Contre-Regards

par Michel SANTO

Dans l’Aude, quel paysage politique aux législatives de juin dans les trois circonscriptions ?

Illustration France Info (ici)


Le Monde publie une infographie très intéressante qui donne une idée de ce à quoi pourrait ressembler le paysage politique audois au soir du 18 juin. Avec quatre blocs très proches en nombre de voix au premier tour de la présidentielle – En marche ! (EM) le Front national (FN), Les Républicains (LR) et La France insoumise (FI) –, même avec 40 % d’abstention, en « projetant » les résultats du premier tour il pourrait y avoir trois triangulaires – 82 triangulaires en France ! Des triangulaires qui sont le moyen pour le Front national d’accéder à la victoire sans avoir besoin de plus de la moitié des voix.

En effet, si les deux candidats arrivés en tête d’un premier tour de législative sont automatiquement qualifiés, c’est aussi le cas de tout candidat qui dépasse 12,5 % des suffrages d’électeurs inscrits (et non de votants). Cela posé, on aurait donc trois triangulaires potentielles dans l’Aude :

Dans la première  circo :  FN 29,7% ; FI 21,52% ; EM 20,08%. Dans la deuxième circo : FN 29,7% ; FI 21,12%  ; EM 19,62%. Dans la troisième : FN 26,1% ; FI 22% ; EM 20%

Premier enseignement : disparaîtraient, dès le premier tour, les candidats du PS et des LR. En conséquence, dans l’hypothèse où les trois premiers se maintiendrait, tout pourrait se jouer sur la « puissance » de l’effet de levier du vainqueur du deuxième tour de la présidentielle et de l’écart de voix entre les deux candidats. Macron vainqueur avec un écart de voix important, par exemple, offrirait ainsi une « prime » aux candidats d’EM, une prime qui pourrait combler le faible retard les séparant de FI (d’autant que sont annoncés des candidats PCF dans chacune des circonscriptions…). Autres données difficiles à cerner dans le contexte présent : le profil des candidats EM qui seront investis (inconnu encore, sauf dans la 3eme) et la « résilience » des candidats PS (leur capacité à récupérer des électeurs partis sur FI et EM à la présidentielle). Quoi qu’il en soit, sans aller plus loin dans l’analyse, jamais dans ce département le FN n’a été en capacité objective de gagner une triangulaire comme dans la conjoncture présente ; et jamais le PS n’a vécu de situation politique où sa représentation à l’Assemblée est tout simplement mise en question par EM et FI. C’est dire l’importance que revêt ce deuxième tour de la présidentielle et, surtout, l’écart de voix qui sera constaté entre les deux concurrents, dans la dynamique des législatives qui suivront.

Rétrolien depuis votre site.

Désormais, 3 façons de réagir !

Laisser un commentaire

Articles récents

Il s’agit de se mouvoir dignement dans un monde incertain !

Il s’agit de se mouvoir dignement dans un monde incertain !

Sylvain Tesson est écrivain et voyageur. De l’Himalaya aux steppes d’Asie centrale, de la Sibérie aux grands espaces mongols, il a parcouru le monde. Cet été, il nous embarque sur Fran[Lire la suite]
Élection d'Alain Perea à l'Assemblée Nationale et ses conséquences au Grand Narbonne, et ailleurs !

Élection d'Alain Perea à l'Assemblée Nationale et ses conséquences au Grand Narbonne, et ailleurs !

  Alain Perea, élu député, libère donc ses mandats de maire de Villedaigne et de Vice-Président du Grand Narbonne. Question ! quelle sera la proposition que présentera Jacques Bascou au [Lire la suite]
Carole Delga, présidente de la Région Occitanie : "Mon bureau, c'est le terrain" ! Quésaco ?

Carole Delga, présidente de la Région Occitanie : "Mon bureau, c'est le terrain" ! Quésaco ?

        Madame Delga ne rate pas une occasion, lors de ses déplacements en région, pour affirmer avec autorité que son "bureau, c'est le terrain" (1). Une expression [Lire la suite]