Contre-Regards

par Michel SANTO

Pierre Jacquemain aux mains pures, l’icône des frondeurs qui ne veulent pas de Myriam El Khomri et de sa loi!

1203968_lexecutif-se-demultiplie-pour-defendre-el-khomri-et-la-reforme-du-travail-web-tete-021735468622_660x440p

Manuel Valls, MyriamElKhomri et Emmanuel Macron, le 22 février dernier/AFP

Pierre Jacquemain est l’ancien conseiller stratégie de la ministre du travail Myriam El Khomri. Il la conseillait  déjà quand elle secrétaire d’Etat à la politique de la ville (2014-2015). Il devait notamment se charger de la réforme du code du travail. Mais, considérant que l’ingérence de Matignon et de l’Élysée était trop forte dans la conduite du projet de loi, il a finalement quitté sa fonction lundi 29 février. Hier, « Le Monde » publiait sa tribune;  une tribune en forme de tract que pourrait rédiger l’actuel, et les anciens présidents, de l’UNEF.  Qui tous ou presque occupent de hautes fonctions au sein du PS. Sa première phrase:  » Pour faire de la politique, il faut rêver. » La dernière? La même! Et au milieu ceci: » Ce texte est un non-sens économique. Une aberration politique. Il résulte d’une équation terrifiante : d’une part, l’autoritarisme matignonnesque et, d’autre part, l’invasion, à tous les étages, de la technostructure. » Que des phrases de ce genre, aucun argument un tant soit peu sérieux pour justifier sa décision et sa prise de parti. Il est vrai qu’il rêve encore! Comme si l’exercice du pouvoir et des responsabilités qu’il implique supposaient de garder toujours sa tête dans les nuages;  et ses mains toujours pures. Et ne rien faire! À ce compte là mieux vaut rester dans l’opposition et prospérer bien au chaud dans les collectivités locales. Ce que notre jeune conseiller en stratégie fit jusqu’ici, si j’en crois son CV (1). Un CV qui donne quand même à réfléchir sur ses compétences et ses expériences professionnelles. Du moins celles qui devaient l’amener à se charger de la réforme du Code du Travail… Cela dit, par ce coup d’éclat, Pierre Jacquemain révèle de quoi et par qui sont peuplés certains cabinets ministériels. Et heureusement que sur des projets de cette importance la réalité du pouvoir et de l’influence est ailleurs: à l’Élysée et à Matignon. Point! Sans vouloir être inconvenant, Myriam El Khomri et ses conseillers ne sont là que pour faire de l’accompagnement. Ce qui est déjà beaucoup, mais que notre fin stratège n’avait pas compris. Un comble!


(1) Source: Linkedin

Jacquemain_000001

jacquemain 2_000001 (2)

Mots-clefs : , , ,

Rétrolien depuis votre site.

Désormais, 3 façons de réagir !

Commentaires (1)

  • Yvon Cogulet

    |

    Bonjour, une fois de plus merci pour ce texte plein de lucidité.
    Ce qui me navre le plus, c’est qu’un journal comme la Tribune, publie le texte de ce petit monsieur, qui n’a aucune légitimité, ni par son parcours professionnel, ni par un quelconque suffrage électoral. Si nos institutionnels avaient un minimum de dignité et de retenu, on pourrait peut être avoir une réflexion de fond sur le texte. Bien cordialement.

    Reply

Laisser un commentaire

Articles récents

Luchini portraitise Macron !

Luchini portraitise Macron !

    Chaque fin de semaine, je passe en revue les blogs de mes "amis" – rares !  Chacun dans sa "spécialité" m'offre , sans le savoir, de quoi satisfaire ma curiosité intellectuel[Lire la suite]
Les élections législatives ! Un enjeu financier (aussi) lourd de conséquences pour les partis…

Les élections législatives ! Un enjeu financier (aussi) lourd de conséquences pour les partis…

En France, l'argent et la politique ne font pas bon ménage. Et pourtant les élections législatives (et sénatoriales), ou plutôt ses résultats, constituent la principale source du financement pub[Lire la suite]
2eme circo de l'Aude, Marie-Hélène Fabre, candidate du Parti Socialiste, soumise à la question !

2eme circo de l'Aude, Marie-Hélène Fabre, candidate du Parti Socialiste, soumise à la question !

    J'ai adressé un petit (et léger) questionnaire – dans le style du questionnaire de Proust ! – aux candidats à l'élection législative des 11 et 18 juin sur la deuxième circons[Lire la suite]