Contre-Regards

par Michel SANTO

De la manipulation des chiffres du chômage et des consciences citoyennes…

jeunes-chomage


La présentation des chiffres du chômage est devenue un moment clef de la communication gouvernementale. Que l’exécutif soit de gauche ou de droite, ces chiffres sont publiés et commentés en utilisant les catégories qui leur sont les plus favorables. Si le chômage augmente un peu sur l’ensemble des catégories, mais diminue sur la seule catégorie A, le ou la ministre de l’emploi annoncera, par exemple, que le chômage baisse.

Le problème est que les médias se font largement l’écho de ces présentations politiques tronquées et ne  les remettent jamais, dans leurs titres et encarts, en cause – ou alors seulement en fin d’article. Le temps de lecture de chacun étant limité et la culture de l’image  s’imposant à tous, c’est évidemment « l’information » du titre qui s’incrustera dans les « cerveaux ». La publication des chiffres d’octobre n’a pas échappé à la règle.  Ainsi, entre octobre 2015 et octobre 2016 le nombre de chômeurs aurait baissé de 101 300. Ce qui est vrai pour la seule catégorie A, mais faux pour l’ensemble des chômeurs répertoriés. Si l’on prend en compte également les personnes en chômage partiel (qui ont une activité réduite), le bilan, en effet, est tout simplement négatif : le nombre de chômeurs progresse de plus de 20 000 sur un an, et de plus de 80 000 si on compte les personnes en formation.

Comparons maintenant avec octobre 2012!

Fin octobre 2016, en France métropolitaine, le nombre de demandeurs d’emploi tenus de rechercher un emploi et sans activité (catégorie A) s’établit à 3 478 800. En octobre 2012, il était de 3 103 300, toujours en France métropolitaine ; soit une augmentation de 375 000 personnes. Pour les catégories B et C : 1 982 000 en octobre 2016, 1 483 700,  fin octobre 2012 ; soit une augmentation de 498 000 personnes… Enfin, pour les catégories D et E : 754 100 personnes en 2016, et 615 000 en 2012 : + 139 100. Au total, toutes catégories confondues, entre octobre 2012 et octobre 2016, le nombre de personnes inscrites à Pôle Emploi a donc augmenté de 1 012 100 ! (Source : dares.travail-emploi.gouv.fr)

Un dernier exemple de manipulation des chiffres, celui du chômage des jeunes, avec ce placard publié par le Ministère de la Ville, de la Jeunesse et des Sports (en illustration de ce billet). Une comparaison  2012-2016, là encore, qui ne prend en compte que la seule catégorie A. Or, si nous agrégeons A, B et C,  le résultat est le suivant : 755 600, fin octobre 2012 et 751 500, fin octobre 2016 ; soit une diminution de 4 100 personnes ! Une baisse de 0, 005 %

Comme le dit Cambadélis : « Ça va mieux ! » Et ça va encore mieux, précisément, en exposant clairement et sincèrement les bons chiffres…

 
 

Si cet article vous a plu, n’hésitez pas à le partager ! Et n’hésitez pas non plus à lire aussi les autres articles proposés ci-dessous !

Mots-clefs : , ,

Rétrolien depuis votre site.

Désormais, 3 façons de réagir !

Commentaires (3)

Laisser un commentaire

Articles récents

Un plan "Action coeur de ville" pour les villes moyennes... et donc pour Narbonne !

Un plan "Action coeur de ville" pour les villes moyennes... et donc pour Narbonne !

        À Narbonne, comme dans une trentaine de villes moyennes (dont Béziers, Carcassonne, Perpignan etc.), plus d’un quart des jeunes ne sont pas insérés (contre 14[Lire la suite]
Si la terre était ronde, il n’y aurait pas de vacances. L’homme ne pourrait plus se reposer.… (A.Vialatte)

Si la terre était ronde, il n’y aurait pas de vacances. L’homme ne pourrait plus se reposer.… (A.Via

        "Il ne faut jamais mettre un homme, sans un entraîne­ment progressif, en face d’une situation qui l’oblige soudainement à réfléchir à plusieurs choses. Le san[Lire la suite]
Les TGV arrivent bien à Béziers, d'indignes affiches aussi…

Les TGV arrivent bien à Béziers, d'indignes affiches aussi…

          Les TGV arrivent bien à Béziers. Il en repartent aussi. Comme à Narbonne, Perpignan et Montpellier. Et ce depuis quelques années déjà. Qu’ils ne roulent[Lire la suite]