Contre-Regards

par Michel SANTO

Articles marqués avec ‘Jacques Bascou’

Chronique de Narbonne, et d’ailleurs. Mais quelle stratégie fiscale pour le Grand Narbonne?

Indépendant du 30 septembre PHOTO/© D.R

Indépendant du 30 septembre PHOTO/© D.R

Quelques questions sur le dernier conseil communautaire du Grand Narbonne et l’entretien accordé par son Président Jacques Bascou à Jean Paul Chaluleau, paru dans l’Indépendant de dimanche 3 octobre.

La première – d’autres suivront dans mes prochains billets – concerne la politique fiscale de l’Agglo. Elle a fait polémique récemment sur le nivellement des abattements facultatifs des taxes additionnelles et la cotisation foncière des entreprises. Notamment dans les communiqués de Nouveau Narbonne où le sang coule en abondance depuis l’arrivée de monsieur Boillot à la communication de l’Hôtel de Ville – une coïncidence sans doute – : « hémorragie fiscale », « entreprises saignées à vif »… Le débat, sur ces deux poins précis, est trop technique pour en démêler ici, simplement, tous les aspects, et l’exagération polémique trop facile identiquement pour s’en contenter en guise d’explications. Je « passe »! et en viens donc à ce qui me paraît l’essentiel !

Chronique du Grand Narbonne. Après Henri Martin pour les « divers droite, non-inscrits, Édouard Rocher pour un groupe « divers gauche… »!

201407291012-full

Au mois de juin dernier, j’annonçais la naissance d’un groupe divers droite et non-inscrits au Grand Narbonne, avec à sa tête Henri Martin (?!)  Un groupe qui résulterait de la fusion, après sa dissolution, de celui de Michel Py, le maire « Les Républicains » de Leucate, auquel s’adjoindraient les proches du maire de Port-la-Nouvelle, comme Gérard Kerfyser, le maire d’Armissan, et madame Viviane Durand, la mairesse de Sainte Valière, trois poids lourds de la gouvernance Bascou, notamment. Soit au total, si je compte bien, pour ce nouveau groupe, une douzaine d’élus communautaires, environ. Dans ce même billet, j’analysais les raisons et les conséquences politiques de cette initiative politique prise par celui qui, classé à droite, a pourtant permis, en compagnie de Gérard Kerfyser notamment, l’élection de Jacques Bascou à la présidence du Grand Narbonne, et ce malgré sa défaite aux municipales dernières sur Narbonne, la ville centre. Je ne vais donc pas revenir, au risque de me répéter et de lasser, sur ces différents points, que mes lecteurs peuvent retrouver exposés dans le billet figurant en lien, ci-dessous. C’est sur une de ses conséquences dans l’organisation du prochain conseil communautaire que je voudrais aujourd’hui appeler l’attention.

Chronique de Narbonne. Henri Martin à la tête d’un groupe divers droite et non-inscrits au Grand Narbonne!?….

url

Henri Martin à la tête d’un groupe divers droite et non-inscrits au Grand Narbonne!  Un groupe qui résulterait de la fusion, après sa dissolution, de celui de Michel Py, le maire « Les Républicains » de Leucate, auquel s’adjoindraient les proches du maire de Port-la-Nouvelle, comme Gérard Kerfyser, le maire d’Armissan, et madame Viviane Durand, la mairesse de Sainte Valière, trois poids lourds de la gouvernance Bascou, notamment. Soit au total, si je compte bien, pour ce nouveau groupe, une douzaine d’élus communautaires, environ.

Chronique de Narbonne. Mouly défait mais Didier satisfait!

1150064_114_obj7409317-1_667x333

3 à 0 sur les trois cantons de Narbonne au profit du PS-PRG, ce qui n’était jamais arrivé à la droite locale depuis l’élection de son père Hubert, ne semble pas troubler son fils Didier depuis un an son héritier. C’est l’impression que l’on tire d’un long article à lui consacré par Manuel Cudel dans le Midi Libre d’hier. Tout baigne! Les intercommunalités sont toutes à gauche, le département Itou et le FN premier parti en voix, mais Y’a de la joie, nous chante le maire de Narbonne. À l’inverse d’un Py, le patron de l’UMP qui, à juste titre, se remet en question et promeut désormais une droite assumée et libérée d’une quelconque tutelle idéologique du maire de Narbonne; à commencer par les régionales de décembre 2015. Ce qui lui vaut d’être menacé de représailles électorales.

Chronique de Narbonne. Guerre ouverte entre le « Palais » et la Société Nautique de Narbonne…

imagesLa guerre était jusqu’ici navale et sous marine, elle est désormais terrestre et ouverte. Après une première tentative, avortée, de sabotage par une « taupe » ennemie, un lourd missile à tête chercheuse vient d’être lancé du « Palais » sur la Société Nautique de Narbonne, qui gère le petit port de la Nautique, et son Président, Jacques Heurley. L’objectif visé étant la destruction du projet initié sous la mandature Bascou, projet consistant à confier l’aménagement et la gestion de l’ancien «Club House» : le Pavillon si bien nommé, à un professionnel de la restauration.

Articles récents

Le vote utile… | Contre-regard.com

Le vote utile… | Contre-regard.com

Le croquis de la semaine de Denis Carrière :         Vous pouvez agrandir l'image en cliquant dessus. Tous les croquis et caricatures de Denis sont disponi[Lire la suite]
Hamon ! Ô Toulouse, ville rose, qu'il est loin mon pays...

Hamon ! Ô Toulouse, ville rose, qu'il est loin mon pays...

Comme ses prédécesseurs candidats à la présidentielle, Mitterrand, Jospin et Hollande, Benoît Hamon a tenu son dernier meeting mardi soir à Toulouse. Il paraît que c’est dans la « ville rose » [Lire la suite]
"La transcendance républicaine appelle une projection, un projet plus qu’un programme." Jean-Pierre Denis !

"La transcendance républicaine appelle une projection, un projet plus qu’un programme." Jean-Pierre

Dans un récent billet, je constatais que nous assistions à la fin "du mythe d'un Président de la République tout-puissant…" Jean-Pierre Denis, dans l'hedomadaire "la Vie", prolonge cette idée dans u[Lire la suite]