Contre-Regards

par Michel SANTO

Congrès du PRG : « Vous avez dit autonomie, madame Pinel, qu’est-ce à dire ?  » | Contre-Regard.com

PRG-Pinel-Lacroix


Fin de congrès pour le PRG, et fin de règne – apparent : que serait en effet ce parti sans le groupe La Dépêche de la famille Baylet ? – pour son « historique » président J.M. Baylet, qui passe la main à son ancienne assistante, Sylvia Pinel, première vice-présidente de la Région « Occitanie » – À noter cependant le bon score (34,5% des voix) réalisé par son concurrent Guilhem Porcheron. Autant dire que la direction du PRG reste sous contrôle. Une présidente qui a demandé samedi aux militants « de commencer à se préparer pour la présidentielle de 2017 et de se mettre à chercher des parrainages ».

Est-ce à dire pour autant que madame Pinel a l’intention de candidater à la présidentielle, pour y faire un score ridicule et risquer l’absence du président sortant au second tour ; et, en contrepartie, si je puis dire, ne pas avoir de sièges à négocier avec le Ps pour les législatives suivantes ? Impensable! D’ailleurs, Guillaume Lacroix, confirmé dans ses fonctions de secrétaire général, décode très bien les propos de tribune adressés à des militants pourtant de plus en plus sensibles à l’autonomie de leur parti. Un Guillaume Lacroix qui n’est pas n’importe qui – au cabinet de Manuel Valls, il occupe les fonctions de conseiller pour les territoires (chef de pôle) – en précisant « nous ne sommes pas irresponsables, on écoutera ce que le PS aura à nous dire », notamment sur la question de la répartition des sièges aux prochaines législatives.

Une stratégie classique du faible au fort – un fort aujourd’hui bien faible, cependant – qui a parfaitement bien fonctionné dans la région de monsieur Baylet et madame Pinel. Jamais dans l’histoire de ce parti et de sa région de « référence » – Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées –, en effet, le PRG n’a pu enregistrer un nombre d’élus aussi important, lors des dernières élections, au sein d’un exécutif régional.

Sauf que la présidentielle de 2017 se jouera dès le premier tour et qu’au second la probabilité d’un rapport des forces et d’une situation à la Nord Pas de Calais ou PACA risquent fort de se reproduire dans de très nombreuses circonscriptions. Avec des « désistements républicains » pour éviter l’élection de candidats FN, ou, dans le cas contraire, une majorité introuvable pour le président élu.

Bref, dans une situation plus que confuse, il est urgent d’attendre qu’elle se décante, même si je n’ai aucun doute sur la notion « d’autonomie » avancée par madame Pinel ; que je qualifierais toutefois de fortement relative – dans un « champ » politique lui aussi fortement restreint…

Mots-clefs : , , , , ,

Rétrolien depuis votre site.

Désormais, 3 façons de réagir !

Commentaires (3)

Laisser un commentaire

Articles récents

Il s’agit de se mouvoir dignement dans un monde incertain !

Il s’agit de se mouvoir dignement dans un monde incertain !

Sylvain Tesson est écrivain et voyageur. De l’Himalaya aux steppes d’Asie centrale, de la Sibérie aux grands espaces mongols, il a parcouru le monde. Cet été, il nous embarque sur Fran[Lire la suite]
Élection d'Alain Perea à l'Assemblée Nationale et ses conséquences au Grand Narbonne, et ailleurs !

Élection d'Alain Perea à l'Assemblée Nationale et ses conséquences au Grand Narbonne, et ailleurs !

  Alain Perea, élu député, libère donc ses mandats de maire de Villedaigne et de Vice-Président du Grand Narbonne. Question ! quelle sera la proposition que présentera Jacques Bascou au [Lire la suite]
Carole Delga, présidente de la Région Occitanie : "Mon bureau, c'est le terrain" ! Quésaco ?

Carole Delga, présidente de la Région Occitanie : "Mon bureau, c'est le terrain" ! Quésaco ?

        Madame Delga ne rate pas une occasion, lors de ses déplacements en région, pour affirmer avec autorité que son "bureau, c'est le terrain" (1). Une expression [Lire la suite]