Contre-Regards

par Michel SANTO

Chronique de Narbonne, et d’ailleurs. Pourquoi donc les boulangeries ne pourraient pas ouvrir sept jours sur sept?

    photo-copie-1  

Peut-on ouvrir son commerce 7 jours sur 7 ? Non, selon la justice civile. Quatre boulangers des Landes, poursuivis devant le tribunal de police de Dax pour avoir vendu du pain tous les jours de la semaine, en infraction avec la règlementation en vigueur, avaient été condamnés  à 500 euros d’amende avec sursis. Mais oui, selon le tribunal administratif de Pau, qui vient de déclarer illégal l’arrêté de la préfecture des Landes interdisant aux boulangers de ce département de travailler tous les jours de la semaine, au motif que l’arrêté n’avait pas été signé par l’ensemble des organismes vendant du pain dans le département.  L’affaire avait éclaté début 2015 au moment où les débats à propos de la loi Macron se concentraient sur le travail dominical et avait rapidement pris une tournure politique. Les Républicains (sous le sigle UMP à l’époque), notamment, avaient ainsi lancé en février une pétition de soutien à Stéphane Cazenave, l’un des boulangers landais mis en cause. L’argument avancé par Jean-Pierre Crouzet, le patron du syndicat des boulangers, était  que l’ouverture 7 jours sur 7 présenterait un danger pour la profession et qu’elle favoriserait  inévitablement « les plus gros au détriment des plus petits. » Comme si le client amateur de bon pain aimait à se faire rouler dans la farine. Je prends mon cas pour exemple. Mon boulanger de la place de Verdun, dont j’ai déjà dit et écrit qu’il était le meilleur de la ville, à tout le moins, est fermé le dimanche. En changer le lundi ne m’a pourtant jamais effleuré l’esprit, sauf cas de force majeure, au motif qu’à acheter une baguette bien cuite aux Halles ou à la boulangerie de la place de l’hôtel de ville, la veille, m’inciterait à ne plus y retourner le lendemain (1). D’autant plus stupide que je pourrais, le samedi, comme de nombreux clients venant de villages voisins, acheter tout un lot de pains pour la fin de semaine. Ils sont d’une qualité telle qu’ils se conservent parfaitement bien. Bref! Faire passer le goût du pain (tuer) aux  boulangers qui travaillent 7 jours sur 7 et le dimanche n’ôte pas nécessairement à celui qui ne le veut, ou peut pas, le pain de la bouche. Le goût et le plaisir d’un bon pain ne se mendient pas…


(1) Dans l’Aude, pas d’interdiction d’ouverture 7 jours sur 7…

Mots-clefs : , , , , ,

Rétrolien depuis votre site.

Désormais, 3 façons de réagir !

Commentaires (1)

  • Bernard-Mery de Vargas

    |

    Cela fait partie d’un lot de réglementations obsoletes qui perdurent on ne sait trop pour quoi ou pour qui. Mais on est pas les seuls, j’ai souvenir de voyages en Suisse ou j’avais appris à m’enquérir du jour de fermeture de l’hôtel ou je comptais résider.
    Sauf changement depuis, les hôtels ont l’obligation de fermer une journée dans la semaine. En fait le tôlier est là, il s’occupe des clients déjà présents mais ne peut en accueillir d’autres ce jour là.
    Trop drôle, non?

    Reply

Laisser un commentaire

Articles récents

Petite parabole sur le rayonnement d'équipements "structurants" (Le parc des expositions de Narbonne)

Petite parabole sur le rayonnement d'équipements "structurants" (Le parc des expositions de Narbonne

Quand j'ai vu cette touchante affiche animalière placardée sur un des nombreux petits panneaux publicitaires qui décorent les rues de ma ville, j'ai tout de suite pensé à une charmante  allégorie de [Lire la suite]
Hier soir, sur TF1, une "nouvelle vie de François Hollande" sans aucun intérêt …

Hier soir, sur TF1, une "nouvelle vie de François Hollande" sans aucun intérêt …

      Hier soir, 20 heures, devant le JT de TF1. À mi-journal, Gilles Bouleau et sa longue et fine silhouette plantée au milieu de son plateau, raide, mais sans trop, juste ce qu[Lire la suite]
Jacques Bascou ! Décryptage après son passage sur Radio Barques...

Jacques Bascou ! Décryptage après son passage sur Radio Barques...

Samedi, nous recevions jean-Claude Julès et moi, sur radio Grand Sud FM, à Radio Barques, Jacques Bascou, le président du Grand-Narbonne. L’occasion de lui demander, entre autres, qu’elles étaient se[Lire la suite]