Contre-Regards

par Michel SANTO

L’Épictète du soir !

Un médecin vient voir un malade, il lui dit : « Vous avez la fièvre, abstenez-vous pour aujourd’hui de toute nourriture, et ne buvez que de l’eau. » Le malade le croit, le remercie et le paie. Un philosophe dit à un ignorant : « Vos désirs sont déréglés, vos craintes sont basses et serviles, et vous n’avez que de fausses opinions. » Celui-ci s’en va tout en colère, et dit qu’on l’a insulté. D’où vient cette différence ? C’est que le malade sent son mal, et que l’ignorant ne sent pas le sien.

Extrait de: Épictète. « Pensées et Entretiens » iBooks.

Mots-clefs : ,

Rétrolien depuis votre site.

Désormais, 3 façons de réagir !

Laisser un commentaire

Articles récents

Deux ou trois mots sur mon "silence" sur le procédé Thor d'Areva-Malvési (Pas seulement !)

Deux ou trois mots sur mon "silence" sur le procédé Thor d'Areva-Malvési (Pas seulement !)

    Une « baleine rieuse » s’ébat depuis quelques jours dans le flux de mes rares billets estivaux et s'échauffe, car je ne dirai rien des graves menaces que ferait peser l'usine[Lire la suite]
Deux "cartes postales" de Gruissan – été 2017 !

Deux "cartes postales" de Gruissan – été 2017 !

Tous les soirs d'été (ou presque), c'est apéritif (pas toujours) au Café de la Paix. Toujours à la même place, à sa terrasse (en réalité un trottoir) le dos au mur, qui offre une "vue" à 180[Lire la suite]
Le 6 août, on fêtait la véraison à Narbonne, quand à Hiroshima…

Le 6 août, on fêtait la véraison à Narbonne, quand à Hiroshima…

      Il y a des coïncidences de calendriers particulièrement funestes. Tenez ! dans ma petite ville de Narbonne, par exemple. Tout entière mobilisée pour faire d’août un moi[Lire la suite]