Contre-Regards

par Michel SANTO

Madame Fabre, « députée depuis 2012 » ! , serait-elle encore la candidate du PS ?


Mes lecteurs le savent, tous les jours, ou presque, je parcours ma ville dans  tous les sens. En général d’Est en Ouest, cependant, selon l’humeur et le vent dominant, pour remonter ensuite jusqu’à mon domicile en traçant de longues diagonales ou une suite de courtes figures géométriques aux lignes  incertaines. J’ai d’ailleurs constaté que l’improvisation ne présidait guère à ces déambulations et que nous étions tous plus ou moins guidés par une sorte de main invisible qui nous enjoint de suivre peu ou prou le même itinéraire – imaginaire et géographique. Comme si, inconsciemment, nous recherchions les frontières idéales d’un territoire conforme à nos souhaits les plus secrets. Bref, je « tournais » – était ce samedi ou dimanche ? je ne sais ! –, de boulevard en boulevard, quand je fus saisi par la devanture d’un marchand de bien devenue depuis mon dernier passage celle de la permanence électorale de madame Fabre. Un vrai choc esthétique ! – et politique ! Il n’est guère habituel, en effet, qu’un, ou une candidate, pour nous représenter à l’Assemblée Nationale, affiche ainsi, comme référence ou projet pour appâter l’électeur, le seul fait d’être « députée depuis 2012 ». Un peu court tout de même, cet innocent et œcuménique slogan ! Cela dit, on peut comprendre ce désir de « se faire oublier ». La « marque » de sa « maison », à la bourse des valeurs partisanes, a subi ces derniers temps, en effet, un véritable tsunami boursier. Sa côte est historiquement au plus bas, et les acheteurs ne se bousculent pas devant les urnes – depuis quelques semaines en tout cas et pour quelque temps encore.  Ce que madame Fabre confirme à sa manière dans la gazette locale en appelant : « à une construction positive, pour défendre l’intérêt général. Sous quelle étiquette partirai-je ? Je ne répondrai pas pour l’instant. » On admirera le style et le ton d’une sobriété quasi monacale ! Quant à « défendre l’intérêt général » dans un groupe PS qui sera archi minoritaire à l’Assemblée… À quoi bon ! le candidat d’En Marche sera lui, objectivement, le mieux placé pour ce faire, s’il ne s’agit que de cela. Bref ! madame Fabre est candidate d’un PS sans « ligne » claire à ce jour… Ce  qui ne se voit pas au fronton de sa permanence et qu’elle ne veut pas dire, mais que ses concurrents sauront lui rappeller le moment venu. C’est à dire demain…

Rétrolien depuis votre site.

Désormais, 3 façons de réagir !

Commentaires (2)

  • Stéphane Erard

    |

    Michel, sur un autre registre, pour ma part j’ai été frappé par une large inscription portée sur la vitrine de ce même local de campagne, portant la mention « députée sortante ». Bien sûr, la formule est juste, dans son jargon politico-administratif. Mais je ne peux pas m’empêcher d’en faire une autre lecture plus basique, qui a visiblement échappé à la candidate dont elle (la formule) est censée faire la « promotion ». Parfois le bon sens des mots peut être cruel.

    Reply

    • Michel Santo

      Michel Santo

      |

      Que tu n’a pas manqué aussi de voir sur ma photo en illustration de cet article, et qui sonne étrangement, en effet ! Comme une paradoxale invite…

      Reply

Laisser un commentaire

Articles récents

Il s’agit de se mouvoir dignement dans un monde incertain !

Il s’agit de se mouvoir dignement dans un monde incertain !

Sylvain Tesson est écrivain et voyageur. De l’Himalaya aux steppes d’Asie centrale, de la Sibérie aux grands espaces mongols, il a parcouru le monde. Cet été, il nous embarque sur Fran[Lire la suite]
Élection d'Alain Perea à l'Assemblée Nationale et ses conséquences au Grand Narbonne, et ailleurs !

Élection d'Alain Perea à l'Assemblée Nationale et ses conséquences au Grand Narbonne, et ailleurs !

  Alain Perea, élu député, libère donc ses mandats de maire de Villedaigne et de Vice-Président du Grand Narbonne. Question ! quelle sera la proposition que présentera Jacques Bascou au [Lire la suite]
Carole Delga, présidente de la Région Occitanie : "Mon bureau, c'est le terrain" ! Quésaco ?

Carole Delga, présidente de la Région Occitanie : "Mon bureau, c'est le terrain" ! Quésaco ?

        Madame Delga ne rate pas une occasion, lors de ses déplacements en région, pour affirmer avec autorité que son "bureau, c'est le terrain" (1). Une expression [Lire la suite]