Contre-Regards

par Michel SANTO

Sur la « 3 », un fascinant documentaire sur Valéry Giscard d’Estaing et… Emmanuel Macron !


Fascinant documentaire sur la « 3 », hier soir¹ ! A près de 90 ans, l’ancien président de la République Valéry Giscard d’Estaing répondait aux questions de Patrice Duhamel, qui l’avait suivi lors de ses campagnes présidentielles de 1974 et 1981. Voir cette silhouette  et ce visage  marqués par son âge avancé mis à distance par une intelligence d’une vivacité inouïe avait en effet quelque chose de prodigieux. Un incontestable charme émanait de ce « corps » qu’enveloppait une voix murmurant des confidences – et des analyses – d’une saine franchise, sur un parcours hors normes. Mais le plus déstabilisant, dans ce « moment de télévision »,  était « l’effet miroir » produit par ces images. L’itinéraire intellectuel, le projet présidentiel et le contexte historique très particulier dans lequel Valéry Giscard d’Estaing a conquis l’Élysée, ne sont pas  sans résonnances en effet avec la campagne présente d’Emmanuel Macron. Comme Giscard d’Estaing, en 1974 – il avait 48 ans –, le jeune leader « d’en marche » – il en a 39 – s’impose aujourd’hui contre les partis de la majorité qu’il a servis. Sans appareil et troupes militantes organisées, il reçoit, lui aussi, le soutien de membres importants d’un parti dominant, qui abandonnent leur candidat officiel – Chirac et ses amis l’on fait en 1974 pour Giscard, Valls et d’autres pour Macron, aujourd’hui – ; de la même manière que le vainqueur de Mitterrand, il gomme  la « répartition formelle » gauche-droite et promeut le clivage progressiste-conservateur, casse les codes politiques « classiques », veut adapter la France aux réalités économiques et sociales de son temps, présente le « libéralisme » comme un facteur de progrès, fait de l’Europe le cadre de la permanence et de l’avenir de la France, etc. Évidemment le contexte historique est différent, mais le parallèle des parcours intellectuels et politiques de ces deux personnages est toutefois saisissant. Et comme il n’y a pas de hasards en politique, je doute fort que la programmation de ce très intéressant – et instructif – documentaire soit la conséquence de l’anonyme volonté de je ne sais quel obscur responsable de chaîne. On pourra aussi me faire  l’aimable procès d’un « regard » déterminé par des considérations personnelles : la séduction de l’un projeté sur celle de l’autre. Quoi qu’il en soit, j’attends avec impatience, et intérêt, ce qu’en pensent, ceux qui, comme moi, ont vu et analysé cet édifiant document audio-visuel…

¹En replay disponible encore 6 jours et 1 heure sur francetvpluzz

Mots-clefs : , , ,

Rétrolien depuis votre site.

Désormais, 3 façons de réagir !

Commentaires (7)

  • Jacques Molénat

    |

    J’ai vu cet excellent documentaire. En effet le parallèle entre les deux démarches s’impose irrésistiblement. Une programmation manigancée ? Ce n’est pas exclu mais, pour avoir une petite expérience des médias, je doute de ces arrière-pensées manoeuvrières. Machiavel ne gouverne pas toujours !

    Reply

    • Michel Santo

      Michel Santo

      |

      C’est vrai Jacques ! mais bon, sur le coup je me suis laissé aller…

      Reply

  • Bruno de Montaigne

    |

    Monsieur Santo,

    N’ayant pas de télévision (et ayant eu hier soir d’autres occupations bien plus intéressantes que la regarder !), je n’étais pas au rang des spectateurs de ce documentaire.
    Cependant, je me permets d’intervenir car je trouve regrettable que vous nous parliez si souvent de Monsieur Macron. En effet, si je suis souvent en accord avec vos analyses pertinentes concernant la vie politique locale, j’avoue être particulièrement désappointé lorsque vous nous livrez votre lecture de la présidentielle.
    Je m’étonne régulièrement que votre sens critique soit si indulgent -voire absent !- avec ce représentant de « l’etablishment ». Ses formules creuses et la vacuité de ses propositions mériteraient pourtant, il me semble, a minima une mise en garde aux électeurs-rices. Pour cet individu, il est urgent en effet que rien ne change, que le « système totalitaire marchand » (cf le documentaire « de la servitude moderne ») perdure, que chacun-e reste à sa place et que lui – et ses ami-e-s – continuent de gouverner la marche du monde ! L’urgence sociale, économique et surtout environnementale impose pourtant un changement radical et immédiat de paradigme !!!
    Petite parenthèse (qui n’en est d’ailleurs pas vraiment une) : j’ai assisté pour la première fois de ma vie à un meeting politique vendredi dernier, celui que les représentant-e-s de la France Insoumise organisaient au Palais du Travail au sujet de l’agriculture. Plus je le connais, plus je trouve que le programme de ce mouvement est non seulement construit, cohérent, argumenté mais qu’il est également porteur de valeurs fortes et d’une vraie vision du monde et de l’avenir à offrir à nos enfants.
    Petite déception cependant : je ne vous y ai pas vu ! 😉
    Il m’aurait plu, pourtant, d’avoir votre analyse sur ce sujet.

    Au plaisir de vous lire. Bien cordialement

    Reply

    • Michel Santo

      Michel Santo

      |

      Curieusement Bruno, les supporteurs de Macron me font le reproche de l’avoir comparé à VGE.. et à sa nouvelle société Je crains que vous ne soyez le seul à interpréter ce billet comme étant favorable au candidat d’En Marche. Bien à vous 😏

      Reply

  • POLO

    |

    N’est que la nostalgie, Michel Santo, qui nous fait admirer le sens du devoir ,la dignité et l’intelligence dans la vie politique de ces hommes lorsque nous les comparons à ceux qui les ont remplacés aujourd’hui ?
    Sont il aussi dignes et capables?

    Reply

  • FAYETON

    |

    De cette hagiographie, je n’ai regardé que 40 minutes … par pure jalousie, bien sûr !
    A cette lointaine époque je n’ai pas voté pour Giscard dont le centrisme bien-pensant me hérissait. Néanmoins, au delà de son ton précieux et un tantinet hautain, et de son aveuglement face à la réalité de la crise pétrolière de 73, je lui reconnais la loi Veil, l’abaissement de l’âge du droit de vote, l’indemnisation à 110% des chômeurs qui reprenaient des études.
    La situation aujourd’hui n’est plus du tout celle que laissait Pompidou, et voir en Macron un nouveau Giscard (outre la relative jeunesse et les ambitions personnelles) n’est qu’une dangereuse illusion d’optique.

    Reply

    • Michel Santo

      Michel Santo

      |

      Dois-je vous préciser que je n’ai jamais voté pour VGE et qu’alors il était à des années lumières de mes préférences idéologiques et politiques. Mais que voulez vous, voir et entendre cet homme de 90 ans à l’intelligence intacte dérouler sa pensée dans une forme aussi limpide m’a, comme je l’écris, fasciné. Et ne me faites pas dire que je vois en Macron son double ! Simplement j’observe un certain nombre de concordances entre leurs situations politiques et projets, à des moments historiques certes différents, mais qui n’enlèvent rien cependant à cet effet de « ressemblance » que je note dans mon billet. Et qui ne sont aucunement, les relevant, des manifestations de ma sympathie, politique à leur égard…

      Reply

Laisser un commentaire

Articles récents

Sous Marine Le Pen, qui parle ?

Sous Marine Le Pen, qui parle ?

Le croquis de la semaine de Denis Carrière :       Vous pouvez agrandir l'image en cliquant dessus. Tous les croquis et caricatures de Denis sont disponibles en cl[Lire la suite]
Dans l'Aude, quel paysage politique aux législatives de juin dans les trois circonscriptions ?

Dans l'Aude, quel paysage politique aux législatives de juin dans les trois circonscriptions ?

Le Monde publie une infographie très intéressante qui donne une idée de ce à quoi pourrait ressembler le paysage politique audois au soir du 18 juin. Avec quatre blocs très proches en nombre de voix [Lire la suite]
Mélenchon - et pas que ! - et sa stratégie du «pire»...

Mélenchon - et pas que ! - et sa stratégie du «pire»...

    Mélenchon ne dira pas ce que sera son vote avant le 7 mai. Contrairement à son «appel» de 2002, il ne fera donc pas barrage au FN et à sa candidate d'aujourd'hui. Pas de «fro[Lire la suite]