Contre-Regards

par Michel SANTO

Gagnant ou perdant la présidentielle, le PS ne peut pas ne pas miser sur Hollande. | Contre-Regard.com

15548119


Reconnaissons au moins à J.C Cambadélis une grande lucidité. Il sait correctement analyser les rapports de puissance dans un champ politique : la qualité première de dirigeants du PS passés et formés, comme lui, à l’école « trotskiste » – tendance Lambert. Qu’encore aujourd’hui, le patron du PS considère, même après l’onde de choc provoquée par la publication d’un livre de confidences de François Hollande qui ressemble à une forme de suicide personnel – et donc collectif pour le PS et la Gauche – qu’il n’y a pas d’alternative à la candidature du président sortant, est, de mon point de vue, parfaitement fondée.François Hollande est de fait celui qui, au PS, ne rassemble pas le plus, certes, mais qui, néanmoins, divise le moins : la seule résultante de force qui compte… en politique.  Sa « ligne », sinon sa personne, se situe en effet au centre de gravité du parti et de son électorat.  De sorte que, au pire – ou au mieux ! – battu à la présidentielle – s’il se présentait et gagnait la primaire de la petite gauche –, la conséquence¹ en serait de purger la gauche de son quinquennat. Ainsi  Valls, Montebourg, Aubry … , auraient les « mains propres et libres » pour prendre et refonder un  parti en miettes – ce que plus personne ne cache et ne conteste aujourd’hui. Deuxième  hypothèse : le président sortant décide de « passer la main ». Le match se jouerait alors entre Valls et Montebourg. Mais une primaire en forme de traquenard pour les deux. Pour le premier ministre surtout ! Loin du coeur militant de son propre parti, il n’a aucun intérêt à s’y présenter. Son intérêt serait plutôt de laisser Montebourg s’y « brûler » : la Présidentielle perdue, pris en tenaille par  Mélenchon  engrangeant sur sa gauche, et Macron sur sa droite… il pourrait difficilement se prétendre légitime pour prendre  la direction d’un PS disloqué ; et enfin disponible  pour… Valls.…

En conclusion, gagnant ou perdant la présidentielle, le PS ne peut pas ne pas miser sur Hollande.


¹Sauf que François Hollande n’est pas du genre à partir au combat s’il n’est pas sûr de le gagner, comme il vient de l’affirmer dans un entretien à l’Obs !


Si cet article vous a plu, n’hésitez pas à le partager ! Et n’hésitez pas à lire aussi les billets proposés ci-dessous !

Mots-clefs : , , , , , , ,

Rétrolien depuis votre site.

Désormais, 3 façons de réagir !

Laisser un commentaire

Articles récents

Si la terre était ronde, il n’y aurait pas de vacances. L’homme ne pourrait plus se reposer.… (A.Vialatte)

Si la terre était ronde, il n’y aurait pas de vacances. L’homme ne pourrait plus se reposer.… (A.Via

        "Il ne faut jamais mettre un homme, sans un entraîne­ment progressif, en face d’une situation qui l’oblige soudainement à réfléchir à plusieurs choses. Le san[Lire la suite]
Les TGV arrivent bien à Béziers, d'indignes affiches aussi…

Les TGV arrivent bien à Béziers, d'indignes affiches aussi…

          Les TGV arrivent bien à Béziers. Il en repartent aussi. Comme à Narbonne, Perpignan et Montpellier. Et ce depuis quelques années déjà. Qu’ils ne roulent[Lire la suite]
L'État déconcentré : un vigoureux rapport de la Cour des Comptes…

L'État déconcentré : un vigoureux rapport de la Cour des Comptes…

            Voilà qui donne une idée du chantier que le gouvernement a décidé d'ouvrir. Dans un rapport remis ce 11 décembre, la Cour des comptes appe[Lire la suite]