Contre-Regards

par Michel SANTO

La Poste dans la langue de bois…

La langue de bois est une forme d’expression qui,en politique surtout, vise à dissimuler une incompétence ou une réticence à aborder un sujet en proclamant des banalités aussi abstraites que pompeuses.Celui de l’opposition au changement de statut de La Poste offre un terrain d’excellence à ce genre d’exercice. Voici ce que ça donne après un petit montage de phrases toutes faites piquées ici où là, heureusement dans l’indifférence générale:  » je vais m’efforcer sans relâche pour vous, afin que vous appréhendiez au mieux le fait que l’hégémonie du profit au détriment de l’humain doit correspondre aux directives indispensables préalablement établie de poursuivre l’effort d’une réflexion sur la problématique de la légitimité du ni-ni en économie, évolution quoiqu’il arrive indispensable à la préservation de notre mode de vie. Où que nous mène la dualité de la situation conjoncturelle,en effet, la précaution essentielle de protection permet d’affirmer la prise de position résultante de solutions rapides correspondant aux grands axes sociaux prioritaires. »

Rétrolien depuis votre site.

Désormais, 3 façons de réagir !

Laisser un commentaire

Articles récents

Le président Macron, la communication et l'information spectacle !

Le président Macron, la communication et l'information spectacle !

          Dans son blog, Bernard Lecomte écrit ceci : « En démocratie, le pouvoir vient du peuple. Pour tout dirigeant élu, la tentation est d’entretenir [Lire la suite]
Le Président du Cépralmar pêche son directeur chez les "siens". C'est pas bien !

Le Président du Cépralmar pêche son directeur chez les "siens". C'est pas bien !

    Pour restaurer la confiance dans le fonctionnement de notre démocratie, le Parlement a adopté deux lois fondées sur des dispositions simples et exigeantes. Un ensemble qui avant,[Lire la suite]
Le Pogge ressuscite Lucrèce et la face du monde en est changée…

Le Pogge ressuscite Lucrèce et la face du monde en est changée…

      les Facéties du célèbre Florentin , posées  sur mon bureau, dans lesquelles je plonge  de temps en temps ( chez Anatolia 1994 ). Une satire violente qui démasque l’hypo[Lire la suite]