Contre-Regards

par Michel SANTO

Chronique du Comté de Narbonne.

NarbbLundi 19 juin de l’an 2012 ,

 

Ah ! ce Dédé de Navarre, mon oncle ! Tourneboulé, les neurones en émoi, le naufrage de Bodorniou et de son équipage, qu’il n’a cessé pourtant de flatter à longueur de colonnes dans sa gazette durant le premier tour de cette guerre des «  roses », lui fait voir le « petit monde » comtal de bien étrange façon. Ne vois tu pas que dans les dernières lignes de son poulet d’hier, il sermonne la marquise de Fade pour n’avoir pas rendu hommage au comte de Labatout : les observateurs attentifs de la vie de cour narbonnaise s’en tordent encore les boyaux. Quand même ! Cette victoire de la marquise de Fade et son entrée à la cour du Roi Batave, elle ne les doit qu’à « l’étiquette » royale, à son patient et laborieux travail, et à l’indéfectible et constant soutien du sénateur Marteau. En lui rendant un hommage appuyé le soir des résultats, elle désignait ainsi ceux des siens qui lui ont fait sournoisement défaut. On imagine sa tête à la lecture de ses lignes de Dédé où il explique doctement qu’elle aurait tort d’oublier le Comte qui, en filigrane, c’est son mot « aurait joué un rôle plus important qu’il n’y paraît. » On s’étouffe au club des fumeurs de havane du sieur de la Brindille et on avale des équerres dans les ligues libres-penseuses, mon oncle. Seuls les courtisans appointés et les tartuffes de toute obédience font encore semblant de voir dans l’âne de Buridan qu’il fut, jusqu’à ce que le vent forcit dans les voiles de la marquise, un chef d’œuvre tactique inspiré par les mannes de Talleyrand. Il est cependant vrai que la médiocrité est assez souvent secondée par des circonstances qui donnent à ses desseins un air de profondeur. Ton ami François-René remarque que des hommes impuissants qui, pour la foule, paraissent diriger la fortune, sont tout simplement conduits par elle et, comme ils lui donnent la main, on croit qu’ils la mènent. Mais ce serait faire injure à l’intelligence de la marquise de Fade et du Prince, dit le petit, de Gruissan, de prétendre leur faire gober cette fable bornée par le tragique d’une amitié pathétiquement écartelée. En réalité, mon oncle, je me demande si Dédé de Navarre, inconsciemment sans doute, ne pensait pas plutôt à lui aussi dans ce « papier » astucieusement tourné. La marquise, qui souffrit du traitement que lui firent subir le gazetier et son double comtal, saura, un jour, du siège qu’elle occupe désormais à la Cour, le leur rappeler. On apprend vite dans cette jungle : les sourires pour séduire et les grimaces, traces survécues des habitudes préhistoriques, pour mordre. Dans ma prochaine missive, je te parlerai de cette autre guerre rosienne qui vit la revanche du petit marquis de Landrieu sur le sieur Bodorniou. En attendant de te réjouir de ces petites comédies humaines, mon oncle, je te souhaite bien le bonsoir. L’heure n’étant pas encore au repos, je m’en vais rejoindre l’œuvre de Paul Adam. Le connais tu ? Quelques pages encore pour terminer  le premier tome de sa tétralogie : le Temps et la Vie, son titre ? La Force…  « Faut-il donc devenir des brutes joyeuses qui acceptent tout ce qui ne gêne pas leurs vices ?…Vous n’avez point parlé ainsi, Caton, ni toi, Brutus ! », se lamente ainsi Bernard Héricourt… Je t’embrasse, mon oncle !

Rétrolien depuis votre site.

Désormais, 3 façons de réagir !

Laisser un commentaire

Articles récents

La société du vide parée de lin blanc fonctionne au carburant de la haine et du ressentiment. Elle fait peur !

La société du vide parée de lin blanc fonctionne au carburant de la haine et du ressentiment. Elle f

                  Un insoumis traqueur de "fascistes planqués", filme un individu casqué tabassant un manifestant place de la Cont[Lire la suite]
Le Cabinet d'Art Particulier et "Les Grands Buffets Mécénat" exposent Patrick Chappert-Gaujal…

Le Cabinet d'Art Particulier et "Les Grands Buffets Mécénat" exposent Patrick Chappert-Gaujal…

        Louis Privat, le patron des « Grands Buffets » n’est jamais à court d’idées – il ne fait jamais rien comme personne ! Surtout quand il s’agit de promouvoir l’[Lire la suite]
Une intense lumière suffit à graver la vérité.

Une intense lumière suffit à graver la vérité.

              Dans le carnet de Marc Pautrel, chaque jour, trois phrases - parfois notes de travail, parfois journal intime -. (lien direct en[Lire la suite]
Narbonne, ville (d'art) et d'histoire !

Narbonne, ville (d'art) et d'histoire !

Le croquis de la semaine de Denis Carrière :  "Narbonne, ville (d'art) et d'histoire !"       Lire aussi : l'étrange destin de l'Aspirateur en cliquant sur (ici) [Lire la suite]
Claude Lanzmann et Jean Cau, une amitié inaltérée…

Claude Lanzmann et Jean Cau, une amitié inaltérée…

        J’écoute le troisième entretien accordé par Claude Lanzmann à Laure Adler (À voix nues), diffusé sur France le 28/12/2005. Tout à la fin il évoque sa découver[Lire la suite]
RCNM ! Mais que cherche donc l’ex-président de la SASP du Rcnm, Bernard Archilla ?

RCNM ! Mais que cherche donc l’ex-président de la SASP du Rcnm, Bernard Archilla ?

      Que cherche donc l’ex-président de la SASP du Rcnm, Bernard Archilla, dont la démission a été  acceptée et confirmée, par son Conseil d’Administration, le 24 avril . Ma[Lire la suite]
%d blogueurs aiment cette page :