Contre-Regards

par Michel SANTO

Emmanuelle Cosse a des principes: elle s’y assoit dessus!

827881-cosse-liberation

Source Libération.

En novembre, Emmanuelle Cosse, nouvelle ministre du Logement mais alors secrétaire nationale d’Europe Ecologie-Les Verts, estimait dans un entretien à Libération que l’inscription de la déchéance de nationalité dans la Constitution serait un fait «scandaleux et extrêmement inquiétant» :

«Si nous faisons ça, nous tombons exactement dans le piège que veut nous tendre Daech. Ce serait inefficace voire contre productif pour lutter contre le terrorisme, car cela installerait l’idée qu’il y a un problème avec les personnes qui ont une double nationalité.»

Elle rejoint donc le gouvernement qui a fait adopter cette mesure hier par l’Assemblée nationale. Je concluais mon billet d’hier, justement, sur les positions de Fillon et Paul sur la déchéance de nationalité, ainsi:

On me reprochera sans doute ce raisonnement dénué de toute considération ou conscience morale, mais en politique mieux vaut savoir qu’elles peuvent masquer, parfois, des intérêts tactiques et beaucoup plus triviaux. Talleyrand, un maître, ne disait-il pas des principes qu’il étaient faits pour s’y asseoir dessus…

Comme quoi!

Rétrolien depuis votre site.

Désormais, 3 façons de réagir !

Commentaires (9)

  • Elle

    |

    Ah je comprends mieux l’emploi du y ici. Quant à Emmanuelle Cosse ainsi que tous ses petits camarades, dans ce 3ème, 4ème gouvernement (?) on ne sait plus tiens, au bord du gouffre, dans le gouffre, ces politiciens se fichent et de la France, et des Français. je les soupçonne d’avoir un vaisseau spatial pour fuir si les choses se gâtaient sur le territoire. Les femmes politiques sont aussi médiocres que les hommes, ça doit être ça la parité. Ou l’égalité….

    Reply

  • Yvon Cogulet

    |

    A un moment donné, un tel cynisme doublé d’autant de reniement, tient du grand art ! En même temps, que faut il attendre de nos verts pastèques?

    Reply

  • Christian Vignozzi

    |

    Finalement le vert s achète bien ! Les convictions sont bradees dès qu un maroquin se profile !

    Reply

  • Boucher

    |

    Bonjour ,

    J’aime bien vos articles et votre humour ….

    Quand le temps est gris , comme aujourd’hui , celà donne du soleil
    dans mon coeur ……..

    Pourriez- vous , nous parlez de l’eau  » potable  » polluée , ds au moins 5 communes

    tout prêt de Narbonne ?????? ( dont la mienne : M….. )

    Ou est-ce un secret d’ETAT ????? Comme le Médiator , l’ Amiante , le Sang contaminé , l’Hormone de croissance , Le vaccin HN …… l’Arsenic à Carca …… et j’en passe ….

    Merci beaucoup …….. bonne journée , à Vous ….

    Reply

  • Pierrette

    |

    Je suis plus que déçue par Mme Cosse… s’être laisser attendrir par un poste confortable de ministre après toutes ses années de militantisme convaincu (?), c’est vraiment triste pour une écologiste de longue date comme moi !

    Reply

Laisser un commentaire

Articles récents

Pourquoi je ne crois pas à une sélection « éthique » en mai 2017 !

Pourquoi je ne crois pas à une sélection « éthique » en mai 2017 !

À lire et écouter certains commentateurs, ce matin, je me demande si l’on vit dans le même monde. Ils semblent en effet découvrir que la violence et les affaires « pourrissent » la v[Lire la suite]
Ce que je retiens du débat d’hier est le «Je». "Je ferai" ceci et cela, etc. Absurde, évidemment !

Ce que je retiens du débat d’hier est le «Je». "Je ferai" ceci et cela, etc. Absurde, évidemment !

Ce que je retiens du débat d’hier est le « Je ». «Je ferai" ceci et cela, etc. Absurde, évidemment ! Les propositions démagogiques mises de côté, un président, sous la Ve République, ne [Lire la suite]
La Société Nautique Narbonnaise et le Pavillon de la Nautique : fin d'un absurde conflit !

La Société Nautique Narbonnaise et le Pavillon de la Nautique : fin d'un absurde conflit !

La Pavillon de la Nautique n’aura finalement pas été coulé par l’équipage aux commandes de la S.N.N, conduit par Robert Dejean. C’était pourtant l’objectif visé, on s’en souvient peut-être[Lire la suite]