Contre-Regards

par Michel SANTO

Le devoir d’exemplarité de nos dirigeants est une exigence morale, sociale, politique… et économique

Manuel-Valls-en-avion-presidentiel_pics_390

Le scandale du jour l’est moins par sa nature que pour les raisons invoquées pour en contester son caractère. Comment croire en effet, une seule seconde, à l’argument avancé d’une rencontre de travail de Manuel Valls avec Monsieur Platini, pour justifier son voyage berlinois. Pathétique! Mais voyons plutôt ce que révèle ce genre « d’évènement ». Et écartons, pour l’heure, les règlements de compte entre clans, tendances et autres groupes au sein de son propre parti. Cela précisé pour que l’on m’épargne d’être d’une trop grande « naïveté politique »

Avec ce déplacement du premier ministre, accompagné de ses enfants, en avion et aux frais de l’Etat, pour assister au match Juventus Barcelone à Berlin, nous ne sommes pas, bien entendu, loin de là, dans une logique de corruption, de détournement de grandes sommes d’argents. Mais, par contre, c’est tout un état d’esprit, largement répandu dans notre classe politique, à tous les étages de notre administration publique, collaborateurs d’élus compris, qui, ainsi, nous est  montré. 

Une centaine de députés et sénateurs emploient sur des fonds publics, en toute bonne conscience, leur femme, leur maîtresse ou leurs enfants. Normal! L’usage de logements de fonctions, de véhicules avec chauffeur, de taxis sur fonds publics, des avions gouvernementaux… Nécessaire!  Des maires, des présidents de conseils généraux… qui ne songent qu’à laisser leur place à leur fille ou leur fils, ou qui emploient des filles ou de fils de collègues de leur camp pour les installer plus tard dans la vie politique locale… Légitime!

Pour avoir exercé mon activité professionnelle dans cet éco-système, je peux témoigner qu’y règne ce sentiment que rien ne peut leur arriver. Ils se sentent tellement au dessus du commun des citoyens-contribuables que la révélation par les « médias » et/ou la justice de ces écarts à la morale publique les amènent à se considérer comme  des victimes;  et des victimes d’un complot, évidemment.

Dans une société en crise, une société où « tout se sait » de surcroît, ou presque, les conséquences en sont désastreuses. Elles renforcent la fracture entre la classe dirigeante et le peuple, elles contribuent au rejet du politique.

Dans les pays d’Europe du Nord, un premier ministre doit justifier toutes ces dépenses engagées dans l’exercice de ses fonctions, restaurants compris. Au Royaume-Uni, un ministre important a dû démissionner à la suite d’une intervention en faveur d’un visa pour sa femme de ménage. En France, notre République, elle qui donne tant de leçons à la terre entière, tolère des moeurs et des comportements qui relèvent de l’Ancien Régime. Comment s’étonner ensuite de la crise de confiance des français envers leurs élites.

Le devoir d’exemplarité n’est pas seulement une exigence morale. Comme la confiance, c’est une nécessité. Une urgence politique, sociale et …. économique. Il convient donc d’en finir avec ces pratiques d’un autre âge.

Mots-clefs : , , , , , , ,

Rétrolien depuis votre site.

Désormais, 3 façons de réagir !

Commentaires (8)

  • Molénat

    |

    Analyse très pertinente. 100% d’accord. Jacques Molénat

    Reply

  • Joel Raimondi

    |

    OUI tout a fait d’accord … A quand l’exemplarité de nos élites ? (Classe politique, dirigeant de grandes entreprises …) dont certains tres en vue se servent plus qu’ils ne servent ? J’ai pu me rendre compte de la différence de comportements et donc de dépenses publiques dans les pays du Nord de l’Europe … incapable d’expliquer notre gabejie publique ….qui semble presque « normale » …
    http://mobile.agoravox.fr/tribune-libre/article/en-suede-les-ministres-servent-119524

    Reply

  • Jeld

    |

    Tout a fait d’accord qu’une partie des emplois qui touchent à l’Etat est, comment dit-on « planqués » et avec beaucoup d’avantages.
    Les « chevalliers du fiel » l’ont très bien expliqués…..
    Certe les pire sont « les politiques » !
    Tous les jours un fait nouveau.
    Quand est-ce que la majorité de citoyens trancheront !

    Reply

  • philt

    |

    Très juste analyse. Travaillant aussi dans ce milieu je peux confirmer ce sentiment d’impunité omniprésent.

    Reply

  • Akaffou

    |

    Le peuple seul est responsable de ces dérives, de toujours détourner le regard et de s’empresser de payer ses impôts avant le délai. Je ferais pire à leur place; juste pour rappeler au peuple combien il est idiot de ne pas réinvestir le champ politique par une implication de tous les instants. Les gens sont prompts à occuper l’espace public contre le mariage homo, mais personne pour les vrais sujets.

    Reply

    • Michel Santo

      Michel Santo

      |

      Je n’ai pas oublié, pour ma part,Éric, les propos solennels de Manuel Valls, en juillet 2014 : « Quand on gouverne, on doit être exemplaire. C’est l’exemplarité qui crée la confiance entre les citoyens et celles et ceux qui ont la charge de les représenter. » Le premier ministre aurait été bien inspiré de s’appliquer à lui-même cette règle élémentaire d’éthique.

      Reply

  • Borras

    |

    Tout à fait d accord avec ton analyse et ce qui me paraît le plus grave c’est moins l’acte que C’es fausses raisons,C’es mensonges.Un manque de courage

    Reply

Laisser un commentaire

Articles récents

Il s’agit de se mouvoir dignement dans un monde incertain !

Il s’agit de se mouvoir dignement dans un monde incertain !

Sylvain Tesson est écrivain et voyageur. De l’Himalaya aux steppes d’Asie centrale, de la Sibérie aux grands espaces mongols, il a parcouru le monde. Cet été, il nous embarque sur Fran[Lire la suite]
Élection d'Alain Perea à l'Assemblée Nationale et ses conséquences au Grand Narbonne, et ailleurs !

Élection d'Alain Perea à l'Assemblée Nationale et ses conséquences au Grand Narbonne, et ailleurs !

  Alain Perea, élu député, libère donc ses mandats de maire de Villedaigne et de Vice-Président du Grand Narbonne. Question ! quelle sera la proposition que présentera Jacques Bascou au [Lire la suite]
Carole Delga, présidente de la Région Occitanie : "Mon bureau, c'est le terrain" ! Quésaco ?

Carole Delga, présidente de la Région Occitanie : "Mon bureau, c'est le terrain" ! Quésaco ?

        Madame Delga ne rate pas une occasion, lors de ses déplacements en région, pour affirmer avec autorité que son "bureau, c'est le terrain" (1). Une expression [Lire la suite]