Contre-Regards

par Michel SANTO

Régionales2015 en LRMP. Saurel cible du Gouvernement et du PS!

François Hollande, Christiane Taubira et Manuel Valls en Conseil des Ministres

François Hollande, Christiane Taubira et Manuel Valls en Conseil des Ministres

Manuel Valls, ce week-end, qui, à l’occasion du congrès du PRG, en a profité pour demander Philippe Saurel de ne pas « s’engager » aux régionales; François Hollande, jeudi, à Montpellier, accompagné de Ségolène Royal, ministre de l’Écologie, du Développement durable et de l’Énergie, et de Sylvia Pinel, ministre du Logement, de l’Égalité des territoires et de la Ruralité, qui devrait intervenir lors de la clôture du 76e congrès de l’Union sociale pour l’habitat; Christiane Taubira, invitée aux Rencontres de Pétrarque à Montpellier; Bernard Cazeneuve qui, début septembre à pris la parole en clôture du congrès du syndicat de policiers SGP-FO. Décidément Montpellier à la côte auprès de la Présidence de la République et du gouvernement. Une question: d’ici le premier tour des régionales restera-t-il un seul ministre qui ne sera pas venu souffler aux oreilles de Philippe Saurel d’enfin jeter l’éponge? Ça en devient pathétique. En même temps, ce défilé, désigne clairement le maire de Montpellier comme l’adversaire politique, à gauche (?!), seul capable de faire tomber, dans une quadrangulaire, les têtes de listes d’union résultant d’une fusion au second tour. Et à tout le moins de « faire » la présidence. Pour cela, il lui faut évidemment boucler des listes complètes dans tous les départements – ce n’est pas gagné – et passer la barre des 10% au second tour – ce qui est à sa portée. En venant porter ses forces de dissuasion gouvernementales sur Montpellier et l’Hérault, le PS a bien évalué la menace, dans un département où, divisé et encore sous le choc de deux défaites face au maire de Montpellier – municipales et départementales – il sait jouer son avenir… ou sa perte. Le combat y est féroce! Avec 32 sièges en jeu en décembre 2015, l’Hérault représente en effet , comme la Haute Garonne avec 38 sièges, un enjeu stratégique. Pour ces élections régionales, et pour les autres à venir. Une défaite ou un score médiocre le priverait en effet pour longtemps du rôle hégémonique qu’il a joué pendant des décennies dans cette région. Un rôle en grande partie tenu et orchestré par l’ancien maire de Montpellier Georges Frêche. Dans les pas duquel, paradoxalement, par ses méthodes – opposition au parti et à ses dirigeants, notamment – marche à pas forcés Philippe Saurel…

Mots-clefs : , , , , , , , , , , ,

Rétrolien depuis votre site.

Désormais, 3 façons de réagir !

Laisser un commentaire

Articles récents

Étrange calme avant la tempête du 18 juin !

Étrange calme avant la tempête du 18 juin !

Maxime Tandonnet écrit ceci dans un de ses derniers billets : "Ces derniers jours, la France d’en haut, médiatisée, visible, officielle, communie dans un indescriptible enthousiasme, et quasi unanim[Lire la suite]
Tapie doit rembourser 404 millions d'euros… La leçon de Lagarde !

Tapie doit rembourser 404 millions d'euros… La leçon de Lagarde !

Le croquis de la semaine de Denis Carrière : Tapie doit rembourser 404 millions d'euros ! Lagarde sera à ces côtés ???     Vous pouvez agrandir l'image en cliquant dessu[Lire la suite]
Clientélisme et démagogie au programme de Didier Mouly pour les législatives !

Clientélisme et démagogie au programme de Didier Mouly pour les législatives !

Dans un récent billet , je dénonçais la prétention arbitrale de la microscopique association "Païs Nostre, qui, comme à son habitude avant chaque élection, locale ou nationale, exige des candidats p[Lire la suite]