3 façons de réagir !

Laisser un commentaire

Articles récents

Pantalonnades narbonnaises, suite...

Pantalonnades narbonnaises, suite...

    Monsieur Éric Parra, l’adjoint en charge du commerce, notamment, de ma charmante petite ville est très, très en colère. L’un de ses administrés, restaurateur de son état, serait [Lire la suite]
À l'Élysée plus grand monde ne parle à la presse, dit-on !

À l'Élysée plus grand monde ne parle à la presse, dit-on !

Dans son billet politique, Frédéric Says, sur France Culture, ce matin, se plaignait du tarissement des sources d’information auprès desquelles ses confrères journalistes s’alimentaient sous la [Lire la suite]
Didier Mouly sait-il encore où il campe et sur quel pied danser !

Didier Mouly sait-il encore où il campe et sur quel pied danser !

    Lors du dernier conseil municipal, Didier Mouly a fait un surprenant discours introductif de politique générale. Il y a notamment déclaré que l’actualité tant nationale que l[Lire la suite]