Contre-Regards

par Michel SANTO

Chronique de Narbonne : le grand frère vous regarde.

big-brother-vert-L-hXZvTD

Alors dans l’opposition, Jacques Bascou et les socialistes narbonnais s’opposaient à la vidéosurveillance, à l’augmentation des effectifs de police et leur armement.

Aujourd’hui aux affaires, ils les défendent avec zèle. Quant à la vertueuse filiale départementale de la Ligue des Droits de l’Homme,  qui quotidiennement chassait ces « scandaleuses atteintes aux libertés fondamentales », elle se tait. L’illustration locale du syndrome  du caméléon selon lequel une coalition au pouvoir change irréversiblement de « code » idéologique. N’est ce pas François ?

Mots-clefs : , ,

Rétrolien depuis votre site.

Désormais, 3 façons de réagir !

Commentaires (3)

  • Bigbrother

    |

    Vous faites la démonstration évidente qu’une vraie politique équilibrée de sécurité publique ne peut être menée en France que par la gauche et le centre gauche. Même chose pour la politique
    économique. Avec une droite désormais partagée en deux entre les idées fascistes du Front national et un courant social-libéral pret à rejoindre le centre droit, l’alternance n’est
    pas pour demain. Dans le pays, comme à Narbonne… Mais pour ce qui est de Narbonne vous en êtes déjà convaincu, ainsi que l’indiquait une de vos récentes chroniques. 

    Reply

  • Michel Santo

    |

    Je constate qu’une vraie politique équilibrée de sécurité, en tous points identique comme à Narbonne, et comme vous le dîtes, à celle du pouvoir précédent, était présentée hier par ceux qui
    aujourd’hui la mettent en oeuvre comme  » scandaleusement attentatoire aux libertés  » voire fasciste (!!! ). Ce qui confirme le fait historique largement démontré depuis au moins Guy Mollet, que
    les socialistes au pouvoir font la politique de leurs adversaires, à quelques nuances près, si j’étais caricatural. Non, plus sérieusement, la fonction historique de ce courant politique, quand
    il est aux affaires, est de faire accepter à ses électeurs et aux catégories sociales qu’il représente des réformes et des orientations idéologiques qu’ls refusaient venant de ce que vous
    appelleriez la droite républicaine et de gouvernement. Mais , parce qu’il y a un mais, à quel prix politique? Le mensonge ou la ruse ou tout ce que vous voudrez ( regardez les sondages d’opinion,
    et ce n’est pas fini…) se retournent à présent en cruelles désillusions pour  » le peuple de gauche « . Et ce n’est pas la chienlit régnant à droite, pour l’heure, qui va changer la donne, me
    semble-t-il… Je disais avant l’élection présidentielle, logique avec cette analyse, que d’un point de vue stictement rationnel, pour engager le pays dans la voie de réformes stucturelles (
    déficits et dépenses publiques, poltique sécuritaire, immigration ( Ah les expulsions de Roms par Valls…) ), il fallait élire un socialiste. Bref pour engager une politique de droite en période
    de crise élire un homme de gauche… J’avais une préférence pour Valls! dont la motion règne aujourd’hui au gouvernement… Ainsi va l’histoire!…

    Reply

  • pibouleau

    |

    Cette démonstration, Michel, démontre a contrario que le PS a abandonné (en douce) toute prétention résolument réformiste

    Je n’ose utiliser le gros mot : révolutionnaire.

    L’actuel PS a abandonné nationalisation et autogestion, le plan, accepté la notion de concurrence

    En quoi cette assos d’élus (qui n’a plus rien d’un parti politique) se différentie-t-elle de la doite ? En si peu.

    Ces gens ont tué mon idéal

    Quant aux reniements du pouvoir en place je ferai référence à ce tag accolé sur

     le panneau électoral des municipales où sous le visage de J.B. figurait :

    social-traitre

    sans commentaire

    Reply

Laisser un commentaire

Articles récents

Narbonne ! Mais qui réfléchit aux conséquences de l'externalisation de ses "services publics" ?

Narbonne ! Mais qui réfléchit aux conséquences de l'externalisation de ses "services publics" ?

      Voilà, c’est fait ! Le siège du Grand Narbonne (et les services) va quitter le centre ville pour s’installer à sa périphérie (au sein d’une zone d’activités – et commer[Lire la suite]
Salut les copains !

Salut les copains !

Le croquis de la semaine de Denis Carrière : "Salut les copains !"           Vous pouvez agrandir l'image en cliquant dessus. Tous les croquis et car[Lire la suite]
Jean-Pierre LE GOFF : « Le mythe Johnny : entre nostalgie des Trente Glorieuses et sacralisation du rebelle »...

Jean-Pierre LE GOFF : « Le mythe Johnny : entre nostalgie des Trente Glorieuses et sacralisation du

      Propos recueillis dans "Le Figaro" du jeudi 7 décembre par Vincent Trémolet De Villers. Extraits : La mort de Johnny Hallyday a déclenché une très forte émotion collec[Lire la suite]