Contre-Regards

par Michel SANTO

Des Universités d’été qui ne servent à rien!

    plantu-pedagogie

Nous sommes en plein dans la période dite des « Universités d’été ». Celles des partis politiques et du Medef. Des « universités » où on n’y dispense aucune connaissance, académique ou pas. Depuis le temps , cela se saurait! Comme dans les Assemblées Générales de celles de Nanterre ou d’Assas,  ne sont mis en scène, en effet, que slogans, clichés, protestations, luttes de clans et de pouvoir. Bref, un théâtre de fin d’été où les ambitions et les ressentiments s’exhibent. Une sorte de « générale » avant la vraie « rentrée politique et sociale », après celle des écoles, qui, inévitablement, elle, sera chaude, très chaude. Les médias en rajoutent; et nos « acteurs », chacun dans leur rôle, surjouent; comme d’habitude. Un spectacle désolant de postures et de platitudes, qui ne réjouit et enthousiasme que les premiers rangs des élus, de leurs collaborateurs, et des militants professionnels. Autant dire personne! Si cependant ils pouvaient avoir la bonne idée de voter la grève générale pour les prochaines, je puis les assurer, dès aujourd’hui, de mon indéfectible et inconditionnel soutien…

Mots-clefs : , ,

Rétrolien depuis votre site.

Désormais, 3 façons de réagir !

Commentaires (3)

  • Raynal

    |

    Savez vous que certains d’entre eux se rendent a la même université depuis 30 ans et visiblement restent encore d’éternels étudiants…..? (voir, par exemple leurs chahuts a l’assemblée )…: a cela, peut être trois explications….1 : ils ne travaillent pas assez….2: ils ne sont vraiment pas doués….3: les deux….Mais ça ne fait rien puisque, au bout du compte, c’est nous qui payons….Elever le niveau intellectuel de nos édiles n’a pas de prix….

    Reply

  • Jacques PERRY

    |

    Université d’été du PS, La Rochelle, 29 au 31/08/2014
    Sans-papiers, petits patrons, collectif Palestine, intermittents, cheminots, employés des ponts et chaussées, anti-hyperincinérateur, anti-corrida… Les manifestants cernent l’Université d’été d’un parti socialiste qui n’affiche plus que ses divisions. Arnaud Montebourg ne fait plus que des sorties fracassantes. Le ministre démissionnaire Benoit Hamon mesure le vide et Najat Vallaud-Belkacem, promue à sa place, sa propre popularité. Les leaders des partis de gauche cherchent comment se réinventer. Christiane Taubira (PRG) et Pierre Laurent (PCF) font un tabac, l’une chez les frondeurs, l’autre dans une salle plénière qui n’acclame plus les discours musclés de Manuel Valls. Une fois encore, les plus applaudis ne sont pas socialistes.

    Reply

  • Elle

    |

    Vos articles sont vraiment jouissifs ! Bravo ! ça vaut le coup de parcourir le blog :

    Reply

Laisser un commentaire

Articles récents

Salut les copains !

Salut les copains !

Le croquis de la semaine de Denis Carrière : "Salut les copains !"           Vous pouvez agrandir l'image en cliquant dessus. Tous les croquis et car[Lire la suite]
Jean-Pierre LE GOFF : « Le mythe Johnny : entre nostalgie des Trente Glorieuses et sacralisation du rebelle »...

Jean-Pierre LE GOFF : « Le mythe Johnny : entre nostalgie des Trente Glorieuses et sacralisation du

      Propos recueillis dans "Le Figaro" du jeudi 7 décembre par Vincent Trémolet De Villers. Extraits : La mort de Johnny Hallyday a déclenché une très forte émotion collec[Lire la suite]
Toulouse et Montpellier ne partagent pas leur croissance en emplois avec leurs territoires environnants…

Toulouse et Montpellier ne partagent pas leur croissance en emplois avec leurs territoires environna

        Signé le 6 juillet 2017 le Pacte État-métropoles marque un tournant dans la réforme territoriale en reconnaissant aux métropoles un rôle de moteurs de croissa[Lire la suite]