Contre-Regards

par Michel SANTO

Chronique de Narbonne. Guerre ouverte entre le « Palais » et la Société Nautique de Narbonne…

imagesLa guerre était jusqu’ici navale et sous marine, elle est désormais terrestre et ouverte. Après une première tentative, avortée, de sabotage par une « taupe » ennemie, un lourd missile à tête chercheuse vient d’être lancé du « Palais » sur la Société Nautique de Narbonne, qui gère le petit port de la Nautique, et son Président, Jacques Heurley. L’objectif visé étant la destruction du projet initié sous la mandature Bascou, projet consistant à confier l’aménagement et la gestion de l’ancien «Club House» : le Pavillon si bien nommé, à un professionnel de la restauration.

Ce qui , dans un style où le défaut de grammaire fait figure de rhétorique, donne ceci: « Le cahier des charges qui régit les relations entre la Ville de Narbonne et la Société Nautique de Narbonne, ne fait pas d’exception et ne peut pas être interprété différemment de sa lecture » – Qui pourra jamais m’expliquer que la seule lecture d’un texte suffit à son interprétation!? Sommation suivie d’une foudroyante appréciation en nullité du Président Heurley  l’invitant à quitter son navire, ou à se soumettre aux attrapades de son assaillant municipal… Du lourd! Et une illustration, à l’échelle de notre petite république locale, d’un vrai « mal français » : celui, pour une nouvelle majorité au pouvoir , de défaire ce qui avait été construit ou validé, en la circonstance, par la précédente; du temps , de l’énergie… et de l’argent public souvent dépensés  en pure perte dans le seul but de satisfaire le désir narcissique d’élus soucieux de refaire l’histoire à leur seule façon…

Mots-clefs : , , , ,

Rétrolien depuis votre site.

Désormais, 3 façons de réagir !

Commentaires (5)

  • Joel Raimondi

    |

    Question : Mais pourquoi qu’au pays de la Convivencia des troubadours des 12e et 13e (art du vivre ensemble dans le respect des différences irréductibles considérées comme atouts) les personnes d’aujourd’hui préférent les bagarres stérilisantes d’égo ? plutot que de trouver ensemble des solutions satisfaisant l’intérêt général ? Ce que le philosophe Auguste Comte (natif de Montpellier) appelait la sociocratie (le pouvoir au socios – les gens) … en ces périodes de vœux, revons un peu …d’une vie meilleure ici et maintenant en tricotant nos atouts ….

    Reply

    • Michel Santo

      Michel Santo

      |

      Ton office de médiateur professionnel ferait bien l’affaire dans ce conflit d’un autre âge, Joël !

      Reply

  • CLUPP de La Nautique

    |

    Monsieur Santo,
    Avant de prendre position comme vous le faite, renseignez vous d’abord à La Nautique ça vous évitera d’écrire n’importe quoi et surtout cela vous évitera de politiser l’affaire comme vous le faite. Contrairement à ce que vous laissez entendre il n’y a pas que la Mairie qui ne veut pas que « notre Club house » devienne un Bistrot/restaurant ou se termineront les agapes post Halles et les 3è mi-temps des Rugbymans. Il y a aussi les Usagers du port de La Nautique qui se sont unis en CLUPP: « Comité Local des Usagers Permanents du Port de La Nautique » qui représente plus de 150 utilisateurs du port qui sont contre ce projet et veulent garder leur Club house. Il y a aussi une pétition en ligne et une pétition manuscrite qui circulent et seront déposé en Mairie et au Préfet fin Janvier.
    Informez vous, contactez nous par email au CLUPP de La Nautique, nous nous ferons un plaisir de vous donner une a informer de ce qui se passe réellement à La Nautique.

    Reply

    • Michel Santo

      Michel Santo

      |

      Je ne prends pas position, cher Monsieur, je constate un fait, désormais public : l’opposition, le conflit entre la SNN et la mairie de Narbonne à propos d’une opération engagée avant l’accession au pouvoir de cette majorité municipale. Et fais observer que ce genre de situation est hélas monnaie courante dans ce pays. Que des usagers et leurs représentants ne soient pas d’accord avec ce projet est une autre histoire, si je puis dire. Et je ne vois pas en quoi, je dirais « n’importe quoi » , pour reprendre votre vocabulaire, sinon pour n’avoir pas fait connaître votre opposition qui semble coïncider avec celle du Maire de Narbonne. Et que je ne me permettrai pas de qualifier comme particulièrement opportune… Bien à vous!

      Reply

  • epivu

    |

    Non cela ne coïncide pas avec l’arrivée de M. Mouly à la mairie.
    Notre opposition est plus ancienne.
    Mais le président de la snn nous ignore. L’assemblée générale en
    février 2015 sonnera le glas de son mandat. Il a avec ses amis du comité attribué notre club house à David moreno comme vous le savez, mais cette personne ne figure ne figure pas dans les statuts
    de la « sarl le pavillon » chargée de gérer ce restaurant, pourquoi ?
    Ce qui est sur c’est qu’une grosse
    majorité de sociététaires ne veut pas de ce projet, mais la direction que nous avons élu nous a trompé et nous méprise. Magouilles…….

    Reply

Laisser un commentaire

Articles récents

Il s’agit de se mouvoir dignement dans un monde incertain !

Il s’agit de se mouvoir dignement dans un monde incertain !

Sylvain Tesson est écrivain et voyageur. De l’Himalaya aux steppes d’Asie centrale, de la Sibérie aux grands espaces mongols, il a parcouru le monde. Cet été, il nous embarque sur Fran[Lire la suite]
Élection d'Alain Perea à l'Assemblée Nationale et ses conséquences au Grand Narbonne, et ailleurs !

Élection d'Alain Perea à l'Assemblée Nationale et ses conséquences au Grand Narbonne, et ailleurs !

  Alain Perea, élu député, libère donc ses mandats de maire de Villedaigne et de Vice-Président du Grand Narbonne. Question ! quelle sera la proposition que présentera Jacques Bascou au [Lire la suite]
Carole Delga, présidente de la Région Occitanie : "Mon bureau, c'est le terrain" ! Quésaco ?

Carole Delga, présidente de la Région Occitanie : "Mon bureau, c'est le terrain" ! Quésaco ?

        Madame Delga ne rate pas une occasion, lors de ses déplacements en région, pour affirmer avec autorité que son "bureau, c'est le terrain" (1). Une expression [Lire la suite]