Contre-Regards

par Michel SANTO

Chronique de Narbonne et de la Grande Région.Europe Ecologie veut un statut catalan dans la future Région: ça craint!

langevine_onesta_la_clau

Le grand concours de la démagogie électorale est ouvert. Après le « cinquième niveau territorial » alaryen, la transhumance des futurs conseillers régionaux entre Toulouse et Montpellier, de Carole Delga, l’arrêt de la fusion promu par Dominique Reynié, voici le statut particulier des Verts pour la Catalogne Nord. Et pourquoi pas, tant qu’on y est, rénover les châteaux Cathares pour en faire des « Paradors » et imposer le l‘Occitan et le Catalan comme  langues officielles de la future Assemblée Régionale…

En campagne pour les élections régionales des 6 et 13 décembre, Europe Ecologie – Les Verts (EELV) a un projet spécifique pour les Pyrénées-Orientales. Le parti écologiste de gauche en a brossé les contours jeudi 25 juin à Perpignan, en présence de sa tête de liste, l’ancien député européen Gérard Onesta, n°1 de l’assiduité parlementaire parmi ses compatriotes. Cette rencontre s’est déroulée en présence d’Agnès Langevine, tête de liste départementale en Pays Catalan. EELV défend un «statut novateur pour la Catalogne Nord», territoire invité à «exprimer tout son potentiel au sein de la nouvelle région Languedoc-Roussillon / Midi-Pyrénées». Les Pyrénées-Orientales sont une «charnière stratégique» entre la future grande région et la «puissante» Catalogne du Sud, selon le parti. Sans tabous territoriaux ni incantations autonomistes, le binôme Langevine-Onesta soutient un «vrai statut», matérialisé par une instance particulière regroupant les élus du Pays Catalan au sein du Conseil régional. Des «compétences renforcées» et des «budgets dédiés» soutiendraient cette formule. La future assemblée régionale, composée de 158 conseillers régionaux, comportera 13 ressortissants des Pyrénées-Orientales. Pour EELV, ces 8 % d’élus, seuls extérieurs au Languedoc historique parmi les 13 départements du futur périmètre, devront bénéficier dès 2016 d’une «réalité juridique incontestable».

Source : La Clau – Europe Ecologie veut un statut catalan dans la future Région – Politique

Mots-clefs : , , , ,

Rétrolien depuis votre site.

Désormais, 3 façons de réagir !

Commentaires (5)

  • GRILLERES

    |

    merci de me désabonner de la newsletter

    Reply

  • Jacky Grau

    |

    Je laisse aux écologistes et autres défendrent leur position mais ces propositions ne sont qu’un juste retour du statut autonome du Val d’Aran en Catalogne Sud pour moins de 10.000 habitants et où l’occitan est langue co officielle avec le catalan et le castillan.
    J’espère bien que l’occitan et le catalan seront langues co officielles dans la future Occitània. ..
    Il est difficile d’imaginer cela pour les esprits formatés au centralisme étatique parisien mais cela se passe juste à côté dans une région autonome alors que nous sommes dépendant et souvent servile par rapport au pouvoir central.

    Reply

  • Raynal

    |

    Et on interdit la cargolade….(Pour la protection des bêtes a cornes)….

    Reply

Laisser un commentaire

Articles récents

Il s’agit de se mouvoir dignement dans un monde incertain !

Il s’agit de se mouvoir dignement dans un monde incertain !

Sylvain Tesson est écrivain et voyageur. De l’Himalaya aux steppes d’Asie centrale, de la Sibérie aux grands espaces mongols, il a parcouru le monde. Cet été, il nous embarque sur Fran[Lire la suite]
Élection d'Alain Perea à l'Assemblée Nationale et ses conséquences au Grand Narbonne, et ailleurs !

Élection d'Alain Perea à l'Assemblée Nationale et ses conséquences au Grand Narbonne, et ailleurs !

  Alain Perea, élu député, libère donc ses mandats de maire de Villedaigne et de Vice-Président du Grand Narbonne. Question ! quelle sera la proposition que présentera Jacques Bascou au [Lire la suite]
Carole Delga, présidente de la Région Occitanie : "Mon bureau, c'est le terrain" ! Quésaco ?

Carole Delga, présidente de la Région Occitanie : "Mon bureau, c'est le terrain" ! Quésaco ?

        Madame Delga ne rate pas une occasion, lors de ses déplacements en région, pour affirmer avec autorité que son "bureau, c'est le terrain" (1). Une expression [Lire la suite]