Contre-Regards

par Michel SANTO

Fleur Pellerin: « Un ministre, en 2014 ou en 2015, n’est pas quelqu’un qui est payé pour lire des livres chez soi. »

Capture d’écran 2014-12-14 à 10.36.25Jeudi matin , sur France Info : «Un ministre, en 2014 ou en 2015, n’est pas quelqu’un qui est payé pour lire des livres chez soi. C’est vrai que c’est important, mais je pense que ce que les Français, les auteurs et les artistes attendent de moi, c’est que je défende leurs intérêts. Un ministre de la Culture doit défendre la culture et non sa culture.» Sur le fond, elle n’a pas tort. On ne demande pas au ministre des transports de savoir conduire un TGV, comme à celui de la Défense de piloter un Mirage. Mais à suivre son raisonnement on pourrait en conclure  que, pour défendre la Culture, il n’est pas nécessaire d’en posséder et d’en entretenir quelqu’une, la sienne ou celle que l’on présente en général comme commune. À sa décharge, il est cependant vrai que définir cette dernière par le nombre et la qualité de ses lectures , en ce temps de promotion et de défense des industries culturelles « Made in France » où tout est culture et ne comptent, dans tous les sens du terme, que leurs parts de marché, est d’un anachronisme ridicule pour tout esprit tendu vers le seul horizon du progrès et de la lutte contre les inégalités. Le  tort de madame Pellerin est d’avoir osé dire tout haut que le livre et Patrick Modiano, comme André Malraux, appartenaient au passé…

Mots-clefs : , , , ,

Rétrolien depuis votre site.

Désormais, 3 façons de réagir !

Commentaires (2)

  • Flamant Rose enchainé

    |

    Merci M. Santo.
    Effectivement elle a tout simplement eu le courage de le dire.
    Mais elle prend un risque: qu’elle nous démontre que l’élite énarchique passe d’un porte feuille culture à réseau internet et vie et versa…
    N’est pas Malraux qui veut ou encore Beregovoy qui avant d’arriver à Matignon savait ce qu’était travailler en usine..

    Reply

    • Michel Santo

      Michel Santo

      |

      Le risque, mais ce n’est plus un risque, c’est la réalité, est dans ma conclusion, à savoir que tout étant culture, une culture produite par nos industries culturelles, notamment et surtout audiovisuelles, le livre , la littérature pour être précis est renvoyée par notre ministre dans les ténèbres d’un passé, le mien, au mieux « aristocratique » au pire réactionnaire…

      Reply

Laisser un commentaire

Articles récents

Philippe Jaenada présentait son roman "La Serpe" à Port-Leucate, cet été. Je l'ai lu…

Philippe Jaenada présentait son roman "La Serpe" à Port-Leucate, cet été. Je l'ai lu…

    Cette année, Michel Py m'a gentiment adressé (comme il le fait régulièrement à chaque rentrée littéraire) le dernier roman de Philippe Jaenada, "La Serpe"  (éditions Julliard), prése[Lire la suite]
Petite parabole sur le rayonnement d'équipements "structurants" (Le parc des expositions de Narbonne)

Petite parabole sur le rayonnement d'équipements "structurants" (Le parc des expositions de Narbonne

Quand j'ai vu cette touchante affiche animalière placardée sur un des nombreux petits panneaux publicitaires qui décorent les rues de ma ville, j'ai tout de suite pensé à une charmante  allégorie de [Lire la suite]
Hier soir, sur TF1, une "nouvelle vie de François Hollande" sans aucun intérêt …

Hier soir, sur TF1, une "nouvelle vie de François Hollande" sans aucun intérêt …

      Hier soir, 20 heures, devant le JT de TF1. À mi-journal, Gilles Bouleau et sa longue et fine silhouette plantée au milieu de son plateau, raide, mais sans trop, juste ce qu[Lire la suite]