Contre-Regards

par Michel SANTO

Les loups sont entrés dans Paris !

imgres-copie-46

Incidents pour « le Monde », affrontements, violentes échauffourées, émeutes pour d’autres. Bousculades pour Valls, hier ; incidents graves aujourd’hui. Des voyous, des délinquants, des jeunes des banlieues, des hooligans même, nous dit-il, qu’il espère être durement sanctionnés par la justice

A ces mâles propos, on attend ce qu’en pense Madame Taubira dans son style habituel : « c’est la faute du chômage et de la société qui le crée ». A l’écouter, Manuel, un autre mot était au bord de ses lèvres, qu’il étouffait à grande peine : racaille ! Non, jamais ! Et pourtant, c’est bien elle qui vient de sauter à sa gorge. Comme pour lui donner une leçon. Il ne suffit plus en effet d’édulcorer les mots pour pacifier un état de violence barbare qui ne cesse d’enfler dans nos quartiers, ou de l’imputer au pouvoir d’une droite qui ne l’exerce plus, comme à la seule évolution de la courbe des demandeurs d’emplois dont Hollande nous promet une inversion à laquelle plus personne ne croit. Et puis, souvenons nous ! C’était Ségolène qui prophétisait son explosion si par malheur elle était battue. Son ex à l’Elysée, la voilà qui surgit comme un fauve en pleine « fête » du PSG au Trocadéro. Des bandes entières qui prennent d’assaut des bus et dévalisent leurs occupants. Images terribles tournant en boucle dans toutes les capitales : une nouvelle « idée » d’une « douce France », qui ne l’est plus depuis longtemps. Il fut un temps où ces cohortes d’individus étaient désignées et combattues, sans aucune honte, par les marxistes, comme appartenant au lumpenprolétariat, ce vivier de toutes les formes d’idéologies politiques ou sociales fondées sur la violence. Cela n’est hélas plus possible tant notre société est bourrée de mauvaise conscience au point d’accepter toutes les injures faites à sa culture, sa morale et ses mœurs. Aussi, s’il est ridicule de demander la démission du Ministre de l’Intérieur, son prédécesseur aurait pu se trouver dans la même situation, il est urgent d’enfin nommer les choses et les faits tels qu’ils sont et d’y répondre avec l’arsenal politique, répressif et juridique approprié. Il n’est jamais trop tard, pour la gauche, de retrouver les mots de son patrimoine linguistique, et, pour la droite, de ne plus se sentir coupable de l’être. 

 

Rétrolien depuis votre site.

Désormais, 3 façons de réagir !

Commentaires (10)

  • XI

    |

    Pour moi , il s’agit de scènes de guerilla urbaine . Il ne s’agit plus de Code pénal ,mais de Code miltaire pour juger les auteurs . Impossible de lutter avec notre petit arsenal juridique taillé
    sur mesure pour les avocats et leurs clients . 

    Reply

  • Michel Santo

    |

    Il est vrai, que notre arsenal juridique est faible, pour ne pas dire inopérant envers ce type de violence. Leurs auteurs le savent, et savent qu’ils peuvent mener leurs opérations sans craintes.
    Une des causes est ce que j’ai tenté de mettre en évidence: les obstacles psychologiques, moraux et politiques des partis de gouvernement à mener ce combat ( mauvaise conscience coloniale,
    mauvaise conscience envers les populations socialement déclassées etc…). Ce qui au demeurant n’est que le masque d’un   profond mépris à leur égard, l’immense majorité d’entre elles
     ne se reconnaissant évidemment pas dans ces agissements…

    Reply

  • gilles avy

    |

    merci de cette syntèse. Bonne soirée, Gilles. Et à demain peut-être

    Reply

  • raynal

    raynal

    |

    L’erreur fondamentale, a mes yeux, d’une grande partie de cette gauche autoproclamée  »morale » c’est avant tout l’idée que le mal, quand il se produit est du seulement a une organisation sociale
    defectueuse.

    La faute est ainsi reportée de l’individu vers le système, ce qui laisse entrevoir un  »age d’or »sans cesse promis et reporté, si cher a nos idéologues…perspective lumineuse a laquelle rien ne
    doit faire obstacle et qui a pu autoriser, autrefois,en poussant cette logique a l’extrème, le concept totalitaire du crime  »objectif » condamnant l’individu non pour ce qu’il a fait, mais
    seulement pour ce qu’il représente, coupable, donc, de son appartenance a une classe honnie (les bourgeois, les nobles, les riches etc…)

    Madame Taubira (que je n’incrimine nullement en tant qu’individu )me parait aujourd’hui l’archétype de cette façon de voir.

    Résumons…Nés bons, libres, solidaires et généreux nous sommes prédestinés a la jouissance et au bien pour le jour de l’apothéose du socialisme triomphant, de la parousie ultime et, s’il y a en
    nous corruption, frustration, jalousie,cupidité cela est du aux puissances repressives et a l’injustice sociale (donc…On y revient, aux patrons, au capital etc…)

    Capito…?

    L’angélisme rousseauiste n’en finit decidément pas de perdurer….Pour mieux célébrer l’homme on le dépouille de la responsabilité de ses actes donc de la matérialité meme de son existence
    puisque, et relisons Malraux,  »l’homme est ce qu’il fait »…Et aussi, mieux encore, Sartre  »l’homme est ce qu’il se fait » .

    Ces deux auteurs furent pourtant de gauche…Non ?

    Par quelle etrange aberration cette gauche d’aujourd’hui en est elle arrivée a gommer les valeurs de responsabilité, de libre arbitre et d’autonomie de la personne pour cette vision pleurnicharde
    et stérile consistant a toujours reporter sur l’autre ses echecs ou ses insuffisances… le capital, l’europe, les patrons, l’Allemagne, les médias…J’en passe  (la cause Sarkosy perdant
    peu a peu sa pertinence )

    C’est un peu comme au foot quand on incrimine le terrain impraticable par exemple pour expliquer une defaite en oubliant que l’adversaire qui, lui a gagné, jouait pourtant sur le meme terrain que
    nous !

    Au fait…pour rester dans la comparaison sportive la finale de la champions ligue opposera cette année en finale deux clubs allemands (Munich et Dortmunt )

    Nos clubs a nous, eux, il y a très longtemps qu’ils ont été sortis de l’épreuve mais il faut se rassurer…c’est la faute aux arbitres (nos duettistes aux manettes vous le confirmeront..)

    Douce France….

    Reply

  • Michel Santo

    |

    Rien à ajouter ! Parfait complément, Jacques…

    Reply

  • pibouleau

    |

    Très bel unanimisme sur ce blog dans le répressif. Le préventif : inconnu au bataillon, de la baston pour la racaille. D’après sieur Raynal l homme serait fondamentalement mauvais, l’inverse de
    l’assertion de Rousseau donc. Qu’en faire alors ? A mon modeste niveau bon et mauvais en même temps je me considere toujours comme un humaniste et non comme animaliste revanchard. Les loups ne
    sont pas que dans Paris. Ce sont les loups qui externationalisent les entreprises, ce sont le loups qui volent les entreprises de leur matériel, ce sont les loups qui détournent les subventions
    publiques. En aparté  : hurler aux loups ne fait qu’entretenir un climat d’insécurité. Les Français ont un « sentiment » d’insécurité. Mort de rire. Malgré les
    professies (orth approximative) des apôtres de malheur je ne désespèrerai jamais du genre humain. Y A DE LA JOIE 

    Reply

  • raynal

    raynal

    |

    Note a l’attention de monsieur Pibouleau.

    Toute votre phraséologie humaniste est démentie par les faits, il suffit de poser un regard lucide et objectif, débarrassé de toute idéologie infantilisante sur l’histoire des hommes pour s’en
    convaincre.

    Etablir la liste des forfaits infamies et crimes commis par l’espèce humaine tant sur le plan personnel que collectif serait quasiment impossible.

    Dans les regimes que vous semblez detester (a juste titre ) les faibles sont opprimés par les forts…Dans les regimes auxquels, je pense, vont vos preférences, les pauvres sont opprimés au nom
    des humbles, révérée dans les mots le plèbe est en fait, plaçée sous surveillance et , a force de vouloir separer le bon grain de l’ivraie le peuple semble, a la fin, constitué uniquement de ses
    propres ennemis.

    C’est la sanctification de ce que vous appelez le peuple (au fait…c’est quoi le peuple…? ) qui engendre le despotisme, le dithyrambe permanent conduit a l’oppression et la ferveur
    redistributrice a la bureaucratie ou l’individu n’a plus de visage et se reduit a etre une simple composante d’un vaste ensemble totalement décervelé.

    Moi, voyez vous, je glorifie l’individu, pas la masse….Rien n’est plus effrayant qu’une masse, et encore plus quand elle se dit animée de bonnes intentions ! Les bonnes intentions des masses
    finissent toujours dans un camp ou dans un goulag….

    Alors qu’est ce qu’on fait…? Bonne question…Grande loi naturelle…Les espèces dominantes depuis l’origine du monde sont venues, ont prospéré, ont disparu…D’autres ont pris leur place.

    On peut donc esperer pour le devenir de la planète que la plus nuisible et la plus prédatrice de toutes celles qui se sont succédées ait a subir le meme sort.

    Voilà  toute mon esperance, ce n’est pas, je pense, la meme que la votre et j’espère par ces quelques lignes n’avoir pas trop écorné votre irréductible optimisme de ravi de la creche…Mais
    vous avez raison, youpi…ya dla joie…!

    Reply

  • pibouleau

    |

    Question à Monsieur Raynal…avec tout le respect que je lui porte : quelles sont les classes dangereuses a vos yeux ? Pour ma part je ne lancerai point d’anathème car je n’ai
    aucune solutiojn. Simplement certains simplismes réducteurs hérissent mon coeur (et non ma raison!) Quand je lis sur ce blog, que nous avons une justice de classe (j’acquièse) mais trop
    rapidement car la classe favorisée est celle qui est, justement défavorisée. La justice suppléant des nécessiteux : ça c’est une exclus. Je ne m’en étais pas rendu compte il est vrai que je suis
    un naif inconscient. Certains de vos propos, Messieurs, me démoralisent. Où est l’espoir dans votre camp (retranché) 

    Reply

  • raynal

    raynal

    |

    A question simple reponse simple…Il n’y a pas de classe plus ou moins dangereuse, pour moi, c’est l’homme tout court qui est dangereux pour l’homme comme toute l’histoire le demontre.

    Les fameuses classes ne sont qu’une classification( justement) tout a fait arbitraire et qui a justifié, au nom de leur antagonisme supposé, toutes les folies marxisantes.

    Chaque possédé ne reve que de devenir possedant afin de posseder et d’exploiter a son tour…Cela ne vous aura pas échappé, on change de classe comme de chemise et, pour la plupart, sans l’ombre
    d’un etat d’ame !

    Pour moi, je le redis, l’homme est helas un loup pour l’homme, Nietzsche avait très bien vu cela lorsqu’il evoquait ce qu’il nommait le ressentiment comme moteur des sociétés humaines.

    Par contre, on le sait, le loup n’est jamais un loup pour le loup…C’est peut pour cela qu’ils nous survivront !

    Je vous respecte moi aussi profondement et prends très au serieux vos questionnements et vos etats d’ame mais je crois, desormais, qu’il faut trouver un sens a sa vie autre que collectif (et,
    croyez moi, j’ai exploré les autres voies beaucoup et longtemps )

    Cela n’est pas forcement démoralisant et, bien sur, cela ne vaut que pour moi…contrairement aux militants de tous bords, je ne fais aucun prosélytisme…Si d’autres veulent s’investir dans les
    lendemains qui chantent, mes voeux les accompagnent, s’ils y trouvent un equilibre et un sens, j’en suis heureux pour eux.

    Pour ce qui me concerne, oui, je reste dans mon camp retranché…Le plus retranché possible meme, pour eviter les assauts de la betise ambiante(ok, c’est très pretentieux et élitiste, j’assume )
    et j’essaie d’y faire pousser et s’epanouir les choses qui me conviennent.ca occupe bien il me reste peu de temps pour solutionner les problemes du monde !

    Mais mr Melenchon fait ça très bien, je lui fait toute confiance .

    Reply

  • pibouleau

    |

    Je n’ambionne nullement d’être un jour possédant. Mes ambitions portent sur mon épanouissement (égoiste sinon égotiste) m’autorisant une certaine attention (sélective) au monde qui m’entoure.
    C’est en cela que je me considère comme LIBERTAIRE et donc individualiste sinon personnaliste.  

    Reply

Laisser un commentaire

Articles récents

Bien belle soirée, hier soir à "La Grande Librairie" avec Asli Erdogan et Dephine Minoui.

Bien belle soirée, hier soir à "La Grande Librairie" avec Asli Erdogan et Dephine Minoui.

      Bien belle soirée, hier soir à "La Grande Librairie". Busnel y recevait, entre autres, Asli Erdogan (1), icône de la résistance au régime Turc de son homonyme. Cette f[Lire la suite]
Narbonne ! Salle multimodale : réunion publique et questions restées sans réponses…

Narbonne ! Salle multimodale : réunion publique et questions restées sans réponses…

    Hier soir (enfin !), réunion publique, au Palais du Travail, à l’occasion de laquelle  Didier Mouly nous (nous car j’y étais) a présenté son projet de salle multimodale. La salle[Lire la suite]
Que nous dit des médias la ridicule dispute Angot-Amrani…

Que nous dit des médias la ridicule dispute Angot-Amrani…

    Gros titre (et en "gras") dans "Le Point" (version numérique) : "ONPC" : Farida Amrani remet à sa place Christine Angot. Ah, ah ! Mais de quoi s'agit-il donc pour que cet honorab[Lire la suite]