Contre-Regards

par Michel SANTO

Le bing bang politique de dimanche ne sera pas le résultat d’un complot, d’une macromania ou de l’inculture des « masses »…

Un de mes lecteurs me faisait récemment le procès d’un parti pris idéologique et politique en faveur d’Emmanuel Macron et des candidats de la République En Marche. Notamment parce que j’invoquais, dans un de mes derniers billets, « l’intelligence collective des électeurs », pour anticiper, comme l’indiquent tous les sondages publiés récemment, une majorité écrasante des candidats de la majorité présidentielle à l’Assemblée Nationale.

J’aurais pu tout aussi bien avancer leur souci de « cohérence politique », mais cette expression m’a paru réductrice, et ambigüe. Son côté mécanique, comme si les électeurs, en automates décérébrés, n’obéissaient qu’à des lois impersonnelles, m’a semblé refléter une sorte de mépris intellectuel envers la masse de ceux qui se rendront aux urnes dimanche prochain. Condescendance que l’on retrouve aussi aux extrêmes de la gauche et de la droite pour qui les résultats de dimanche prochain ne seront que le fruit d’un complot orchestré par des « élites financières » propriétaires des principaux médias qui n’oeuvreraient qu’au profit d’Emmanuel Macron. Le président de la République nouvellement élu ne serait que leur créature, leur homme de paille… Deux raisonnements, mais un même présupposé : l’incapacité des électeurs à penser par eux-mêmes et à choisir en conscience. Le peuple souverain ne serait qu’une masse informe manipulable et manipulée… Illégitime, en conséquence, serait son expression électorale (je laisse à chacun le soin d’imaginer les conclusions qu’en tireront les battus, au soir du 18 juin).

Je ne vais pas revenir sur les raisons proprement politiques à l’origine de ce bing-bang politique que représente l’élection d’Emmanuel Macron et les législatives des 11 et 18 juin. Disons simplement que les Français considèrent que, depuis plus de 20 ans, on a fait des lois, certes, mais qu’il n’y a plus d’État et de gouvernement ; que l’ancienne classe politique est dépassée par les évènements et l’ampleur des problèmes et que depuis son entrée en fonctions Macron paraît meilleur que les autres. Les Français considèrent donc « qu’il faut lui donner sa chance » et que, pour ce faire « il faut aussi lui donner une majorité… » en marginalisant, ou presque, ses oppositions à l’Assemblée (1). Or le mode de scrutin majoritaire à deux tours est un mécanisme idéal pour répondre à cette « demande » électorale.   Depuis 2002, – année à partir de laquelle les législatives sont organisées dans le prolongement de l’élection présidentielle –  , les électeurs ne se déjugent pas et donnent, en effet, au président de la République les moyens de présider et au gouvernement ceux de gouverner (En 2012, les socialistes ont recueilli moins de 30 % des suffrages au premier tour des législatives, mais, in fine, plus de 50 % des députés.) À cela s’ajoute une situation politique inédite. Les candidats LREM, dans bien des cas, vont en effet se retrouver au second tour en position centrale et gagnante : soutenus par la gauche quand ils affronteront des candidats du FN ou des Républicains et rejoints par la droite modérée quand ils seront opposés à des candidats de la gauche radicale… Nul hasard, chance, complot et que sais-je encore donc dans cette conjoncture politique où se trame une véritable mutation de l’offre partisane, mais le résultat d’une stratégie politique gagnante dans un contexte caractérisé par une crise des partis  dits de gouvernement et dominé par la volonté d’une opinion désirant renouveler en profondeur une classe politique, par elle totalement déconsidérée. Le tout servi par des mécanismes électoraux aux effets multiplicateurs redoutables…

(1) Même au prix, comme le faisait remarquer François Sureau hier matin sur France Culture, « d’un grand bordel , d’une entropie de toute façon bienvenue… »

Illustration : l’Express !

Rétrolien depuis votre site.

Désormais, 3 façons de réagir !

Commentaires (15)

  • Chapelle Denis

    |

    M.Santo,
    Je ne fais pas de jolies phrases comme vous mais je vais tenter de vous exprimer mon ressenti sur votre billet .En premier lieu  » L’intelligence collective des électeurs  » me parait pas aussi évidente que cela , surement les politiques eux mêmes en étant la cause .Depuis des décennies , les candidats à la députation laisse croire qu’il on le pouvoir sur ce qui se vit au niveau local alors que ; s’ils étaient honnête  » ils affirmeraient que leur rôle à l’assemblée est de voter des lois , éventuellement les amender , voir en proposer .Ils peuvent aussi participer à des groupes de travail sur une thématique ou une autre .Effectivement , si un évènement ou une situation particulière attire leur attention sur le territoire ou il ont été élus ( Une usine qui risque de fermer , une catastrophe naturelle ……) ils peuvent et / ou doivent alerter l’ensemble des députés de l’assemblée sur l’urgence de légiférer ou de créer une commission d’enquête .
    Pour ce qui est des législatives mon opinion diffère un peu de la votre ….vous considérez qu’ayant élu M Macron les Français lui doivent une majorité à l’assemblée pour mettre en œuvre le programme sur lequel il a été élu . Mon analyse est celle ci , au terme du deuxième tour on nous annonce son élection ou plus de 60% des Français auraient choisi son programme sauf que …….on a pas pris en compte dans ce calcul les plus de dix millions de citoyens qui ne sont pas allé voter .A partir de là nous sommes plus dans les 40% donc si on retire de ce pourcentage ceux qui on voté Macron pour faire barrage à M Le Pen on se rapproche plus des 20% du coup la légitimité de réclamer une majorité à l’assemblée est bien compromise ……Le  » Les Français ne se déjugent pas et donne  » ne tiens plus . Maintenant je dois vous dire que vous ne citiez pas clairement les formations politique que vous fustiger me dérange un peu ; le terme gauche radicale ne me convient pas ; vous avez fait le choix de vous exprimer à travers votre blog alors merci d’appeler un chat , un chat . Vous dites que la plupart des candidats  » En Marche « vont se retrouver au second tour en position centrale et gagnante soutenus par la  » Gauche  » face au FN …..De qu’elle gauche vous parlez ? Des Socialistes ? Il y a bien longtemps qu’il ne représentent plus la gauche alors de qu’elle gauche vous parlez ? Du PC peut être qui ne vit que par les quelques élus qui lui reste ? Ce PC qui quand il fait cavalier seul utilise des logos de formations dissoutes depuis plus d’un an ( Le Front de Gauche ) ?
    Difficile aux électeurs de s’y retrouver quand au soir du deuxième tour tous la TV et le lendemain toute la presse annonce l’arrivée du Messie avec 66% des votes en sa faveur ….Mon candidat , vous l’aurez deviné était JLM , bien que j’ai adhéré avant tout à un programme validé par 131 économistes et targué par Amnesty international comme le plus social est humain.JLM a subi le pire des traitements .Personnellement j’ai entendu des journalistes parlant de lui dire le  » Communiste  » , d’autre parler de  » dictateur « . Alors la théorie du complot , les médias achetés ou pilotés je vais pas m’aventurer dans cela . Localement le candidat du phi représente pour moi un futur élu sérieux , n’ayant jamais fait de politique , disposant d’un cursus professionnel parfaitement en rapport avec le mandat de député . Il n’est pas un super commercial qui promet aux citoyens des actions qu’il sait ne pas pouvoir mener car un député n’a que très peu d’influence sur le devenir de son terroir ceci tiens du rôle des maires , conseillers généraux et régionaux .Le renouveau de la classe politique , un concept bien drôle à mes yeux , Le Drian à commencé sa carrière politique en 1967,Marielle de Sarnez, Bruno Lemaire je parle pas de Bayrou qui quelques mois avant d’être nommer tapait à bâton rompu ( en fait des tweets ) sur Macron .Je parle même pas de la moralisation de la vie politique entre Edouard Philippe Lobbyiste du nucléaire à l’assemblée pour AREVA et M ferrand qui n’a rien fait d’illégal mais des choses pas très morales donc voilà le renouveau ….Pour moi ce qu’il y a de nouveau chez EM c’est un personnage nouveau , jeune et qui fait de la politique à l’Américaine? il suffit de voir comme M Péréa a bien appris en voyant son show de ce soir à Narbonne ou vous étiez présent d’ailleurs . Quoi qu’il se passe je reste confiant dans l’avenir et dans tout les cas  » tout commence au soir du 18 juin « . Merci monsieur de m’avoir lu et je vous prie de bien vouloir m’excuser des quelques fautes ici et là .

    Reply

    • Bruno de Montaigne

      |

      Monsieur Santo,

      Depuis la publication de cet article, je réfléchis à la façon de vous répondre puisque j’ai bien compris que « un lecteur » me désignait. Je ne voulais pas vous répondre sous le coup de la colère que vos amalgames ont provoqué, mes mots auraient dépassé ma pensée que je m’efforce d’exprimer clairement.

      Surprise agréable ce soir de lire donc ce commentaire de Denis Chapelle auquel j’adhère en tous points, pardonnant au passage ses quelques fautes d’écriture. Cela me facilite la réponse. Je vais donc me permettre d’y ajouter quelques points.

      « Mal nommer les choses, c’est ajouter au malheur du monde » disait Camus. Eh bien, je crois bien que c’est exactement ce que vous faites.
      En mettant volontairement dans le même sac les tenants de la théorie du complot, l’extrême droite et « la gauche radicale » (je reviendrai sur l’emploi de cet adjectif), vous vous contredisez vous-même.
      Sans même relever le rapprochement insultant entre d’une part les complotistes et les fascistes et d’autre part les humanistes, vous estimez donc qu’on ne peut avoir un regard critique sur le traitement médiatique du phénomène Macron sans être soi-même comme un « automate décérébré » puisqu’on ne croit que ce qu’on veut bien croire ! Tout ça en dénonçant l’électorat « manipulable et manipulé » ! Votre raisonnement tourne en rond. Ce n’est pas la première fois, d’ailleurs.
      Exemple : vous le savez, je ne suis pas un féru de Mouly, mais vous avez agi exactement de la même façon que lui en soumettant votre questionnaire (de peu d’intérêt, soit dit en passant) aux candidat-e-s. Et ils-elles ont agi en vous répondant de la même façon qu’ils-elles l’ont fait avec lui. Vous fustigez donc la volonté de Mouly de se placer au coeur du débat politique sans vous questionner vous-même…

      Ensuite, vous employez sciemment le terme « gauche radicale ». Ce mot, radical, est actuellement dévoyé. Au sens premier, radical signifie « qui appartient à la nature profonde, à l’essence d’un être ou d’une chose » (Larousse). Rien de négatif, donc. Or, et un commentateur de l’actualité qui se veut aussi avisé que vous ne peut l’ignorer, ce terme est actuellement détourné de son sens initial pour désigner des paroles, des actes ou des personnes violentes, meurtrières, fanatiques. Alors donc, dans quel but, quelle intention utilisez-vous ce terme ? Souhaitez-vous faire peur, semer le doute dans l’esprit de vos lecteurs, les éloigner de la menace que constitue à vos yeux cette gauche radicale ? Poser la question est déjà y répondre…
      M Chapelle vous a déjà épinglé sur la question de la gauche même. Et en effet, peut-on qualifier de gauche le PS ? Et d' »extrême gauche » la FI, le PCF ? Tiens, d’ailleurs, le mot « extrême » que vous employez aussi, à quoi cela renvoie-t-il ?
      « Y cherchait un effet de peur sur les passants » a écrit Aragon dans Strophes pour se souvenir. Je ne peux mieux qualifier vos propos.

      Je terminerai en citant cet article : « il y a en France non pas un manque de neutralité (illusoire) des médias, mais bien un manque de pluralisme des points de vue qu’ils expriment » (cf https://www.marianne.net/debattons/tribunes/oui-il-y-bien-un-melenchon-bashing-mediatique?utm_medium=Social&utm_campaign=Echobox&utm_source=Facebook#link_time=1496906962)
      Je ne peux donc pas vous en vouloir de votre parti pris et de votre ligne éditoriale. Le fait que vous ne l’assumiez pas clairement est plus dérangeant, mais bon. Mais par contre, je peux m’en détacher et m’en passer. N’importe quel journal fera aussi « bien » que vous. Vous perdez donc un lecteur, M Santo. Mais gageons que vous vous en remettrez vite.
      Bonne continuation

      Reply

      • Michel Santo

        Michel Santo

        |

        Bruno ! Là vous me faites un procès politique au motif que je ne suivrais pas la ligne politique de monsieur Mélenchon. Mon billet ne se place pas sur ce plan . Que vous l’interprétriez comme de fait favorable à M. Macron et ses candidats, je peux l’accepter. Mais affirmer que les mécanismes que j’analyse et ses effets dimanches (voir ma réponse à monsieur Chapelle) seraient illusoires et de la pure propagande, tout de même ! Ah quand je dis gauche radicale de plus , c’est dans dans votre propre définition. Vaiment, pour qui me prenez vous pour oser penser que j’aurais le souci de « faire peur ». Je crois au contraire en l’intelligence collective d’un électorat qui n’est, contrairement au contresens que vous faites de mon texte, ni manipulable ni prêt à se laisser manipuler… Je me cite « Condescendance que l’on retrouve aussi aux extrêmes de la gauche et de la droite pour qui les résultats de dimanche prochain ne seront que le fruit d’un complot orchestré par des « élites financières » propriétaires des principaux médias qui n’oeuvreraient qu’au profit d’Emmanuel Macron. Le président de la République nouvellement élu ne serait que leur créature, leur homme de paille… Deux raisonnements, mais un même présupposé : l’incapacité des électeurs à penser par eux-mêmes et à choisir en conscience. Le peuple souverain ne serait qu’une masse informe manipulable et manipulée… Illégitime, en conséquence, serait son expression électorale (je laisse à chacun le soin d’imaginer les conclusions qu’en tireront les battus, au soir du 18 juin). » Tout cela précisé sans amertume, ni ressentiment, et toujours bien cordialement !

        Reply

    • Michel Santo

      Michel Santo

      |

      Bonjour Monsieur Chapelle ! Vous allez être sans doute surpris, mais je ne vois rien dans votre commentaire de choquant, et qui viendrait contredire mon analyse. Vous exposez des éléments de faits que j’aurais pu à l’occasion moi même reprendre…Vous exprimez votre point de vue et le sens de votre engagement en faveur du candidat de France Insoumise. Comme les raisons qui vous y poussent. Rien que de très normal et de légitime. Mais mon billet lui, se place sur un autre plan et s’efforce d’expliquer les mécanismes institutionnels et politiques qui poussent à un vote, toujours constaté de surcroît, massif en faveur du vainqueur de la présidentielle. Et cela pour m’opposer à des versions fantaisistes de celles que je dénonce, et qui laissent peu de place à la pensée et beaucoup trop, de mon point de vue, aux slogans. Avec la particularité, comme je le note, du positionnement politique de Macron (je ne vais pas me répéter). Cela dit, comme le disait Engels, la preuve du pudding c’est qu’on le mange (je cite de mémoire et ne garantis pas l’exactitude de la citation, mais l’esprit y est). Attendons donc dimanche pour vérifier la pertinence de mon propos. Ah une dernière chose, pour France Insoumise, la question stratégique à se poser n’est plus celle de la présidentielle perdue ou la conquête d’une majorité gouvernementale, mais bien celle d’une capitalisation de ses votes présents pour constituer à gauche un véritable mouvement en situation d’imposer son hégémonie politique en place d’un PS qui sortira en ruines au soir du 18 juin… Bien cordialement !

      Reply

  • POLO

    |

    Michel Santo: »des mécanismes électoraux aux effets multiplicateurs redoutables… »servent ils toujours la démocratie en ignorant 50 % des inscrits?

    Reply

  • Raynal

    |

    Bien vu, Michel…Il est amusant de constater que les mêmes qui ne cessaient d’exalter la toute omniscience du peuple souverain, sa lucidité et sa sagesse ainsi que sa toute puissance dénoncent maintenant a longueur de discours et de proclamations la manipulation dans l’ombre, le complot financiaro médiatique qui manipule, conditionne, anesthésie le même peuple….Il faudrait savoir….Soit le peuple est libre, souverain et responsable et alors il ne peut être si facilement manipulé ou alors il n’est pas manipulé et il exprime avec force sa volonté de voir dépassés les vieux clichés et les vieilles recettes ainsi que de renvoyer a leurs foyers les vieilles écuries de chevaux de retour pour faire entrer un peu de fraicheur et de modernité…Ecoutant les uns et les autres j’ai plutôt l’impression que c’est de cela qu’il s’agit….Mais c’est bien connu, pour une certaine gauche….Quand le peuple renâcle a adhérer a leur doctrine, il faut changer le peuple, pas la doctrine….En attendant le peuple très réveillé va leur infliger une bonne branlée et j’en suis très heureux….

    Reply

  • POLO

    |

    Raynal: La « branlée » ca serait gentil de nous indiquer ,à votre avis, ou elle commence et avec quel taux d’abstention et donc d’adhesion des inscrits?

    Reply

  • POLO

    |

    Raynal, merci pour la « branlée ».
    Pourriez vous nous indiquer, à votre avis, à quel taux d’abstention des inscrits elle commencerait?

    Reply

  • coupeaux

    |

    de beau discours!!!!!! la tchat mais pas beaucoup d’effet

    Reply

  • coupeaux

    |

    abstention monsieur POLO elle sera de 37% +les blancs! adhésion vont diminuer..

    Reply

    • Michel Santo

      Michel Santo

      |

      Dans cette 2 eme circo de l’Aude, je l’évalue entre 38 et 40%…

      Reply

  • Eric Riffaud

    |

    Je viens de découvrir votre blog et je me réjouis qu’ il puisse entretenir un débat aussi riche et constructif à travers d’ intéressants citoyens commentateurs. Et je vous félicite pour cette magnifique initiative. J’ ai retenu quelques remarques intéressantes lesquelles d’ ailleurs grâce à votre indéniable habileté vous ne relevez point.
    Monsieur Chapelle vous fait remarquer que ceux qui veulent laver plus blanc que blanc n’ ont pas tous les mains propres, je ne reprendrai pas ses exemples , je dirai tout simplement que l’ arroseur arrosé monsieur Ferrand, la maire Denis du mouvement est devenu indécent et que toute la Macronie le défendant renoue avec l’ esprit de corps d’ une classe politique que les français ne veulent plus. Quant au candidat Monsieur Perea, comme nouveauté en politique on fait mieux il a l’ étoffe de l’ apparatchik type et la tactique politicienne du transfuge qui va à la gamelle; je pense que notre Manu national a du lui chanter le titre de cloclo « Viens à la maison y’ a le printemps qui chante ».
    Vous dites qu’ il n’ y a pas eu de complot pour faire élire monsieur Macron, alors là monsieur Santo , ne prenons pas les enfants du bon dieu pour … vous connaissez la suite. Je ne dirai que deux choses qui au moins devrait faire réfléchir. Pour l’ affaire Fillon le parquet financier intervient le soir même que le canard diffuse l’ affaire -et tous les juristes vous diront qu’ il n’ est pas habilité pour ce genre d’ affaires. Deuxièmement, on ne peut nier certains faits; la cristallisation d’ une pertinente collusion d’ intérêt s’ est amalgamé et a milité pour le fringant hobereau. Monsieur Drahi patron d’ un empire de communication BFMTV , RMC, SFR a été un de ses premiers soutiens ( normal quand le hobereau était à Bercy il favorisa le rachat de Numéricable par SFR appartenant à un certain … Drahi , tout cela valait bien un bon coup de main de madame Elkrieff et monsieur Bourdin non? lesquels à longueur de journée se sont faisaient les coryphées du favori. Le système tient et tient bon, sa devise est celle de Giuseppe Tomasi  » tout changer pour que rien ne change ».
    Ce message simplement pour nuancer votre légitime satisfaction et comme historien vous rappeler deux choses:
    – les régimes centristes, démocrates chrétiens, ventre mous à la coagulation alternée, fourre tout des secousses de l’ histoire n’ ont débouché que sur des crises de régime et des retours aux autoritarismes.
    – les français avait le choix entre le chaos et l’ incertitude , ils ont préféré l’ incertitude et c’ est assez logique, mais nous n’ avons rien à attendre d’ un gouvernement start-up qui enfoncera le faible et renforcera le fort.
    moi j’ en reste là et je réécoute le RIEN de Léo Férré et ce RIEN je vous le laisse.
    Eric

    Reply

    • Michel Santo

      Michel Santo

      |

      Bonsoir Éric ! Tout d’abord enlevez moi un doute. Ferré est une de mes réferences esthétiques et sans doute vouliez vous conclure par le rappel de son magnifique manifeste anarchiste « Il n’y a plus rien », n’est ce pas ? Et à sa tragique conclusion « Nous aurons tout/Dans dix mille ans ». Mais laissons là le grand Léo, et vous dire d’abord que rien dans mon billet ne peut laisser croire à ma « légitime satisfaction » devant ce qui va advenir de la future majorité et du quinquennat à venir, même si je l’avoue j’ai choisi, comme beaucoup de français, « l’incertude » plutôt que « le chaos ». En toute lucidité, mais sans croire une seule seconde à des lendemains radieux, comme cet avenir dont les insoumis d’antant nous disaient qu’il le serait tout autant avec « la mise à bas de la bourgeoisie capitaliste » et la naissance, enfin et pour toujours, d’un « homme nouveau »… Cette dernière remarque pour vous dire, comme monsieur Chapelle, que moi aussi, je me méfie de tous « ceux qui veulent laver plus blanc que blanc » ou faire table rase du passé (vous connaissez la chanson !) ou fabriquer un « homme nouveau ». L’histoire a montré ce que devenait ces promoteurs de la vertu et de la morale en politique, il est inutile de développer ce point, n’est ce pas ?
      Sur le plan juridique et politique, permettez moi d’abord de n’être pas d’accord avec votre assertion « le parquet financier (à propos de l’affaire Fillon) intervient le soir même que le canard diffuse l’ affaire -et tous les juristes vous diront qu’ il n’ est pas habilité pour ce genre d’ affaires. » Pas tous les juristes, Eric ! Et les recours contre cette auto saisine du Parquet Financier a d’ailleurs été rejeté. Ensuite, il ne vous a pas échappé non plus que les journaux dont vous me dites (ce qui est vrai au demeurant!) qu’ils ont parti liée avec des investisseurs propriétaires d’entreprises financières et de communication auraient favorisé l’ascension de monsieur Macron, sont aussi les mêmes (Le Monde, Libération, Nouvel Obs etc) qui pilonnent depuis son élection sur des affaires concernant des ministres de son gouvernement. De sorte qu’il est très difficile, pour ne pas dire acrobatique, d’en faire de simples exécutants de la volonté de ces mêmes intérêts privés macroniens ou macronistes de la première heure…
      Comment enfin ne pas reprendre de concert avec vous cette illustre remarque de Tancrède à son oncle immortalisée dans le Guépard de Visconti. Un classique que l’on devrait étudier dans toutes les écoles. Oui tout changer pour que rien ne change ! L’histoire définie en hui mots. Mais rester toujours lucide sur soi même et sur les autres, ne pas se mentir ou vivre dans l’illusion… J’aime aussi Ferré, ce sera mon dernier mot, pour sa conception tragique de la vie et sa façon à nulle autre pareille de la magnifier, de faire avec de l’Imparfait de la beauté… Bonne soirée Eric!

      Reply

  • CHAPELLE DENIS

    |

    M.Santo Comme Bruno de Montaigne je me dois de quitter votre blog et cela définitivement .Je ne doute pas que celui ci vous satisfasse et nourrisse votre égo .Je regrette que vous ne vous mettiez pas à la portée de gens simple comme moi et pour reprendre un sketch de Coluche ; sachant que vous aimez cité les autres et les auteurs au point qu’il me faut un dico pour pouvoir vous lire ; il disait ceci :  » Quand tu poses une question à un technocrate , une fois qu’il t’a répondus , tu comprends plus la question que tu as posé…… »Avec vous c’est un peu la même chose ! J’aime le débat mais quand cela devient une torture pour décrypter ce qu’une phrase veut dire , son sens caché , je peux plus .Pour moi la politique c’est des faits , des dates , des actions et des intentions .Je n’ai pas votre culture ou votre instruction n’ayant pas eu l’occasion d’aller à l’école après le premier trimestre du CM2 je n’en suis pas pour autant un primate sans cervelle et sans capacité d’analyse du monde dans lequel je vis .Maintenant je vous délivre une petite pensée qui est de moi et dont je suis très fier , celle ci mettra fin à notre débat stérile puisqu’au final vous êtes tellement sûr d’être dans la vérité que je me demande si vous ne seriez pas sorti de la cuisse de Jupiter , cela tombe bien car Macron se veut Jupitérien . Ah j’en oubliais ma phrase résument ma pensée !
    « On ne discute pas avec une brouette , on la pousse »

    Reply

    • Michel Santo

      Michel Santo

      |

      Monsieur Chapelle ! à votre premier commentaire, j’ai répondu le plus courtoisement possible ceci : « Bonjour Monsieur Chapelle ! Vous allez être sans doute surpris, mais je ne vois rien dans votre commentaire de choquant, et qui viendrait contredire mon analyse. Vous exposez des éléments de faits que j’aurais pu à l’occasion moi même reprendre…Vous exprimez votre point de vue et le sens de votre engagement en faveur du candidat de France Insoumise. Comme les raisons qui vous y poussent. Rien que de très normal et de légitime. Mais mon billet lui, se place sur un autre plan et s’efforce d’expliquer les mécanismes institutionnels et politiques qui poussent à un vote, toujours constaté de surcroît, massif en faveur du vainqueur de la présidentielle. Et cela pour m’opposer à des versions fantaisistes de celles que je dénonce, et qui laissent peu de place à la pensée et beaucoup trop, de mon point de vue, aux slogans. Avec la particularité, comme je le note, du positionnement politique de Macron (je ne vais pas me répéter). Cela dit, comme le disait Engels, la preuve du pudding c’est qu’on le mange (je cite de mémoire et ne garantis pas l’exactitude de la citation, mais l’esprit y est). Attendons donc dimanche pour vérifier la pertinence de mon propos. Ah une dernière chose, pour France Insoumise, la question stratégique à se poser n’est plus celle de la présidentielle perdue ou la conquête d’une majorité gouvernementale, mais bien celle d’une capitalisation de ses votes présents pour constituer à gauche un véritable mouvement en situation d’imposer son hégémonie politique en place d’un PS qui sortira en ruines au soir du 18 juin… Bien cordialement ! » Et je cherche désespérément les mots et les phrases qui vous obligerez à vous reporter à un dictionnaire, ou à vous torturer l’esprit pour en comprendre le sens. Votre fausse modestie, qui souvent est la marque d’un grand orgueil, vous égare… Je regrette de conclure cette discussion ainsi ! On ne pousse pas une brouette, on la conduit Monsieur Chapelle, avec une pensée pour guide, si possible !

      Reply

Laisser un commentaire

Articles récents

Que nous dit des médias la ridicule dispute Angot-Amrani…

Que nous dit des médias la ridicule dispute Angot-Amrani…

    Gros titre (et en "gras") dans "Le Point" (version numérique) : "ONPC" : Farida Amrani remet à sa place Christine Angot. Ah, ah ! Mais de quoi s'agit-il donc pour que cet honorab[Lire la suite]
Contrats aidés dans l'Aude ! le Conseil Départemental s'engage dans une vaine polémique…

Contrats aidés dans l'Aude ! le Conseil Départemental s'engage dans une vaine polémique…

Ainsi va l'info dans nos journaux. Tenez, un seul exemple, la baisse du nombre d'emplois aidés programmée par le Gouvernement. Lundi donc, dans l'Indépendant, page 2 et 3, articles, commentaires et [Lire la suite]
Nageant, il paraît que je serais aussi un "moteur de nos territoires"(de l'Aude) !?

Nageant, il paraît que je serais aussi un "moteur de nos territoires"(de l'Aude) !?

      J'apprends, sous la synthétique plume d’un conseiller départemental de l'Aude (qui ne choisit pas ses mots avec une pince à sucre), que le sport (il pensait sans doute [Lire la suite]