Contre-Regards

par Michel SANTO

La baffe d’Hortefeux et le pavé du PS.

« Brice Hortefeux a oublié qu’un ministre doit représenter à chaque instant les valeurs de la République. Et mesurer dans chaque mot ce qu’il peut contenir d’irrespect, de violence et d’humiliation. » nous dit Eric Fottorino, en conclusion de son éditorial du 11 septembre. Un texte respectueux et équilibré. Et qui, par sa modération même,  frappe fort les esprits précisément là où ça fait mal. Là où les élus, les ministres passés et présents de tout bord,  ne veulent pas être jugés ; dans ce domaine  où rien ne s’inaugure à coups de ciseaux et sous les flashes des caméras ; ne se « liste » dans les bilans présentés en fin de mission ou de mandat ; ne se négocie lors d’une passation de pouvoir ou la constitution d’une coalition électorale. Dans ce domaine invisible de toute pratique politique et pourtant nécessaire à la santé civique d’une nation que tous les « machiavels » peuplant nos institutions démocratiques refusent de prendre en considération. Cet espace symbolique où se structurent, à travers des valeurs, les actes et les comportements d’une citoyenneté éclairée. Un espace que l’on définira, pour aller vite et à l’essentiel, comme celui d’une « certaine éthique républicaine », et qui, par ce genre de petite phrase concédée à la foule militante est revenue en boomerang sur le visage de Brice Hortefeux. Comme une énorme baffe dont l’empreinte n’est pas prête de s’effacer. Une énorme baffe qui ne saurait  cependant faire oublier, dans le même registre, le livre-pavé envoyé sur la façade du PS qui, désormais, lui, ne peut plus dissimuler que sa « démocratie interne », à l’inverse des principes éthiques qu’il affiche, a servi jusqu’ici de couverture à des pratiques frauduleuses et claniques. Un  retour du refoulé dont les traces marqueront durablement son visage jusqu’à ce qu’il soit mis fin, enfin et le plus tôt possible, à ce double jeu éthique. Car, comme Fottorino aurait pu l’écrire, un parti et ses dirigeants devraient représenter à chaque instant, dans leur dire et leur faire, les valeurs de la République…

Rétrolien depuis votre site.

Désormais, 3 façons de réagir !

Laisser un commentaire

Articles récents

Bien belle soirée, hier soir à "La Grande Librairie" avec Asli Erdogan et Dephine Minoui.

Bien belle soirée, hier soir à "La Grande Librairie" avec Asli Erdogan et Dephine Minoui.

      Bien belle soirée, hier soir à "La Grande Librairie". Busnel y recevait, entre autres, Asli Erdogan (1), icône de la résistance au régime Turc de son homonyme. Cette f[Lire la suite]
Narbonne ! Salle multimodale : réunion publique et questions restées sans réponses…

Narbonne ! Salle multimodale : réunion publique et questions restées sans réponses…

    Hier soir (enfin !), réunion publique, au Palais du Travail, à l’occasion de laquelle  Didier Mouly nous (nous car j’y étais) a présenté son projet de salle multimodale. La salle[Lire la suite]
Que nous dit des médias la ridicule dispute Angot-Amrani…

Que nous dit des médias la ridicule dispute Angot-Amrani…

    Gros titre (et en "gras") dans "Le Point" (version numérique) : "ONPC" : Farida Amrani remet à sa place Christine Angot. Ah, ah ! Mais de quoi s'agit-il donc pour que cet honorab[Lire la suite]