Contre-Regards

par Michel SANTO

La tête ou les jambes.

  Afficher l'image en taille réelle

 

 

Dans la guerre des chiffres opposant les Syndicats et le Ministère de l’Intérieur, une information donnée par un policier-manifestant ce dernier samedi vient enfin d’éclairer ma lanterne jusqu’ici impuissante  à discerner par quel tour de passe- passe statistique un porteur de pancarte d’Hortefeux en valait deux pour Chérèque. L’explication, fort simple au demeurant, ne manque pas de logique : sur un mètre carré de surface bitumée, le premier compte une seule tête quand le second compte les deux pieds ! Je ne plaisante pas, tout cela est très sérieux. Enfin ! deux pieds, je veux dire deux têtes… Alors, quand dans une manif comme celle de samedi, « les poussettes n’ont jamais été aussi nombreuses » (selon l’envoyé spécial du Monde), on peut comprendre que ce différentiel de ratio statistique, jamais clairement défini (ni surtout pondéré : par le poids, le degré d’handicap ou le matériel transporté par tête de manifestant) soit de plus affecté par le statut social incertain de bébés affublés de casquettes estampillées CGT. La statistique n’est décidemment pas une science exacte…

Rétrolien depuis votre site.

Désormais, 3 façons de réagir !

Laisser un commentaire

Articles récents

Deux ou trois mots sur mon "silence" sur le procédé Thor d'Areva-Malvési (Pas seulement !)

Deux ou trois mots sur mon "silence" sur le procédé Thor d'Areva-Malvési (Pas seulement !)

    Une « baleine rieuse » s’ébat depuis quelques jours dans le flux de mes rares billets estivaux et s'échauffe, car je ne dirai rien des graves menaces que ferait peser l'usine[Lire la suite]
Deux "cartes postales" de Gruissan – été 2017 !

Deux "cartes postales" de Gruissan – été 2017 !

Tous les soirs d'été (ou presque), c'est apéritif (pas toujours) au Café de la Paix. Toujours à la même place, à sa terrasse (en réalité un trottoir) le dos au mur, qui offre une "vue" à 180[Lire la suite]
Le 6 août, on fêtait la véraison à Narbonne, quand à Hiroshima…

Le 6 août, on fêtait la véraison à Narbonne, quand à Hiroshima…

      Il y a des coïncidences de calendriers particulièrement funestes. Tenez ! dans ma petite ville de Narbonne, par exemple. Tout entière mobilisée pour faire d’août un moi[Lire la suite]