Contre-Regards

par Michel SANTO

La cathare de Daguin.


»,



Madame Christine Pujol, qui n’est pas une moniale mais une  » cathare  » 
, nous dit-elle dans la presse, squatte , en compagnie de sa « chargée de communication », qui n’a plus rien à communiquer, les locaux du syndicat national des restaurateurs et hôteliers. Autorecluse et cloîtrée dans des bureaux parisiens qui lui sont interdits depuis sa descente de croix, elle ne s’alimente plus que du contenu d’un vulgaire panier d’osier qu’elle remonte par une fenêtre grâce au fil d’une télévision (!) Une façon somme toute originale de se maintenir en forme et d’entretenir son image! Quant au reste, privée d’eau, elle n’en dit goutte.Un calvaire
qui la change de ses escapades gourmandes chez ses chefs étoilés et qui lui serait infligé par le pape du foie gras français, le dragon Daguin. Une illustre toque qu’elle recouvre de l’habit noir inquisitorial (une vêture si peu faite pour son physique de moine paillard ) et qui, excédé de l’entendre crier qu’une « cathare ne capitule jamais », pourrait la prendre au mot et la laisser griller dans son Montségur d’opérette. A petit feu…

 

Rétrolien depuis votre site.

Désormais, 3 façons de réagir !

Laisser un commentaire

Articles récents

Le Pogge ressuscite Lucrèce et la face du monde en est changée…

Le Pogge ressuscite Lucrèce et la face du monde en est changée…

      les Facéties du célèbre Florentin , posées  sur mon bureau, dans lesquelles je plonge  de temps en temps ( chez Anatolia 1994 ). Une satire violente qui démasque l’hypo[Lire la suite]
Deux ou trois mots sur mon "silence" sur le procédé Thor d'Areva-Malvési (Pas seulement !)

Deux ou trois mots sur mon "silence" sur le procédé Thor d'Areva-Malvési (Pas seulement !)

    Une « baleine rieuse » s’ébat depuis quelques jours dans le flux de mes rares billets estivaux et s'échauffe, car je ne dirai rien des graves menaces que ferait peser l'usine[Lire la suite]
Deux "cartes postales" de Gruissan – été 2017 !

Deux "cartes postales" de Gruissan – été 2017 !

Tous les soirs d'été (ou presque), c'est apéritif (pas toujours) au Café de la Paix. Toujours à la même place, à sa terrasse (en réalité un trottoir) le dos au mur, qui offre une "vue" à 180[Lire la suite]