Contre-Regards

par Michel SANTO

Royal et le Nobel.

 » Elles ont contourné la règlementation bancaire, elles n’ont pas respecté les règles prudentielles, elles ont continué à rémunérer les traders en les avantageant quand ils gagnaient de l’argent sur la spéculation mais ils ne perdaient rien quand ils faisaient perdre les institutions bancaires, tout cela est parfaitement connu », a encore souligné Ségolène Royal. » Lumineux ! Les banquiers, qui , comme tout socialiste de base le sait quant la croissance est au rendez-vous, ne sont motivés que par l’appât du gain et la recherche du profit, auraient tout fait, et en toute connaissance de cause, pour dilapider leurs fonds propres, ruiner leurs actionnaires, jeter à la rue leurs traders et mettre leurs établissements en faillite. A l’inverse de ce que, naïvement, je croyais, la finalité du capitalisme, selon Ségolène, n’est plus la valorisation du capital mais sa destruction! Après cette révolution copernicienne opérée dans la pensée économique contemporaine, je ne vois pas comment le prochain Nobel pourrait lui échapper…

Rétrolien depuis votre site.

Désormais, 3 façons de réagir !

Laisser un commentaire

Articles récents

Le Pogge ressuscite Lucrèce et la face du monde en est changée…

Le Pogge ressuscite Lucrèce et la face du monde en est changée…

      les Facéties du célèbre Florentin , posées  sur mon bureau, dans lesquelles je plonge  de temps en temps ( chez Anatolia 1994 ). Une satire violente qui démasque l’hypo[Lire la suite]
Deux ou trois mots sur mon "silence" sur le procédé Thor d'Areva-Malvési (Pas seulement !)

Deux ou trois mots sur mon "silence" sur le procédé Thor d'Areva-Malvési (Pas seulement !)

    Une « baleine rieuse » s’ébat depuis quelques jours dans le flux de mes rares billets estivaux et s'échauffe, car je ne dirai rien des graves menaces que ferait peser l'usine[Lire la suite]
Deux "cartes postales" de Gruissan – été 2017 !

Deux "cartes postales" de Gruissan – été 2017 !

Tous les soirs d'été (ou presque), c'est apéritif (pas toujours) au Café de la Paix. Toujours à la même place, à sa terrasse (en réalité un trottoir) le dos au mur, qui offre une "vue" à 180[Lire la suite]