Contre-Regards

par Michel SANTO

Mais qu’ils sont cons !

 

 imgres-copie-48.jpeg

Vraiment, qu’ils sont cons ! Encore sous le choc de la  mort dramatique du jeune Clément, tué par un groupuscule de fous furieux au QI de punaise et à la nuque raide, et au lieu d’exiger l’arrestation, le jugement et une sanction exemplaire de ces nazillons connus des services de police, on lit, sur Facebook et ailleurs sur le Net, on entend, sur les ondes et à la télé, des Ber et des Verts, que les responsables de ce crime odieux seraient les manifestants contre la loi Taubira, la droite, les cathos, Marine le Pen et que sais je encore… Pour ceux qui prétendaient vouloir pacifier des relations sociales tendues à l’extrême par leurs prédécesseurs, se lancer dans de pareils amalgames alors que les difficultés de toute sorte s’aggravent, que le chômage grimpe et que des sacrifices sont tous les jours demandés aux français, c’est tout simplement, je me répète, con. Cyniquement con! J’ajoute qu’à ce niveau de bêtise intéressée, l’instrumentalisation politique de la mort de Clément par nos professeurs de vertu n’a d’égale que la débilité mortifère de ses assassins… 

Rétrolien depuis votre site.

Désormais, 3 façons de réagir !

Commentaires (2)

  • raynal

    raynal

    |

    Le scénario est toujours le meme, hélas…La connerie, l’intolérance, le fanatisme des uns repond a la meme connerie, le meme fanatisme et le meme intolérance des autres.

    Il en est ainsi depuis toujours, pourquoi devrait il en etre autrement aujourd’hui ?

    Les idéologues de tout poil sont ainsi fabriqués qu’ils ne distinguent et denoncent ces dérives que chez leurs adversaires..

    Si il faut dissoudre les mouvements intégristes dissolvons en meme temps ceux des adeptes de Pinochet mais aussi ceux de Pol Pot…Ceux des bateleurs d’estrade de tout poil qu’ils aient un
    tatouage nazi ou une echarpe rouge du sang de tous les goulags…

    Mais hélas…S’il suffisait de carrer le thermomètre pour faire tomber la fièvre, cela se saurait.

    Reply

  • pibouleau

    |

    Mettre sur sur même plan les donneurs de morale et les nazillons qui ont massacré ce pauvre garçon est pour le moins surpremant. D’un côté il y a mort d homme et d el’autre des gens qui
    indisposent le blogueur en chef. Auquel cas je me range dans les rangs des petits cons et je condamne avec violence tous ces donneurs de leçons « normatifs » (encore faudrait-il qu’ils soient
    exemplaires voir le cas du secrétaire national de L’UMP dans le déni de sa sexualité) qui ont crééé le terreau pour exharcerber les réactions homophobes. On ne prêche pas la violence sans avoir
    conscience que certains esprits « cons » puissent passer à l’acte. Certains des anti-mariage gay devraient mesurer les conséquences dramatiques que peuvent engnedrer leur sectarisme obscurantiste.
    Au prétexte d’un recul « objectivitif » je ne mets pas tout le monde dans le même bain. A aucun moment je ne saurais être complice d’amalgames nauséeux et démago. Décidemment la connerie est la
    chose la mieux partagée qu’il soit. A tout un chacun de choisir son camp. Mais qu’ils sont cons certains commentateurs (sic) Affligeant

    Reply

Laisser un commentaire

Articles récents

Le président Macron, la communication et l'information spectacle !

Le président Macron, la communication et l'information spectacle !

          Dans son blog, Bernard Lecomte écrit ceci : « En démocratie, le pouvoir vient du peuple. Pour tout dirigeant élu, la tentation est d’entretenir [Lire la suite]
Le Président du Cépralmar pêche son directeur chez les "siens". C'est pas bien !

Le Président du Cépralmar pêche son directeur chez les "siens". C'est pas bien !

    Pour restaurer la confiance dans le fonctionnement de notre démocratie, le Parlement a adopté deux lois fondées sur des dispositions simples et exigeantes. Un ensemble qui avant,[Lire la suite]
Le Pogge ressuscite Lucrèce et la face du monde en est changée…

Le Pogge ressuscite Lucrèce et la face du monde en est changée…

      les Facéties du célèbre Florentin , posées  sur mon bureau, dans lesquelles je plonge  de temps en temps ( chez Anatolia 1994 ). Une satire violente qui démasque l’hypo[Lire la suite]