Contre-Regards

par Michel SANTO

Fillon embrase la Gauche et met Juppé en sur-tension…

contre-regard    

Bien ! à trois jours du deuxième tour de la primaire de la Droite et du Centre : résumons . À la surprise générale des sondeurs, éditorialistes, commentateurs et commentateurs des commentateurs, François Fillon a écrasé  ses principaux concurrents. Sarkozy, comme le voulait la Gauche, et Juppé, au grand désespoir de la même. Échec et mat, pour les deux camps, alliés de circonstances, qui ont joué, au premier  tour de cette primaire de la Droite et du Centre… une campagne de deuxième tour de la présidentielle de 2017 ! Fallait oser … et se planter ! Stupéfaction donc, dans les états-majors de voir surgir du coeur de cette bataille un homme de droite, pour la première fois et depuis fort longtemps, sans complexe –  il est vrai que les circonstances politiques s’y prêtent. Libéral assumé en économie, culturellement conservateur, et dans la tradition gaulliste d’un certain souverainisme modérément atlantiste, il se trouve en effet au croisement des trois droites repertoriés par René Rémond.  En cela, s’il gagnait dimanche, il représente un danger évident pour le FN de Marine Le Pen,  Dupont-Aignan, et pour la gauche de gouvernement – Hollande en particulier –, en déplaçant son axe d’équilibre vers sa gauche – du côté des frondeurs et de Mélenchon. Dans ce contexte, il est proprement sidérant de constater qu’une grande partie de la Gauche, continue, par organes de presse interposés du groupe Pigasse-Niel-Bergé, notamment, de « taper » sur un Fillon affublé des plus grotesques qualificatifs – homophobe, pétainiste (selon Pierre Bergé), catho intégriste, raciste, etc. Les années 30 seraient même de retour… Des fantasmes assumés, tant elle caresse encore l’espoir d’une miraculeuse victoire à l’arraché d’Alain Juppé, dimanche. Une stratégie d’une naïveté et d’une stupidité ahurissantes. Comment croire en effet qu’il suffit de diaboliser François Fillon pour le faire tomber dimanche et rassembler sur la « peur »  d’un « fascisme modéré » toutes les gauches hallucinées – de l’extrême au PRG, en passant par Mélenchon, le PCF, les Verts et Macron, autour d’un seul candidat au premier tour de la présidentielle, en mai 2017 ? Et comment ne pas voir, surtout, qu’en déplaçant ainsi  Marine Le Pen quasiment sur la gauche de Fillon, tous ceux qui y participent, créent un climat idéologique et politique favorable à cette dernière, lors d’un éventuel deuxième tour Fillon-Le Pen. Naïve, stupide et finalement irresponsable cette stratégie !

 
 

Si cet article vous a plu, n’hésitez pas à le partager ! Et n’hésitez pas non plus à lire aussi les autres articles proposés ci-dessous !

Mots-clefs : , , , , , , , , ,

Rétrolien depuis votre site.

Désormais, 3 façons de réagir !

Laisser un commentaire

Articles récents

Il s’agit de se mouvoir dignement dans un monde incertain !

Il s’agit de se mouvoir dignement dans un monde incertain !

Sylvain Tesson est écrivain et voyageur. De l’Himalaya aux steppes d’Asie centrale, de la Sibérie aux grands espaces mongols, il a parcouru le monde. Cet été, il nous embarque sur Fran[Lire la suite]
Élection d'Alain Perea à l'Assemblée Nationale et ses conséquences au Grand Narbonne, et ailleurs !

Élection d'Alain Perea à l'Assemblée Nationale et ses conséquences au Grand Narbonne, et ailleurs !

  Alain Perea, élu député, libère donc ses mandats de maire de Villedaigne et de Vice-Président du Grand Narbonne. Question ! quelle sera la proposition que présentera Jacques Bascou au [Lire la suite]
Carole Delga, présidente de la Région Occitanie : "Mon bureau, c'est le terrain" ! Quésaco ?

Carole Delga, présidente de la Région Occitanie : "Mon bureau, c'est le terrain" ! Quésaco ?

        Madame Delga ne rate pas une occasion, lors de ses déplacements en région, pour affirmer avec autorité que son "bureau, c'est le terrain" (1). Une expression [Lire la suite]