Contre-Regards

par Michel SANTO

Sénatoriales 2014: Banalisation ou normalisation du FN.

20140928PHOWWW00147

À la toute dernière minute, chez Marc Voinchet (Les matins de France Culture), ce matin, Stéphane Rozès de conseiller aux journalistes et à l’ensemble des médias de ne pas employer le mot normalisation pour qualifier l’élection de deux sénateurs du FN, mais celui plus judicieux de banalisation. La norme est une frontière morale, et le parti de Marine Le Pen étant en dehors du champ républicain, on ne peut le considérer comme normal, nous a-t-il lancé à l’antenne – je résume. Mais, dès lors que ce parti n’est pas en dehors de la loi républicaine, comment et sur quelles normes juridique et politiques s’appuyer pour lui refuser cette normalité? L’erreur n’est elle pas justement de ne pas combattre ses thèses, idées, mots et propositions de son programme, en le traitant comme n’importe quel autre parti, plutôt que d’en faire le procès moral permanent. Qui ne voit que la stratégie dite de la diabolisation menée jusqu’ici , non seulement a échoué lamentablement – la preuve encore cette dernière élection -, mais, plus grave, qu’elle fait le lit de ce parti, qui  grossit de ses affolements médiatiques et moraux …

Mots-clefs : , , , , , ,

Rétrolien depuis votre site.

Désormais, 3 façons de réagir !

Commentaires (3)

  • Coriolan

    |

    Le sociologue communiste Alain HAYOT reconnait que la diabolisation et le Front Républicain ne peuvent tenir lieu de seule politique à l’égard de la montée continue du FN. N.SARKOZY ayant reconnu la faillite du Modèle Républicain d’Intégration, ce constat vaut aussi pour la Droite Modérée, plutot molle, qui se contentait aussi du cordon sanitaire chiraquien, sans vraiment chercher à régler les problèmes à la source. Ce questionnement sur la racine des maux du pays vaut pour tous les protagonistes, complices dans le déni de la réalité. C’est pourquoi le réveil est douloureux.
    – Alain HAYOT. Face au FN, la contre-offensive. Arcane 17.

    Reply

  • coriolan

    |

    Merci pour votre appréciation. Cette situation marque la fin du primat intellectuel de la gauche, prédominant depuis la Libération, et qui était un véritable terrorisme intellectuel servant à brider la droite honteuse, dont l’archétype est A. JUPPE, épigone en chef de la chiraquie décadente.

    La percée du FN a permis de briser ce glacis confortable qui évitait commodément d’aborder les sujets qui fachent. Le journaliste Jean SEVILLIA a décrit ce processus dans son livre: Le terrorisme intellectuel de 1945 à nos jours. Perrin/Tempus.

    Reply

Laisser un commentaire

Articles récents

Salut les copains !

Salut les copains !

Le croquis de la semaine de Denis Carrière : "Salut les copains !"           Vous pouvez agrandir l'image en cliquant dessus. Tous les croquis et car[Lire la suite]
Jean-Pierre LE GOFF : « Le mythe Johnny : entre nostalgie des Trente Glorieuses et sacralisation du rebelle »...

Jean-Pierre LE GOFF : « Le mythe Johnny : entre nostalgie des Trente Glorieuses et sacralisation du

      Propos recueillis dans "Le Figaro" du jeudi 7 décembre par Vincent Trémolet De Villers. Extraits : La mort de Johnny Hallyday a déclenché une très forte émotion collec[Lire la suite]
Toulouse et Montpellier ne partagent pas leur croissance en emplois avec leurs territoires environnants…

Toulouse et Montpellier ne partagent pas leur croissance en emplois avec leurs territoires environna

        Signé le 6 juillet 2017 le Pacte État-métropoles marque un tournant dans la réforme territoriale en reconnaissant aux métropoles un rôle de moteurs de croissa[Lire la suite]