Contre-Regards

par Michel SANTO

Chronique du Comté de Narbonne.

Lundi 14 mai de l’an 2012

Me voici de retour après un trop long séjour, à mon goût, à l’Hôtel Dieu de Narbonne où l’on me pria précipitamment de me rendre  afin de soigner une vilaine douleur à la jambe droite. Je n’eus pas le temps de terminer la lettre que je te destinais et te l’adresse en l’état ; à toi de le faire mon oncle ! Un peu fatigué, je m’empresse de tracer ces quelques lignes en espérant qu’ elles te parviendront dès demain. Je t’embrasse !

 

Mercredi 9 mai de l’an 2102

Cher oncle,

Quel calme, ce matin ! la cité semble avoir perdu cette énergie dévorante, égoïste, tumultueuse qui , hier encore, groupait en deux camps violemment opposés les partisans de François de Gouda et ceux du roi sortant. Le peuple a tranché, comme à son habitude, mon oncle, en coupant la tête de Nicolas ! Mais l’humanité ayant fait de grands progrès, les guillotines sont désormais en papiers et les factieux définitivement embourgeoisés ; ce qui, au demeurant, nous en conviendront tous deux, est fort heureux ! Ainsi, voit on, à échéance régulière, cette immémoriale loi du bouc émissaire, purger les passions ; et, de ce fait, la société des hommes retrouver un simulacre d’ordre. Jusqu’à la prochaine crise, mon oncle, qui en cette période troublée ne saurait tarder. Parions donc que François de Gouda, de sa grâce, ne pourra  longtemps jouir ; et que de changements avoir tant promis, le peuple ne constate que nenni ; et ne lui fasse subir un sort identique à celui qu’il combattit. A bien y réfléchir, l’immense avantage de la démocratie et de ses rituels électoraux, mon oncle, est d’avoir substitué un simulacre de guerre civile à la guerre sociale. Rien d’étonnant, de surcroît, dans un pays qui est entré dans les Lumières en décapitant son dernier roi ; souvenir funèbre qui ne cesse de hanter la conscience de nos petits bourgeois qui, le jour, se rêvent en Gavroche habillés par Prada et, le soir, en Trader militant d’Emmaüs. Les vices, les abus, voilà ce qui ne change point ; ils se déguisent en mille formes sous le masque des moeurs dominantes : leur arracher ce masque et les montrer à découvert, telle est la noble tâche d’un esprit libre…

       

Rétrolien depuis votre site.

Désormais, 3 façons de réagir !

Commentaires (1)

  • raynal

    raynal

    |

    Heureux de te voir reprendre ta place au créneau après cette désagréable parenthèse.

    Tu l’as dit le calme est revenu, nulle tete a la pointe des piques, les vainqueurs restent humbles dans la victoire, les vaincus dignes dans la défaite….Démocratie, j’écris ton nom…

    Cela fait partie de ces moments ou l’on peut se dire que, bon…ça ne marche finalement pas si mal que çela ce système.

    Et puis, Gouda, Gouda…Il n’y a sans doute pas de quoi en faire tout un fromage…!

    Demeure un problème apparement simple a résoudre si on en juge les propos de campagne…J’ai nommé la quadrature du cercle…

    Mais nul doute que le génie organisateur de ces valeureux pourfendeurs de l’imposture saura trouver les solutions là ou personne ne les a encore trouvées…A savoir, si j’ai bien compris,
    depenser plus en économisant davantage et revenir a l’équilibre tout en continuant a creuser le trou….

    Archimède, lui meme, en resterait perplexe.

    Il faut dire qu’affirmer que l’on va embaucher 80000 fonctionnaires de plus, le tout a effectifs constants, donc (il suffisait d’y penser )augmenter sans réduire tout en stabilisant…Voila
    techniquement un exercice de funambulisme dont je suis curieux de connaitre l’issue (meme si j’en ai une vague idée ).

    Mais a coeurs vaillants, rien d’impossible et puis, au cas très improbable ou cela s’avérerait etre un des multiples et ravissants contes que Shéhérazade narrait au calife Haroun el Rachid dans
    les nuits chaudes d’Ispahan,resterait le repli sur les positions préparées a l’avance, stratégie chère a toutes les armées en déroute…L’héritage, le bilan de l’autre, le battu, ce pelé, ce
    galeux d’ou nous  vient tout le mal !

    Rien de nouveau, donc, a l’ouest comme ailleurs sinon que le mur sur lequel nous propulse la vitesse acquise me parait se rapprocher dangereusement.

    Mais, bah…!Il est peut etre, parfois, des déflagrations neccécaires et salutaires…

    Imagine seulement qu’au milieu des débris et des ruines, on retrouve soudain, miraculeusement épargné,cette ultime étincelle commune a tous les hommes et que, faute de mieux, on appela autrefois
    Fraternité !

    Incorrigibles que nous sommes avec cette esperance accrochée au coeur comme une moule sur son rocher !

    Allez, va…

     »Memento magnitudis…Memento moris… »

    Je ne traduis pas  c’est encore plus beau dans la version originale…

    Prends soin de toi et n’oublies pas que tu es unique…

    A toi.

    Reply

Laisser un commentaire

Articles récents

Le Pogge ressuscite Lucrèce et la face du monde en est changée…

Le Pogge ressuscite Lucrèce et la face du monde en est changée…

      les Facéties du célèbre Florentin , posées  sur mon bureau, dans lesquelles je plonge  de temps en temps ( chez Anatolia 1994 ). Une satire violente qui démasque l’hypo[Lire la suite]
Deux ou trois mots sur mon "silence" sur le procédé Thor d'Areva-Malvési (Pas seulement !)

Deux ou trois mots sur mon "silence" sur le procédé Thor d'Areva-Malvési (Pas seulement !)

    Une « baleine rieuse » s’ébat depuis quelques jours dans le flux de mes rares billets estivaux et s'échauffe, car je ne dirai rien des graves menaces que ferait peser l'usine[Lire la suite]
Deux "cartes postales" de Gruissan – été 2017 !

Deux "cartes postales" de Gruissan – été 2017 !

Tous les soirs d'été (ou presque), c'est apéritif (pas toujours) au Café de la Paix. Toujours à la même place, à sa terrasse (en réalité un trottoir) le dos au mur, qui offre une "vue" à 180[Lire la suite]