Contre-Regards

par Michel SANTO

Clientélisme et démagogie au programme de Didier Mouly pour les législatives !

Dans l’Indépendant du jour !


Dans un récent billet , je dénonçais la prétention arbitrale de la microscopique association « Païs Nostre, qui, comme à son habitude avant chaque élection, locale ou nationale, exige des candidats proclamés ou investis qu’ils se présentent devant elle afin que soit vérifié par son jury d’experts leur degré de compatibilité avec son « occitanisme » militant ; et regrettais que tous ceux aspirant à occuper un siège à l’Assemblée Nationale se soient pliés à ce grand oral afin de répondre à une question juridiquement et politiquement d’une grande sottise (et je reste poli !) : « Quelles sont vos propositions économiques, sociales et culturelles pour le Narbonnais dans l’Occitanie ? ». Une conception du rôle d’un (ou d’une) député proche des fonctions d’un « agent de développement territorial », comme ceux, déjà nombreux, figurant dans l’organigramme du Conseil Départemental de l’Aude, ou de diverses associations de « promotion territoriale ». He bien ! voilà que le maire de Narbonne se joint lui aussi à cette cohorte d’élus et de dirigeants d’associations ou de dirigeants professionnels, pour qui un député n’est que le vulgaire relais de la somme indifférenciée de leurs intérêts particuliers. Il faut lire en effet sa « lettre ouverte » adressée aux candidats aux législatives pour  mesurer le niveau de culture politique de son rédacteur et la grande opinion qu’il se fait du mandat de celui (ou de celle) qui sera élu le 18 juin prochain. Croire et laissez croire que son « travail » consistera à soutenir et trouver des financements pour l’implantation de caméras de videosurveillance ou la réalisation de sa salle multimodale, est non seulement marchander démagogiquement son soutien et pratiquer un clientélisme de sous-préfecture, mais aussi prendre les électeurs pour d’incurables imbéciles – pour ne pas dire plus !  Je me répète, un (ou une) député représente la Nation tout entière et son « métier » est de participer à l’élaboration  de la loi et au contrôle de son exécution par le gouvernement. Quant à son bilan – du député – il ne peut être que celui du gouvernement qu’il a soutenu avec sa majorité, ou celui de sa critique dans une éventuelle opposition… Et la loi, monsieur le maire est de portée universelle. Ses effets concernent tous les sujets de droits, collectivités locales comprises, où qu’ils  se trouvent. La Ville de Narbonne n’étant pas hors sol, que je sache ! De sorte que si nos candidats aux législatives avaient le sens et la dignité du statut qu’ils briguent auprès des électeurs de la deuxième circo de l’Aude, la seule réponse à renvoyer à Didier Mouly devrait être celle de leur profession de foi, ainsi que l’essentiel du programme du mouvement ou du parti qu’ils représentent. Et à cette occasion demander au maire de Narbonne ce qu’il en pense – apolitiquement bien entendu !

Rétrolien depuis votre site.

Désormais, 3 façons de réagir !

Commentaires (1)

  • Alphonse MARTINEZ

    |

    Michel il ne faut surtout pas perdre de vue que les remparts ,ce qu’il en reste, abritent la cité de la joie. Ici ce n’est que du bonheur ;pam! pam! pam! levez le rideau et que le spectacle commence dans un décor magique, une immense salle Multimodale ! Voilà à quoi rêvent nos élus , mais qui paye ?Avec quoi ? Parmi tous les idiots comme moi qui voient chaque année leur feuilles d’impôts s’alourdir, suis-je le seul à penser que la préoccupation du moment c’est l’emploi et faire des économies ? Travail, emplois, création d’entreprises ,tous ces mots sont bannis de nos élus pourtant très imaginatifs. Mais de quoi vivent -ils ?En existe-t-il seulement un qui s’est posé la question ? Que donne-t-il en échange de ce qu’il perçoit ? Question posée qui va me valoir une avalanche d’amis .

    Reply

Laisser un commentaire

Articles récents

Pantalonnades narbonnaises, suite...

Pantalonnades narbonnaises, suite...

    Monsieur Éric Parra, l’adjoint en charge du commerce, notamment, de ma charmante petite ville est très, très en colère. L’un de ses administrés, restaurateur de son état, serait [Lire la suite]
À l'Élysée plus grand monde ne parle à la presse, dit-on !

À l'Élysée plus grand monde ne parle à la presse, dit-on !

Dans son billet politique, Frédéric Says, sur France Culture, ce matin, se plaignait du tarissement des sources d’information auprès desquelles ses confrères journalistes s’alimentaient sous la [Lire la suite]
Didier Mouly sait-il encore où il campe et sur quel pied danser !

Didier Mouly sait-il encore où il campe et sur quel pied danser !

    Lors du dernier conseil municipal, Didier Mouly a fait un surprenant discours introductif de politique générale. Il y a notamment déclaré que l’actualité tant nationale que l[Lire la suite]