Contre-Regards

par Michel SANTO

Lecture de Léon Bourgeois.

 

 

Léon Bourgeois et son solidarisme sont, signe des temps, de retour dans l’actualité des sciences humaines. Pour preuve le dernier ouvrage de Marie-Claude Blais : «  La solidarité. Histoire d’une idée » NRF Gallimard, Bibliothèque des Idées, 2007, 347 p. Si, dans cet ouvrage, M.C Blais se propose de retracer la genèse de cette idée de solidarité, héritage de deux siècles de réflexion sur les rapports entre l’individuel et le social, elle n’insiste pas moins sur ce moment particulier de notre histoire sociale et politique moderne, où ce mot d’ordre de la solidarité fut le slogan des fins de banquet radicaux. En lui, était symbolisé et résumé  le sens d’une « synthèse républicaine », dans sa quête d’une alternative tant à l’individualisme libéral qu’au collectivisme socialiste. Que nous dit Bourgeois ? Que, contre l’anthropologie libérale, l’être ensemble des hommes est une « association solidaire » , un espace d’échange réciproque où chacun reçoit des autres (et leur donne en retour), que d’homme à homme, il y a une dette et qu’elle doit être payée. Par qui ? Par tous ceux qui ont tiré bénéfices des efforts présents et passés de milliers de «  coopérateurs anonymes » pour en faire bénéficier tous ceux qui n’ont pas reçu leur quote-part des richesses engendrées par la coopération sociale. Reste la question de son montant à laquelle la réponse des solidaristes se déduit de la subtile théorie du « quasi-contrat ». Pour eux, si l’Etat, par la loi, peut légitimement instituer une règle de répartition des charges et des avantages sociaux, cette loi ne devra être « qu’une interprétation et une représentation de l’accord qui eût dû s’établir préalablement entre eux s’ils avaient pu être également et librement consultés ». C’est sur ces bases théoriques que repose l’Etat-Providence républicain (1), mais que pointe aussi l’idéal même du collectivisme d’Etat ou celui d’une généralisation de la coopération volontaire entre des individus émancipés politiquement, socialement et économiquement. A ce titre, comme Marcel Gauchet le suggère, cette solidarité socialiste manifeste l’idéal – profondément libertaire, voire libéral – d’un monde sans maître où « la pure socialité, le libre lien consenti entre les individus ont vocation à abolir l’autorité et à réaliser la justice » (Gauchet, La crise du libéralisme, Gallimard, 2007, p.62). Comme l’on voit aussi qu’elle constitue toujours le substrat idéologique de formes contemporaines d’espérance et d’illusions : altermondialisme, autogestion…  Mais sortons des idéaux, pour évoquer un autre problème beaucoup plus concret et actuel posé par le solidarisme. Celui d’une aliénation du plus grand nombre dès lors que les payeurs et les bénéficiaires de la « dette sociale » n’ont pas la connaissance et la maîtrise sociale, politique, morale et intellectuelle de ces transferts. Aliénation qui constitue le fond de commerce de tous les sociaux corporatistes de gauche comme de droite et qui s’est installé dans nos esprits en même temps qu’on y éradiquait les valeurs de mérite et de devoir… Il n’est donc pas étonnant que, dans un contexte politique marqué par une inflation de demande de droits assise sur l’idée de solidarité et la nécessité d’une profonde réforme de l’Etat-Providence, ce genre de littérature fasse l’objet d’un certain renouveau.


(1) le Petit dictionnaire de la charité, édité par le Secours catholique, en 1996, consacre un article à« Solidarité » et à la pensée de Léon Bourgeois, montrant les limites de la charité individuelle et présentant l’auteur de Solidarité comme un des précurseurs de l’Etat-providence…

 

 

Rétrolien depuis votre site.

Désormais, 3 façons de réagir !

Laisser un commentaire

Articles récents

Salut les copains !

Salut les copains !

Le croquis de la semaine de Denis Carrière : "Salut les copains !"           Vous pouvez agrandir l'image en cliquant dessus. Tous les croquis et car[Lire la suite]
Jean-Pierre LE GOFF : « Le mythe Johnny : entre nostalgie des Trente Glorieuses et sacralisation du rebelle »...

Jean-Pierre LE GOFF : « Le mythe Johnny : entre nostalgie des Trente Glorieuses et sacralisation du

      Propos recueillis dans "Le Figaro" du jeudi 7 décembre par Vincent Trémolet De Villers. Extraits : La mort de Johnny Hallyday a déclenché une très forte émotion collec[Lire la suite]
Toulouse et Montpellier ne partagent pas leur croissance en emplois avec leurs territoires environnants…

Toulouse et Montpellier ne partagent pas leur croissance en emplois avec leurs territoires environna

        Signé le 6 juillet 2017 le Pacte État-métropoles marque un tournant dans la réforme territoriale en reconnaissant aux métropoles un rôle de moteurs de croissa[Lire la suite]