Contre-Regards

par Michel SANTO

Les caméras de surveillance en trompe l’œil de monsieur Bertrand Malquier | Contre-Regard.com

image-pinocchio-3


À  la lecture de l’Indépendant de ce matin, j’avoue m’être dit, profondément irrité :  « Mais de quoi – ou de qui – le  titre de ce journal est-il le nom  » ? Une réaction que l’on trouvera peut-être grandement exagérée en regard de la  « petite affaire politique » locale concernée, ainsi que de son « traitement » journalistique. Le 10 septembre donc, photo d’une caméra de surveillance en illustration, le journaliste de service reprenait in-extenso l’affirmation de Bertrand Malquier – qui sonnait la rentrée politique de Nouveau Narbonne –  : « En 2016, 24 caméras ont été installées, 16 autres sont prévus en 2017, soit 71 caméras, à terme… » C’était clair, net, précis, péremptoire et martial… Mais faux !  Un vilain gros mensonge aussitôt dénoncé par son opposition municipale ! Il y en aura bien 24 de caméras… mais en 2017  seulement, au lieu des 40 annoncées. Nous sommes aujourd’hui le 19 septembre, et voilà que ce même journal nous sort un papier – signé L.O – dans lequel est offert à Bertrand Malquier une conclusion d’une complaisance inouïe. Oui, nous dit-il, ce programme « a pris du retard », reconnaissant ainsi, sans jamais le reconnaître, que son « opposition », et  Nicolas Sainte-Cluque en particulier, avait, de fait, raison, mais pour s’en prendre aussitôt à ce dernier en l’accusant « d’alimenter un faux débat » (sic!).  Comme le ferait un faussaire envers le créateur d’une œuvre copiée… Alors disons les choses nettement : soit le premier adjoint de Didier Mouly ne connaissait pas son dossier – et il aurait mieux fait de se taire ! – ,  soit ses contre-vérités étaient intentionnelles – et il méritait d’être interpellé. Dans les deux cas, à tout le moins, des excuses auprès des lecteurs de ce journal s’imposaient. Comme s’imposait aussi une mise au point journalistique. On ne peut pas en effet laisser croire, en ne relevant pas ce genre de comportement, que la parole politique se moque de la véracité des faits qu’elle rapporte. Il en va de la crédibilité même du débat démocratique. Et en ces temps incertains, il est du devoir de la presse, plus que jamais,  de le fermement rappeler…

Mots-clefs : , , ,

Rétrolien depuis votre site.

Désormais, 3 façons de réagir !

Commentaires (2)

  • MARTINEZ

    |

    Il est bien Michel de dénoncer certains mensonges ou omissions de nos élus .Je ne crois pas que Bertrand MALQUIER puisse se commettre pour ce genre de peccadille . Cependant Michel j’aurais souhaité qu’en sont temps, pas si lointain , vous dénonciez Mrs Sainte Cluque et Ortiz coupables de manœuvres illicites de gaspillage de l’argent public ,en favorisant dans un appel d’offre truqué l’entreprise Farrujia de Toulouse. Cout de l’opération pour les Narbonnais 2 millions d’€uros . Malgré tout toute la considération que je vous porte Michel je regrette qu’en son temps vous n’ayez pipé mot de cette affaire bien plus importante que les broutilles que l’on peut reprocher à Bertrand Malquier. Il n’est peut–être pas trop t

    Reply

Laisser un commentaire

Articles récents

Areva Narbonne : dépollution du site ! Le contexte, les oppositions, le calendrier…

Areva Narbonne : dépollution du site ! Le contexte, les oppositions, le calendrier…

Il y a 58 ans, naissait l’usine de Malvési: un maillon essentiel de la filière nucléaire française. 25% de l'uranium mondial passe en effet par Narbonne pour y être enrichi et vendu au[Lire la suite]
Manifestation "vigneronne" à Narbonne : Une belle campagne de "com" !

Manifestation "vigneronne" à Narbonne : Une belle campagne de "com" !

Hier après-midi, la place de l’hôtel de ville de Narbonne était noire de monde. Celui de la viticulture languedocienne et audoise, principalement. Plus précisément celle représentée par le syndicat d[Lire la suite]
Hier, était commémoré le 146e anniversaire de la Commune de Narbonne…

Hier, était commémoré le 146e anniversaire de la Commune de Narbonne…

C'est dès le 20 mars 1871, à la nouvelle de l’insurrection parisienne – le 18 mars 1871 –, que le club de la Révolution tente d’engager Narbonne dans le mouvement et demande au conse[Lire la suite]