Contre-Regards

par Michel SANTO

Que demande-t-on à une ministre du Travail?

Myriam_El_Khomri_par_Claude_Truong-Ngoc_septembre_2014  

J’en ai fait l’expérience hier au soir en questionnant des amis, tous ignoraient que la toute jeune et charmante ministre du travail, Myriam El Khomri, exerçait déjà dans ce gouvernement, à la Ville. Je dois l’avouer, à ma grande honte, moi aussi. Sa promotion au rang de ministre aura donc permis de nous le faire savoir. Ses atouts: elle est rayonnante, et ses expériences professionnelles sont très limitées: ce qui est loin d’être un handicap. Depuis quand un ministre de l’emploi créerait-il en effet du travail? Son premier boulot est de commenter les statistiques mensuelles du chômage, et elle possède à l’évidence des compétences que n’avaient pas son prédécesseur, triste comme une porte de prison. Elles seront donc désormais commentées avec le sourire par une professionnelle de la communication. N’est-ce pas l’essentiel?

Photo:  © Claude Truong-Ngoc / Wikimedia Commons

Mots-clefs : ,

Rétrolien depuis votre site.

Désormais, 3 façons de réagir !

Commentaires (5)

  • Nathalie MP

    |

    Que de sarcasme ! 🙂
    Cette nomination prête vraiment le flanc à l’ironie et au persiflage, et je crois que je vais moi-même y succomber pour demain.

    Reply

  • Didier

    |

    Si elle réussi aussi bien au ministère qu’à Paris, où elle était adjointe à la sécurité, on ne devrait pas tarder à rigoler. D’ailleurs elle a tout de suite déclaré que sa priorité était l’emploi….. (sic) et pas la confiture de nouilles chère à Pierre Dac

    Reply

  • Jean-luc Chardon

    |

    Comme disait ma maman, on a pas le cul sorti des ronces !

    Reply

  • Elle

    |

    Ce gouvernement change tous les jours. On ne sait plus qui est qui et qui est ministre de quoi. Le changement dans l’instabilité quoi !

    Reply

  • Bernard-Mery de Vargas

    |

    Y mettre une apparatchik, même (et surtout) enjouée comme vous le dites, c’est aussi reconnaître que ce ministère là ne signifie plus grand chose. Il ne crée plus d’emploi (en a t’il jamais crée?). Il fait référence à une notion devenue tellement multiple alors qu’il « pense encore le travail » comme au temps des 30 glorieuses… un peu comme un ministère de la guerre qui n’aurait pas évolué en celui de la défense.
    Bref on occupe un poste, on garde un symbole… et un budget payé par les contribuables qui ont la chance d’avoir un travail, alors que ses missions dépendent aujourd’hui du Ministère de l’économie.
    Macron n’est-il pas en train de ré-écrire le code du travail?

    Reply

Laisser un commentaire

Articles récents

Pantalonnades narbonnaises, suite...

Pantalonnades narbonnaises, suite...

    Monsieur Éric Parra, l’adjoint en charge du commerce, notamment, de ma charmante petite ville est très, très en colère. L’un de ses administrés, restaurateur de son état, serait [Lire la suite]
À l'Élysée plus grand monde ne parle à la presse, dit-on !

À l'Élysée plus grand monde ne parle à la presse, dit-on !

Dans son billet politique, Frédéric Says, sur France Culture, ce matin, se plaignait du tarissement des sources d’information auprès desquelles ses confrères journalistes s’alimentaient sous la [Lire la suite]
Didier Mouly sait-il encore où il campe et sur quel pied danser !

Didier Mouly sait-il encore où il campe et sur quel pied danser !

    Lors du dernier conseil municipal, Didier Mouly a fait un surprenant discours introductif de politique générale. Il y a notamment déclaré que l’actualité tant nationale que l[Lire la suite]