Contre-Regards

par Michel SANTO

Chronique de Narbonne: Où il est question d’apolitisme, de Didier Mouly, de Bertrand Malquier et des tonneaux des « Halles »…

    Capture d’écran 2014-12-01 à 13.14.08

Manuel Cudel  nous livre, dans le Midi Libre de dimanche dernier, cette « indiscrétion »: Didier Mouly serait intéressé par le mandat de conseiller départemental. Si on ajoute à cette discrète information, non démentie pour le moment, celle avérée – et photographiée – du voyage récent fait à Toulouse, à l’invitation du maire UMP de la Ville, Monsieur Moudenc, qui y avait invité tous les maires de son parti de la future grande région, dont Michel Py, le voisin de Leucate, pour lancer les travaux préparatoires  des élections régionales de décembre 2015, on ne manquera pas de s’interroger sur le sens réel de cet apolitisme de principe  revendiqué par le maire de Narbonne, assorti, de surcroît, d’un refus, préélectoral, il est vrai, de cumuler plusieurs mandats afin de réserver tout son temps et toute son énergie à l’exercice de son seul « métier » de premier magistrat de la Ville.  Il y a là , pour le moins, une sortie de route intellectuelle qui mériterait quelques explications… politiques. Mais attendons  encore quelques semaines avant d’aller plus loin que ce banal constat pour en tirer quelques leçons de plus long terme… Tenez, à propos d’indiscrétions, je vous livre celle qui, dimanche, circulait autour des « tonneaux » des Halles, ce temple profane et domestique de la vie Narbonnaise, « tonneaux » en général très bien informés sur la vie politique de ma petite cité, qui cependant, j’insiste toujours au risque de lasser, se veut toujours grande: Monsieur Bertrand Malquier se verrait bien succéder à l’ancien premier adjoint d‘Hubert Mouly, Alain Madalle, à l’Assemblée Nationale en 2017 ou avant, sait-on jamais … qu’il ne serait pas très chaud pour un petit siège au Conseil Départemental de l’Aude… et que, et que! Aïe ! Quand on pense au sort  qui fut réservé par le père de Didier Mouly à son ancien premier adjoint, on craint, en effet, que l’histoire se répétant toujours sous la forme d’une farce – ce n’est pas de moi, mais de Karl – la suite des évènements, s’ils devaient se produire, évidemment, ne démontre encore une fois la pertinence de ce « théorème » de philosophie politique… À ce propos, qu’en pense Michel Py?

Mots-clefs : , , , , ,

Rétrolien depuis votre site.

Désormais, 3 façons de réagir !

Commentaires (1)

  • flamant rose enchainé

    |

    Engagement n°3 NN : « La conséquence logique de cet esprit Nouveau Narbonne consiste à demander à l’élu de se consacrer entièrement à son mandat local. Nouveau Narbonne s’oppose donc au cumul des mandats, car être à la fois député, maire, voire plus encore, est peut-être flatteur pour l’ego de l’élu et utile à sa carrière, mais c’est d’abord une insupportable tromperie de l’électeur qui ne peut engendrer que l’inefficacité. »
    Comme dirait feu le Petit père Queuille: « Les promesses n’engagent que ceux qui les écoutent. »
    AMEN, LES PROMESSES SONT DEJA MORTES.

    Reply

Laisser un commentaire

Articles récents

Narbonne ! Mais qui réfléchit aux conséquences de l'externalisation de ses "services publics" ?

Narbonne ! Mais qui réfléchit aux conséquences de l'externalisation de ses "services publics" ?

      Voilà, c’est fait ! Le siège du Grand Narbonne (et les services) va quitter le centre ville pour s’installer à sa périphérie (au sein d’une zone d’activités – et commer[Lire la suite]
Salut les copains !

Salut les copains !

Le croquis de la semaine de Denis Carrière : "Salut les copains !"           Vous pouvez agrandir l'image en cliquant dessus. Tous les croquis et car[Lire la suite]
Jean-Pierre LE GOFF : « Le mythe Johnny : entre nostalgie des Trente Glorieuses et sacralisation du rebelle »...

Jean-Pierre LE GOFF : « Le mythe Johnny : entre nostalgie des Trente Glorieuses et sacralisation du

      Propos recueillis dans "Le Figaro" du jeudi 7 décembre par Vincent Trémolet De Villers. Extraits : La mort de Johnny Hallyday a déclenché une très forte émotion collec[Lire la suite]